L’urine est fabriquée par les reins après filtration du sang. C’est un liquide (normalement) clair composé des déchets de l’organisme : médicaments, excès alimentaires, alcool, etc. Selon une nouvelle étude publiée dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment, les personnes ayant un régime alimentaire trop riche en protéines auraient des teneurs d’azote trop élevées dans l’urine, au point d’en polluer l’environnement.

L’organisme rejette l’excès de protéines sous forme d’azote dans l’urine

Aux Etats-Unis, les eaux usées sont chargées de composés azotés qui peuvent augmenter la prolifération d’algues toxiques, mais aussi polluer l’air et l’eau potable. Après de nouvelles recherches, les scientifiques se sont aperçus que l’origine de cette pollution provenait, à 67 %, des urines humaines trop riches en azote.

Cette teneur élevée s’explique par la multiplication des régimes hyperprotéinés. En effet, qu’elles proviennent de la viande, de légumineuses ou de suppléments alimentaires, l’organisme décompose l'excès en urée, un composé contenant de l’azote, qui se retrouve ensuite dans les urines.

Selon les experts, si les américains arrivent à réduire leur quantité de protéines à ce dont ils ont réellement besoin physiologiquement, les taux de rejets d’azote prévus en 2055 seraient inférieurs de 27 % à ce qu’ils sont aujourd'hui malgré l’augmentation de la population.

Protéines : quelle est la bonne quantité pour rester en bonne santé ?

Les protéines sont des macronutriments essentiels à l’organisme. Elles jouent un “rôle structural (au niveau musculaire ou encore cutané) mais sont également impliquées dans de très nombreux processus tels que la réponse immunitaire (anticorps), le transport de l’oxygène dans l’organisme (hémoglobine), ou encore la digestion (enzymes digestives)”, détaille l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail).

En France, les recommandations pour un adulte en bonne santé sont de 0,83 grammes de protéines par kilo et par jour. Avec ce calcul, un adulte (femme ou homme) de 65 kg devrait consommer environ 54 grammes de protéines quotidiennement. Pour les personnes âgées qui ont des besoins plus élevés, cette recommandation s’élève à 1 g/kg/j. C’est encore plus pour les femmes enceintes et allaitantes, avec 1,2 g/kg/j. “Il est difficile, compte tenu de l’insuffisance de données disponibles, de définir une limite supérieure de sécurité pour l’apport protéique”, souligne l’Anses qui préconise de ne pas dépasser 2,2 grammes par kilo et par jour pour tous.

Les protéines peuvent être d’origine animale (viande, lait, œufs) ou végétale (céréales, légumineuses, graines, oléagineux). .Si les protéines animales apportent tous les acides aminés essentiels à l’organisme, il faut varier les sources végétales pour obtenir tous les apports nécessaires. En l’occurrence, les céréales sont pauvres en lysine tandis que les légumineuses manquent d’acides aminés soufrés.

Sources

https://esajournals.onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/fee.2531 

https://www.scientificamerican.com/article/eating-too-much-protein-makes-pee-a-problem-pollutant-in-the-u-s/ 

https://www.anses.fr/fr/content/les-prot%C3%A9ines#:~:text=Les%20recommandations%20de%20l'Agence,83%20g%2Fkg%2Fj. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.