Sommaire

Dans sa définition, le Petit Larousse décrit ce terme comme « Un poids psychologique qui fait peser la gestion des tâches domestiques et éducatives, engendrant une fatigue physique et surtout psychique. Cette préoccupation constante concerne la logistique du foyer et, avant tout, les personnes qui travaillent ». Lorsque la situation de charge mentale est analysée dans la vie quotidienne, les psychologues et spécialistes de ce sujet s’accordent à dire qu ’il est parfois difficile de réellement s’en sorti r. Pour autant, elle ne doit pas être vue comme une fatalité. Pour y remédier, il est important de comprendre et de suivre quelques conseils de spécialistes à la lettre.

La charge mentale, qu’est-ce que c’est vraiment ?

La charge mentale dépend dans un premier temps du quotidien, de la vie de la personne. Pour autant elle est en majorité identifiée chez la femme active professionnellement, en couple, et maman. Pensez à lancer le lave-vaisselle pour pouvoir manger le soir, étendre le linge pour que son fils puisse avoir son ensemble de sport prêt, faire le planning des repas, prendre rendez-vous chez le dentiste, être à l’heure au travail, préparer sa présentation ou un entretien, se dépêcher pour quitter à l’heure, se coucher en pensant à l’organisation du lendemain et de la semaine à venir. La charge mentale, c’est exactement ça.

Très lourd héritage du passé entre les hommes et les femmes, surtout dans un couple, le déséquilibre de cette charge est omniprésent. De nombreux statistiques le soulignent et le prouvent : la femme est en première ligne.

Pourquoi les femmes sont-elles en première ligne ?

Depuis, disons-le, des millénaires, l’espace domestique est un espace de nature féminin. « La femme à la maison, l’homme au travail » est une pensée qui demeure malheureusement vraie. Et d’actualité. Si évidemment les femmes, les mères, les épouses, ont aujourd’hui les pleins droits de travailler et d’être libres, dans l’inconscient collectif, le schéma reste ancré. Sociologue au CNRS, Christine Castelain Meunier explique : « Le féminin est en effet toujours relié à la sphère privée, à la famille, à l’éducation des enfants. La femme est associée à l’univers de la reproduction, et l’homme, à celui de la production. Alors même que les femmes se sont individualisées, ces représentations hiérarchisées perdurent. ». Une égalité des sexes remise rapidement en question. Et donc un lien direct avec le problème de charge mentale principalement présent chez les femmes, causé par leurs obligations.

Les obligations de la femme créer la charge mentale

Les femmes actives célibataires ressentent et vivent bien souvent avec la charge mentale au quotidien. Mais lorsqu’une femme est en couple, puis devient maman, celle-ci ne fait qu’accroître, notamment avec la charge de travail à la maison. En effet, selon l’Observatoire des inégalités, les femmes consacrent en moyenne 3h26 par jour aux tâches domestiques, contre seulement 2 heures pour les hommes.

Celles en premières lignes sont celles aux horaires décalés et variables au travail, avec des minutes de transports à rallonge, mamans, avec un compagnon et/ou papa absent à cause du travail. C’est ainsi la femme qui doit absolument tout gérer et enfiler la casquette de maîtresse de maison pour la famille, de professeurs pour aider les enfants, de comptables pour gérer les papiers, de cuisinière pour les papilles de tous, mais aussi celle de businesswoman qui en parallèle doivent mener à bien leur entreprise, ou faire la meilleure des impressions une fois au travail. Un vrai casse-tête d’obligations féminines qui entraîne une charge mentale, parfois invisible, mais dévastatrice.

Loin d’être une fatalité, il est nécessaire d’en prendre conscience et d’agir grâce à plusieurs conseils simples.

Prendre conscience de la charge mentale à temps

Certains diront qu’il s’agit, encore une fois, d’une nouvelle tendance. Puisque, c’est vrai, il y a encore quelques années, le terme de « charge mentale » ne faisait pas partie du langage courant. Ni même du dictionnaire. Heureusement, avec le temps, les mentalités évoluent et les professionnels effectuent un travail remarquable. Grâce à ça, une prise de conscience est apparue.

La méthode est simple. Vous êtes adepte de la fameuse « To do List » ? Cette liste interminable à la page du jour de votre agenda. Celle qui vous permet de penser à tout, de ne rien oublier : « Ce comptage permanent quotidien, explicite et visible » comme le souligne la psychiatre Aurélia Schneider. Une anticipation permanente qui pousse les femmes à réaliser ces « To do lists » qui finalement exerce une pression continue et donc une charge mentale. Pour y remédier, Aurélia Schneider a une astuce : transformer sa « To do List » en « did list ». Le concept est simple : mettre sur papier la liste de toutes les choses effectuées dans la journée, afin de provoquer un choc : « C’est seulement en écrivant que l’on réalise les aberrations qui constituent notre vie et qui, pourtant, paraissent tout à fait banales au quotidien » écrit-elle dans "La charge mentale des femmes… et celle des hommes".

Une fois mise sur papier, à l’écrit, la première étape pour guérir est ensuite de le mettre à l’oral. D’en parler avec les personnes qui peuvent vous aider et vous soutenir au quotidien.

Dialoguer avec son partenaire pour la première étape

Vous en êtes consciente, la charge mentale est bien présente. En revanche, votre partenaire, lui, ne s’aperçoit de rien, et continue de mener une belle vie au travail, ou une fois rentré à la maison. Il ne s’inquiète de rien et vous fait confiance à 100 %. Il est temps de dialoguer, de faire comprendre à votre compagnon que c’est trop pour vous, qu’il est temps qu’il vous vienne en aide. Une conversation à deux, avec bienveillance, dans le but de mener à une solution.

Mais selon les spécialistes, cette conversation doit être réellement engagée de la part de la personne victime de charge mentale. Il faut le vouloir pour avancer et donc être prête à déconstruire ce que vous pensez être la vérité et la réalité.

Déconstruire les croyances pour avancer

Pour avancer, il faut dans un premier temps faire un travail sur vous-même. Les femmes sont en général celles qui choisissent la décoration de la maison, celles qui habillent les enfants pour que les vêtements soient bien assortis, celles qui prévoient les meilleurs menus de la semaine pour manger sainement, celles qui sont le mieux organisées pour TOUT. Contrairement aux hommes, plutôt de nature « bordélique » comme en témoignent plusieurs internautes sur les réseaux sociaux, mal organisés, ou encore dépensiers selon leurs compagnes. En revanche, pour justement espérer se détacher de la charge mentale, il est nécessaire de déconstruire ses croyances à ce sujet.

Un seul mot d’ordre : ce qu’une femme fait, un homme en est aussi capable. Ainsi, il est important de laisser son compagnon, dès le début de la vie commune agir à la maison en apprenant à déléguer vos tâches quotidiennes, lui laisser le temps de prendre ses habitudes sans montrer que vous êtes meilleure que lui.

Apprendre à déléguer, et sortir de la charge mentale

Déléguer est sans doute la solution numéro un. Mais si c’est une action facile à lire et à imaginer, elle est tout de suite bien plus complexe lorsqu’il s’agit de la mettre en œuvre. Que vous soyez une entrepreneuse en couple ou une maman multifonction, le problème est le même : c’est vous qui menez la barque. Vous et vous seule. Alors que, comme le dit le dicton, « Seul on va plus vite, à deux on va plus loin ». Et c’est prouvé. Pour empêcher votre charge mentale d’exploser, de vous manger toute crue, mais également pour avancer et grandir, il faut apprendre à déléguer. À une associée dans le business, ou à votre compagnon dans votre vie privée. Le secret pour réussir : fermer les yeux sur les choses faites d’une manière différente de la vôtre, mais pourtant parfaitement exécutées.

La charge mentale n’est pas une chose à prendre à la légère. Parfois invisible, ou gardée secrète par les femmes, elle peut être la cause d’une dépression, d’un mal-être, d’une séparation, d’une démission, ou encore de conflits en tout genre comme en témoignent plusieurs psychologues et thérapeutes de couples. Mais prise à temps, il est tout à fait possible d’en venir à bout.

Le chemin peut être long, mais n’oubliez pas, vous n’êtes pas seule, jamais.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

Merci à Aurélia Schneider, psychiatre, et son livre « La charge mentale des femmes »  Emma, Emmaclit.com et sa BD « Fallait demander »  

Et à Christine Castelain Meunier, sociologue au CNRS

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.