Coronavirus : ces objets peuvent vous contaminer !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLes colis "Made in china" ont peu de chance de vous contaminer, certes. Mais qu'en est-il des objets du quotidien, véritables nids à microbes ? Téléphone portable, ordinateur, stylo, tasse à café... Medisite fait le point sur ces objets et surfaces qu'il vaut mieux éviter de toucher pour ne pas contracter le Covid-19.

Deux mois après son émergence en Chine, le nouveau coronavirus n’a pas fini de révéler tous ses secrets. De nombreuses questions restent en suspens, notamment concernant son origine et sa capacité à infecter des personnes… mais aussi des objets. Pièces de monnaie, téléphone, stylo, ordinateur portable… Coure-t-on des risques en manipulant ses objets ? Le point. 

Infection au coronavirus : un risque quasi-nul pour les colis en provenance de Chine

Si ce nouveau coronavirus est capable de se multiplier rapidement dans un organisme, il est nettement moins à l’aise dans le milieu extérieur. En effet, ce virus ne survit que quelques heures sur des surfaces inertes et sèches.

Les personnes qui reçoivent des colis "made in China" ne doivent donc pas paniquer : il y a peu de risque que vous attrapiez le coronavirus 2019-nCov de cette façon.

Le Ministère des Solidarités et de la Santé assure aussi que "le risque d'être infecté par le [coronavirus] en touchant un objet importé de  Chine est considéré comme extrêmement faible".

En effet, d'après le Dr Stéphane Gayet, "les coronavirus ne sont pas résistants sur le plan physicochimique. Cela revient à dire qu'ils s'inactivent assez rapidement dans l'environnement, en quelques heures". 

L'infectiologue ajoute qu'en présence d'humidité et sur une surface poreuse, "ils peuvent rester plus longtemps infectieux". 

Mais d'autres paramètres peuvent intervenir pour influer ce risque infectieux : c'est le cas des objets, "en particulier, lorsqu'ils sont souvent manipulés et par des personnes différentes". 

Les pièces de monnaie sont à risque, de la même façon que le clavier ou la souris d'un ordinateur utilisés par des personnes différentes ; c'est également le cas des télécommandes, interrupteurs, boutons d'ascenseur, rampes d'escalier et mains courantes de couloir", met en garde le spécialiste. 

Un propos que confirme l'OMS, dans un article sur le Covid-19 : "la maladie peut se transmettre d’une personne à l’autre par le biais de gouttelettes respiratoires expulsées par le nez ou par la bouche lorsqu’une personne tousse ou éternue. Ces gouttelettes peuvent se retrouver sur des objets ou des surfaces autour de la personne en question. On peut alors contracter la COVID-19 si on touche ces objets ou ces surfaces et si on se touche ensuite les yeux, le nez ou la bouche", met en garde l'organisme. 

Bon à savoir : la porte d'entrée du virus est soit la conjonctive oculaire, soit les lèvres, soit la bouche. La main est souvent le vecteur de contamination jusqu'à l'une de ces muqueuses.

Surfaces fréquemment touchées : gare à l'infection !

Une équipe de la Ruhr University a cherché à en savoir un peu plus sur le risque de propagation des coronavirus à l’hôpital, sur des surfaces fréquemment touchées.

Pour ce faire, cet équipe allemande a combiné les résultats de 22 études portant sur les coronavirus et les conditions de leur inactivation.

Les études analysées portant sur les coronavirus Sars et Mers, concluent que ces virus peuvent persister sur les surfaces et rester infectieux à température ambiante jusqu'à 9 jours. En moyenne, ils survivent plutôt entre 4 et 5 jours mais les basses températures et l’humidité de l'air peuvent prolonger leur durée de vie.

Cet examen aboutit à quelques conclusions bien utiles, "transférables" au nouveau virus SARS-CoV-2.

Les chercheurs affirment en effet que "si des coronavirus différents ont été analysés, les résultats étaient tous similaires". Autrement dit, que ce risque de contamination sur les objets vaut également pour le virus SARS-CoV-2.



Coronavirus : les lieux où vous avez le plus de risques de l’attraper


Coronavirus : les lieux où vous avez le plus de risques de l’attraper
Si le Coronavirus semblait maîtrisé en Chine, il progresse à vitesse fulgurante dans d’autres pays comme l’Italie qui recense désormais des centaines de personnes infectées. Écoles, bars et...


Comment décontaminer un objet ?

Des tests portant sur différentes solutions de désinfection montrent que les agents à base d'éthanol, de peroxyde d'hydrogène ou d'hypochlorite de sodium sont efficaces contre les coronavirus.

Pour Stéphane Gayet, la méthode de décontamination la plus simple et la plus efficace est le "nettoyage à l'eau et au savon suivi d'un rinçage (soit application sans rinçage de vinaigre blanc, soit application sans rinçage d'eau chlorée au 1/15e - obtenue en mélangeant un volume d'eau de Javel à 2,6 % de chlore actif à 14 volumes d'eau à température ambiante) ; ou alors en appliquant de l'alcool dit ménager".

Mais il existe une autre solution, plus radicale : "la séquestration des objets mobiles pour attendre l'inactivation spontanée des virus. Une séquestration de 24 heures est en effet presque toujours suffisante", précise l'expert. 

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.