Le présentéisme, c'est quoi ? Au sens premier du terme, le présentéisme est le fait d'être présent au travail. "C'est donc le fait de ne pas être en arrêt. On peut même encore voir des primes d'assiduité qui poussent au présentéisme dans certaines entreprises", explique Sébastien Hof, psychologue du travail, auprès de Medisite. Toutefois, la définition la plus couramment admise du présentéisme est désormais celle donnée par Eric Gosselin et Martin Lauzier en 2011 : "Le comportement du travailleur qui, malgré des problèmes de santé physique et/ou psychologique nécessitant le besoin de s’absenter, se présente au travail". (La Revue française de gestion, 2011, édition Lavoisier)

Ce présentéisme devient alors un fléau pour la santé des travailleurs. "Il s'agit de stratégies adoptées par certains salariés ou agents de la fonction publique", explique le psychologue. "Plutôt que d'aller voir un médecin avec un potentiel arrêt maladie à la clé, ils restent au travail afin que celui-ci soit bien réalisé ou qu’il ne pèse pas encore davantage sur le collectif."

Travail : pourquoi le présentéisme est-il si fréquent ?

Sébastien Hof distingue ceux qui ne vont pas voir leur médecin, ceux qui vont le voir, mais négocient avec lui pour éviter l'arrêt maladie et ceux qui ne prennent tout simplement pas l'arrêt maladie prescrit par le soignant. Ainsi, selon une étude de Malakoff Humanis, 28 % des arrêts maladie n'ont pas été pris ou seulement partiellement en 2019. C’est neuf points de plus qu'en 2016.

"Avec l'intensification du travail qu'on observe dans tous les domaines d'activité, les gens ont de plus en plus de charge de travail. À cela s'ajoute des problèmes d'organisation et des problèmes techniques dans les services. L'arrêt ne permettra donc pas de régler le problème puisqu'en revenant, le salarié aura encore plus de travail", explique le professionnel. "Il évite donc d'être confronté à une situation encore plus délétère pour lui."

Autres raisons qui poussent au présentéisme : les délais de carence avant le versement des indemnités journalières (selon l'étude de Malakoff Humanis) par l'Assurance maladie et "la crainte d'être stigmatisé par le collectif ou la hiérarchie, notamment", ajoute le psychologue.

Présentéisme : quels risques pour la santé ?

Toutefois ne pas arrêter de travailler alors qu'on en a besoin a des effets délétères pour la santé mentale et/ou physique. "On observe alors des salariés en situation d'épuisement professionnel. C’est ce qu'on appelle le burn out. Elles sont victimes d'une lourde décompensation psychique au travail", développe Sébastien Hof. "Elle se manifeste alors par un brutal accès de colère, des comportements violents, une désorientation spatio-temporelle... Des situations qui surviennent alors que la personne est allée au-delà de limites qu'elle n'aurait pas dû dépasser."

Si le présentéisme est parfois perçu comme un comportement vertueux du salarié, il est en réalité contre-productif, tout comme l'absentéisme. "Les arrêts qui suivent sont alors beaucoup plus longs que si le premier arrêt nécessaire avant été pris à temps", note le professionnel. "Un arrêt, qui consiste donc à s'extraire du milieu dans lequel l'état de santé a tendance à se détériorer, est un soin en lui-même pour le salarié". L'arrêt est thérapeutique et ne pas le prendre nuit au bon rétablissement de la personne.

Sources

Merci à Sebastien Hof, psychologue du travail

https://lecomptoir.malakoffhumanis.com/absenteisme-maladie-en-entreprise-quelle-tendance-en-2019

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.