Sommaire

Le retour des beaux jours marque aussi celui de nombreux insectes, dont les moustiques. Selon le site Vigilance-moustiques, les conditions sont actuellement favorables à la multiplication des moustiques dans presque toute la France. Onze départements enregistrent même un nombre de piqûres et une prolifération inhabituels.

Le moustique-tigre est aussi de la partie, puisqu’il est implanté et actif dans les trois quarts de l’Hexagone. Des cas de maladie transmises par cette bête ont également été enregistrés dans tous les territoires d’Outre-mer.

Quels sont les moustiques dangereux en France ?

Un moustique est dit “dangereux” lorsqu’il est capable de transporter un virus, et de piquer un être (animal ou humain) déjà contaminé par ledit virus. Dans ce cas, il devient un vecteur, capable de transmettre la maladie à d’autres personnes.

En France, il existe trois espèces de moustiques potentiellement dangereuses, selon le site Vigilance-moustiques :

  • les Aedes, dont fait partie le moustique-tigre, qui peuvent transmettre la dengue, le chikungunya et le virus Zika ;
  • les Culex, susceptibles de transmettre le virus du Nil occidental ;
  • les Anopheles, dont une soixantaine d’espèces sont vectrices du paludisme.

Le ministère de la Santé précise qu’à ce jour, “il n’y a plus de transmission locale du paludisme en France, excepté à Mayotte et en Guyane”.

Carte : implantation du moustique-tigre en France au 20 mai 2020

Carte : implantation du moustique-tigre en France au 20 mai 2020© Service de presse

© Vigilance-moustiques.com

Quelles sont les principales maladies transmises par les moustiques ?

Certains moustiques peuvent transmettre des maladies vectorielles, également appelées arboviroses. Les principales étant : le chikungunya, la dengue, le virus Zika, la fièvre du Nil occidental, la fièvre jaune et le paludisme.

En 2019, 674 cas importés de dengue, 57 cas importés de chikungunya et 6 cas de Zika ont été déclarés en France métropolitaine, rappelle le ministère de la Santé. 12 cas autochtones ont été déclarés : 9 cas de dengue et 3 cas de Zika.

Comment un moustique peut-il vous contaminer ?

Les contaminations par le moustique se font sur le principe d’une réaction en chaîne. Tout commence dans une zone endémique, où le moustique pique une personne infectée, alors que le virus est encore présent dans son sang. Quelques jours plus tard, le même moustique pique une ou plusieurs autres personnes, et leur transmet le virus. Si plusieurs moustiques reproduisent le même schéma, et infectent de nombreuses personnes, une épidémie peut survenir.

Pour empêcher cette chaîne de contamination, et éviter une épidémie de dengue, de chikungunya ou de Zika, le ministère de la Santé a mis en place un dispositif de surveillance. Chaque cas humain de maladie vectorielle donne lieu à une enquête entomologique, et des opérations de démoustication si l’insecte est détecté autour de la zone d’habitation du patient.

Infographie : comment une épidémie d'arbovirose peut survenir

Infographie : comment une épidémie d'arbovirose peut survenir© Service de presse

© Ministère de la Santé

Comment se protéger contre les moustiques ?

À votre échelle, vous pouvez également agir pour vous protéger des moustiques. Commencez par éliminer toutes les sources d’eau stagnante dans votre jardin, sur votre balcon ou le rebord de votre fenêtre : boîte vide, pot de fleur, etc. Lorsque vous sortez vous balader, portez des vêtements longs et amples, en particulier si vous comptez vous rendre près d’un point d’eau.

Vous pouvez aussi utiliser des répulsifs. Dans les pages suivantes, nous vous listons justement les meilleurs répulsifs naturels à utiliser contre les moustiques.

Enfin, n’hésitez pas à signaler l’implantation d’un moustique vecteur autour de votre domicile, sur le portail mis à votre disposition par le gouvernement.

Les huiles essentielles anti-moustique

Plusieurs huiles essentielles sont efficaces contre les moustiques. Selon les huiles, vous pouvez les diffuser dans une pièce pour repousser les bêtes indésirables, ou les diluer dans une huile végétale pour les appliquer sur votre peau.

Attention : n’appliquez jamais d’huile essentielle pure directement sur votre peau ; diluez-la préalablement dans une base neutre (huile de coco, d’amande, de jojoba...). Évitez également les diffusions sur une durée prolongée : 15-20 minutes d’affilée par pièce maximum. "Il vaut mieux éviter les brûles parfums, qui oxydent les huiles essentielles", précise Nina Bossard, naturopathe et auteure du Guide NATURO spécial enfants (éd. Jouvence). Pensez aussi à aérer régulièrement votre intérieur.

Citronnelle, eucalyptus citronnée, menthe poivrée : repoussent les moustiques et soulagent les piqûres

L’huile essentielle de Citronnelle de Java possède une action répulsive, mais aussi des propriétés apaisantes, qui soulagent les piqûres. Vous pouvez l’utiliser en diffusion les soirs d’été, ou en application locale après dilution préalable. Évitez d’employer cette huile lors des 3 premiers mois de la grossesse.

Riche en citronellal et citronellol, l’huile essentielle d’eucalyptus citronnée peut être diffusée durant les soirs d’été pour éloigner les moustiques. En application locale, elle soulage les démangeaisons et les piqûres d'insectes. Son emploi est déconseillé durant les trois premiers mois de la grossesse.

L’huile essentielle de menthe poivrée possède les mêmes propriétés. Son utilisation est néanmoins interdite chez les femmes enceintes et allaitantes, les sujets épileptiques, les enfants moins de 6 ans et les personnes âgées.

Géranium, basilic : des actions répulsives reconnues

En diffusion atmosphérique, l’huile essentielle de Géranium Rosat est réputée pour ses vertus répulsives, grâce à plusieurs actifs qu’elle contient : (-)-10-épi-gamma-eudesmol, citronnellol et géraniol. Elle est toutefois déconseillée durant les trois premiers mois de la grossesse, pendant l’allaitement et chez l’enfant de moins de 3 ans.

De son côté, l’huile essentielle de Basilic grand vert possède des effets insecticides, grâce à plusieurs composés : methylcinnamate, methylchavicol, ocimène, cinéole et linalol. Celle-ci doit être évitée pendant la grossesse, l’allaitement et chez l’enfant de moins de 6 ans.

Enfin, vous pouvez aussi employer des synergies d’huiles essentielles anti-moustiques. Certaines sont vendues prêtes à l’emploi, mais il est également possible de réaliser votre propre mélange, à condition de bien connaître les huiles et leurs interactions.

Bracelets anti-moustiques : l’option pratique

Les bracelets anti-moustiques sont très pratiques à utiliser : nul besoin de passer quinze minutes à vous badigeonner le corps de lotion répulsive, vous n’avez qu’un bracelet à enfiler sur votre poignet. La plupart d’entre eux contiennent des huiles essentielles réputées pour leur capacité à repousser les moustiques, comme la citronnelle.

Ils constituent également une option économique, puisqu’ils ont une durée de vie d’environ 180 heures. Certains sont également rechargeables à l’aide de petites plaquettes, à changer tous les quinze jours.

Par leur teneur en huiles essentielles, ils peuvent toutefois être déconseillés aux femmes enceintes et allaitantes, ainsi qu’aux jeunes enfants. Les personnes allergiques ne pourront pas les utiliser.

Les plantes qui repoussent les moustiques

Certaines plantes sont également réputées pour leurs propriétés répulsives. C’est notamment le cas de la citronnelle, l’eucalyptus, le clou de girofle, la camomille, le géranium ou le monoï.

Vous pouvez vaporiser une décoction d’eucalyptus autour des portes et fenêtre de votre foyer. Pour la réaliser, faites bouillir 250 g de feuilles dans 1 litre d’eau, pendant 45 minutes. Plantez des clous de girofle dans des oranges et dispersez-les dans votre maison, et agrémentez votre terrasse ou le devant de vos fenêtres avec des pots de géranium.

Pour vous protéger pendant vos balades, faites infuser 250 g de fleurs de camomille dans 1 litre d’eau, et appliquez cette dernière sur les zones découvertes de votre peau. Vous pouvez également hydrater votre peau avec de l’huile de monoï.

La moustiquaire : simple et efficace

Voilà une solution très efficace pour éviter que les moustiques ne pénètrent dans votre intérieur. Vous pouvez placer des moustiquaires fixes sur toutes vos fenêtres, mais aussi sous forme de rideaux au niveau des portes.

Idem, des moustiquaires peuvent être aménagées au-dessus des lits et berceaux. Ces dernières coûtent généralement moins d’une vingtaine d’euros.

Le vinaigre de cidre : l’astuce de grand-mère

On y pense peu, et pourtant, le vinaigre de cidre aurait lui aussi des propriétés répulsives. Vous pouvez en verser dans un flacon pulvérisateur et le vaporiser sur votre peau, ou en imbiber des cotons et tamponner vos bras et vos jambes pour vous en imprégner.

En prime, il s’agit d’un antiseptique naturel qui soulage les piqûres de moustique et leur démangeaison. En revanche, il faut s’accommoder de l’odeur…

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Vigilance-moustiques.com

Moustiques vecteurs de maladies, ministère de la Santé, mis à jour le 4 mai 2020.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.