Les maladies cardiaques augmentent le risque de déclin cognitif

Publié le 18 Juin 2019 à 15h42 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Les personnes ayant souffert d’un problème cardiaque auraient un déclin cognitif plus rapide, et seraient donc plus à risque de développer une démence, comme la maladie d’Alzheimer.

Si vous souffrez d’une maladie coronarienne, vous pourriez être plus à risque face au déclin cognitif, et donc à des maladies comme Alzheimer et d’autres types de démence. C’est ce que révèle une étude publiée dans le Journal of the American College of Cardiology. Le cœur et le cerveau seraient donc intimement liés, et pourraient travailler ensemble.

Un déclin cognitif plus rapide chez les malades coronariens

Des chercheurs du Peking University Health Science Center (Chine) ont observé que les résultats des tests cognitifs (mémoire verbale, orientation temporelle…) diminuent plus rapidement chez les patients diagnostiqués d’une maladie coronarienne.

Ces observations viennent confirmer de précédentes études, qui montrent que les maladies coronariennes peuvent être associées à un déclin cognitif accéléré. Mais ces nouveaux travaux nous en apprennent plus sur le schéma temporel de ce déclin cognitif, avant et après l’incident coronarien.

Le déclin cognitif s’accélère après l’événement, mais pas avant

Les scientifiques ont suivi 7 888 adultes de cinquante ans et plus, sans antécédent d’AVC, pendant douze ans. Les participants ont subi une évaluation cognitive au début de l’étude, et au moins une autre pendant les années qui ont suivi. Au cours de cette période, plusieurs d’entre eux ont subi un infarctus ou une angine de poitrine - deux types de maladie coronarienne.

Résultat : les personnes confrontées à un trouble cardiaque ont vu leur déclin cognitif s’accélérer, alors qu’il était similaire à celui des autres participants avant le diagnostic de maladie coronarienne. Celui-ci n’était pas perceptible à court terme, mais plutôt dans les années qui ont suivi. On le voit bien sur le graphique ci-dessous, issu de l'étude, qui présente la courbe du déclin cognitif dans les quatorze années suivant un problème cardiaque.

Les maladies cardiaques augmentent le risque de déclin cognitif

© Journal of the American College of Cardiology. Le déclin cognitif après un incident cardiovasculaire.

Ainsi, les scores de la cognition globale, de la mémoire verbale et de l’orientation temporelle ont diminué bien plus rapidement qu’avant la maladie. Les auteurs ont aussi noté que les patients victimes d’une crise cardiaque “avaient un déclin de la mémoire significativement plus rapide que ceux souffrant d’une angine de poitrine”. En revanche, le déclin cognitif ne peut pas être annonciateur d’un infarctus ou d’une angine de poitrine, puisqu’il n’est pas plus élevé avant l’événement.

Un lien entre le cœur et le cerveau, lié à plusieurs facteurs

D’après les experts, les maladies cardiovasculaires affecteraient le cerveau de multiples façons. Elles pourraient notamment avoir un impact sur les petits vaisseaux sanguins, et perturber le flux d’oxygène qui alimente certaines parties du cerveau.

Ce lien peut s’expliquer par des facteurs de risque communs, tels que l’obésité, le diabète et l’hypertension. Leurs travaux suggèrent qu’il pourrait y avoir un processus graduel en jeu, qui affecte le flux sanguin et le cerveau. Toutefois, son fonctionnement reste encore mal connu.

Les malades du cœur, plus à risque face à la démence

Les patients ayant subi un problème cardiaque sont donc plus à risque de développer une démence, comme la maladie d’Alzheimer. “Même de petites différences dans la fonction cognitive peuvent entraîner un risque de démence à long terme”, souligne le Dr. Wuxiang Xie, auteur principal de l’étude.

“Etant donné qu'il n'existe actuellement aucun traitement curatif contre la démence, une détection et une intervention précoces sont essentielles pour retarder sa progression”, ajoute-t-il. “Les patients qui ont subi une crise cardiaque ou une angine de poitrine ont besoin d'une surveillance étroite dans les années suivant le diagnostic."

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X