C’est une première scientifique. Si cela peut prêter à sourire, c’est une rare blessure que s’est infligé une jeune homme suisse de 20 ans. Selon une étude de cas publiée dans la revue Radiology Case Reports, ce jeune homme se serait déchiré les poumons après s’être masturbé. Comme le précise la revue, le jeune suisse a signalé "l'apparition soudaine d'une douleur thoracique aiguë suivie d'un essoufflement alors qu'il était allongé dans son lit en train de se masturber".

Le jeune homme de 20 ans s'est donc présenté aux urgences avec un essoufflement sévère et des douleurs thoraciques. Après examen, il lui a été diagnostiqué un pneumomédiastin spontané. Un scanner a en effet révélé que l'homme souffrait d'un "pneumomédiastin profond", c'est-à-dire que de l'air s'était infiltré dans l'espace situé dans la poitrine entre les poumons.

Pneumomédiastin : 1er cas après une masturbation

Radiology Case Reports précise qu’avec une incidence de 1 sur 10 500 à 1 sur 30 000 de toutes les admissions aux urgences, “le pneumomédiastin spontané (SPM) est une affection rare qui touche généralement les jeunes hommes d'une vingtaine d'années”. Il peut en général “résulter de divers facteurs déclenchants tels qu'une exacerbation aiguë de l'asthme, un exercice physique intense, des vomissements excessifs ou une toux violente”. C’est en revanche la première fois qu’un cas survenu à la suite d’une pratique masturbatoire est rapporté dans la littérature scientifique.

Le pneumomédiastin spontané se définit par la présence d'air au niveau du médiastin survenant en dehors de tout contexte traumatique. Il résulte d'une “augmentation brutale de la pression intrathoracique entraînant une rupture alvéolaire et une fuite d'air le long de l'arbre trachéobronchique dans la cavité médiastinale”. En pratique, cela consiste en une déchirure de certaines membranes pulmonaires, permettant à l’air circulant dans le système respiratoire de s’échapper pour finir dans l’espace de la poitrine situé entre les deux poumons (le médiastin). Cette affection rare touche principalement les jeunes hommes.

Poumons : déchirure des membranes pulmonaires

Dans le cas d’espèce, un traitement antibiotique prophylactique par amoxicilline et acide clavulanique par voie intraveineuse a été administré pendant trois jours au jeune homme. Après une surveillance sans incident pendant la première nuit, le patient a été transféré dans le service général le jour suivant. L'emphysème sous-cutané dont il souffrait s’est atténué même s’il a continué à souffrir d’une légère douleur thoracique pendant trois jours supplémentaires. Plus de peur que de mal en définitive puisque l'emphysème a disparu quatre jours après son admission initiale et le jeune homme de 20 ans a pu être renvoyé chez lui.

La revue Radiology Cas Reports précise qu’il n'existe que quelques rapports de pneumomédiastin spontané liés à l'activité sexuelle et qu’aucun cas n’a été à ce jour rapporté après une masturbation. Malgré cette première mondiale, les médecins rappellent que ce n’est pas suffisant pour établir un lien de cause à effet entre masturbation et risque de déchirure des membranes des poumons.

En 2021, le cas d'un Japonais de 51 ans victime d'un anévrisme en pleine masturbation avait été rapporté par le Journal of stroke and cerebrovascular diseases.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Sources

Spontaneous pneumomediastinum and subcutaneous emphysema after masturbation, Radiology Case Reports, mai 2022.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1930043322001662#fig0001

https://www.strokejournal.org/article/S1052-3057(20)30805-3/fulltext

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.