Sommaire

Face à la propagation du coronavirus, il est conseillé de ne pas céder à la panique. Mais ce n’est pas l’avis de tout le monde… Certains, ont décidé de faire des provisions de médicaments, d’eau potable, de savons ou encore d’aliments du quotidien... au cas où.

Médicaments courants ou vitaux : faut-il faire des stocks ?

Paracétamol, antibiotiques, insuline, pansements, compresses stériles… Doit-on acheter des médicaments pour faire face à une éventuelle rupture de stock dans les pharmacies ?

“Non, il n’y a aucune mesure qui préconise de faire des stocks de traitements courants ou de traitements chroniques. Il n’y a d’ailleurs aucune pénurie de médicaments annoncée en France”, assure Jean-Charles Gagnard, médecin infectiologue.

Nulle raison donc, de se ruer sur vos pastilles préférées en pharmacie. Surtout qu’être “trop” prévoyant peut aggraver la situation :

“Il n’y a pas de raison d’acheter des médicaments en amont, surtout que le fait de faire des stocks peut créer une pénurie. Il n’y a pas de surapprovisionnement qui est prévue dans les pharmacies", ajoute l’infectiologue.

Par ailleurs, le médecin rappelle que “puisqu’il n’y a pas de traitement spécifique pour le virus, il n’y a pas de médicament particulier à avoir à la maison”.

Bonne nouvelle également : les laboratoires se veulent rassurants. L’entreprise pharmaceutique française Sanofi a ainsi expliqué “que pour les approvisionnements, nous suivons de près la situation pour nous assurer qu'il n'y a pas de discontinuité”. Le Suisse Novartis a de son côté indiqué “à l'heure qu'il est, nous sommes confiants, nos stocks existant sont suffisants pour couvrir les besoins de production et de distribution”. Les sociétés parviennent entre autres à assurer leurs approvisionnements en faisant appel à des fournisseurs situés en Europe, en Amérique du Nord ou en Asie du Sud-Est.

Eau en bouteille : faut-il faire des réserves ?

Qui dit épidémie, dit virus ou bactéries. Mais qui dit virus, dit-il eau infectée ? “Non”, affirme le médecin infectiologue. “Le virus SARS-CoV-2 n’est pas véhiculé par l’eau”. Nul besoin donc de faire des stocks de bouteilles d’eau, on sait que l’eau du robinet restera bonne.

“En France, nous avons déjà un réseau d’eau potable qui est de très bonne qualité. Par exemple, lorsque qu’une personne contracte la grippe saisonnière, elle n’a pas de surinfection en lien avec la consommation d’eau”, souligne l’expert.

Pour rappel, le virus se transmet par voie direct (gouttelettes) quand quelqu’un tousse ou crache, mais il peut aussi survivre plusieurs heures sur une surface inerte (table, poignée de porte…). Pour l’éviter, une seule solution : suivre les règles de base d'hygiène. Autrement dit, se laver les mains au minimum 30 secondes, tousser dans son coude, ne pas réutiliser ses mouchoirs usagés etc.

Gels hydroalcooliques en pénurie : où en trouver ?

Depuis l’accélération de l’épidémie de coronavirus les gels hydroalcooliques sont devenus une denrée rare sur les étals des pharmacies. Alors, comment faire ? Fabriquez-le tout simplement !

C’est en tout cas ce qu’on fait certaines pharmacies pour lutter contre la soudaine rupture de stocks de leurs produits.

Nous vous dévoilons la recette de cette solution juste ici.

Sources

Coronavirus : Achats en hausse, gestion des stocks… Comment la grande distribution fait-elle face ?, 20 minutes, 2 mars 2020.

Coronavirus : savon ou gel hydroalcoolique, avec quoi se laver les mains ?, France info, 3 mars 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.