Isolement : quand faut-il appeler le 15 ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteQuels symptômes justifient d'appeler le Samu ? Faut-il se rendre chez son médecin ou plutôt appeler le 15 ? On fait le point sur les principales recommandations avec le Dr Morgan Soubrane.

Vous avez la gorge qui gratte ? Le nez qui coule ? Une fièvre très forte ? Vous vous demandez si vous êtes atteint du fameux virus qui touche toute la France ? Alors, une question essentielle se doit d'être posée : quand devez-vous appeler le 15 ? Medisite vous livre la réponse. 

Le numéro vert : une plateforme pour les questions courantes sur le virus 

En cas de questions courantes sur le virus (comme sur vos droits de sortie en cette période d’isolement), il est important d’appeler le numéro mis à disposition par le gouvernement (0 800 130 000), et non le 15 !

Le Ministère des Solidarités et de la Santé assure que cette plateforme téléphonique pourra répondre à toutes vos questions, 24h/24 et 7j/7.

"Ce numéro est consacré aux personnes qui n’ont aucun symptôme particulier, mais uniquement des interrogations sur le virus en général”, souhaite rappeler le Dr Morgan Soubrane.

Attention donc à bien distinguer les 2 fonctions de ces plateformes : le numéro vert n’est pas habilité à dispenser des conseils médicaux si vous présentez des premiers signes d’infections respiratoires (fièvre ou sensation de fièvre, toux). Le 15, oui !

Que faire face aux premiers signes ? 

Dans un premier temps, rappelons quels sont, les premiers signes de la maladie et nous verrons ensuite dans quels cas appeler le Samu.

Comme l’explique le site du gouvernement, “les symptômes principaux du virus sont la fièvre ou la sensation de fièvre et des signes de difficultés respiratoires de type toux ou essoufflement”.

Ils sont donc similaires à ceux de la grippe, mais cette dernière au contraire se manifeste également par des maux de tête et des douleurs musculaires, sans les difficultés respiratoires.

En cas de suspicion d’infection, le patient est invité à rester chez lui, à prendre du paracétamol et à appeler si besoin son médecin traitant s’il ne présente que des symptômes légers, c’est-à-dire toux et fièvre.

La téléconsultation est également possible et même à privilégier : un décret a été publié le 10 mars afin “d’assouplir les conditions de réalisation de la télémédecine”. 

L'objectif c'est de limiter les déplacements pour éviter de potentielles contaminations dans les salles d’attente, les cabinets médicaux ou encore aux urgences, précise le Dr Soubrane.

Le dépistage est-il systématique ?

Le gouvernement explique "qu’en phase épidémique, le principe est de ne plus tester systématiquement” afin d’éviter la saturation. Ainsi, les tests diagnostiques ne sont réalisés que sur quatre types de population :

  • les personnes fragiles présentant des symptômes évocateurs du virus, à risque de développer des complications ;
  • les deux premières personnes présentant des symptômes évocateurs du virus dans les structures médico-sociales, notamment les maisons de retraites, et dans les structures collectives hébergeant des personnes vulnérables ;
  • les personnes hospitalisées présentant des symptômes évocateurs du virus ;
  • les professionnels de santé présentant des symptômes évocateurs du virus.

Mais d’après le Dr Morgan Soubrane, la réalité des tests est tout autre...

Plus de 70% de la population va sûrement contracter le virus. Nous ne pourrons donc plus faire de tests. La majorité se fera dans les hôpitaux, pour les cas graves”, prévient le spécialiste.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Coronavirus Covid-19, Ministère des Solidarités et de la Santé.