Parkinson : les personnes opérées de l’appendicite plus à risque

Publié le 10 Mai 2019 par Pauline Capmas-Delarue, journaliste santé
Les personnes opérées de l’appendicite auraient trois fois plus de risque de développer la maladie de Parkinson, selon une récente étude américaine.
Publicité

Si l’on vous a opéré de l’appendicite lorsque vous étiez plus jeune, vous pourriez avoir plus de chances de développer la maladie de Parkinson. Des chercheurs des hôpitaux universitaires de Cleveland (Etats-Unis) ont établi un lien entre cette opération courante et l'occurrence de cette pathologie neurodégénérative.

La maladie de Parkinson pourrait trouver sa cause dans le tube digestif

“Récemment, la recherche sur la cause de la maladie de Parkinson s’est concentrée sur l’alpha-synucléine, une protéine présente dans le tractus gastro-intestinal au début du développement de la maladie”, explique le Dr. Sherriff, auteur principal de l’étude. “C’est pourquoi les scientifiques du monde entier se sont penchés sur le tube digestif, appendice compris, afin de trouver des indices sur le développement de Parkinson”.

Publicité

Néanmoins, les précédentes études avaient abouti à des résultats “incohérents”. Certaines n’ont pas établi de lien entre Parkinson et l’appendice, d’autre ont abouti à un résultat opposé. C’est le cas d’une étude d’octobre 2018 : après avoir examiné les données d’1,6 millions de suédois, des chercheurs avaient découvert que l’appendicectomie diminuerait le risque de Parkinson d’environ 20 %.

Publicité

Trois fois plus de risques chez les patients opérés de l’appendicite

Face à ces contradictions, l’équipe du Dr. Sherriff a tenu à mener une étude de plus grande ampleur. Elle a donc analysé les dossiers de santé d’environ 62 millions de patients, soignés dans 26 systèmes de santé différents. Parmi eux, 488 000 se sont fait retirer l’appendice. Et 0,92 % de ces personnes opérées ont développé la maladie de Parkinson, au moins six mois plus tard. Alors que seulement 0,29 % des patients n’ayant pas subi d’appendicectomie on connu le même sort.

Autrement dit, le risque a été multiplié par trois chez les personnes opérées de l’appendicite. Et cela quel que soit le sexe, l’âge ou l’origine ethnique du patient.

Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre ce lien

“Nous avons constaté une augmentation de la prévalence de la maladie de Parkinson chez les patients avec des appendicectomies, ce qui suggère une corrélation entre les deux”, explique le Dr. Mohammed Sherriff, auteur de l’étude. Il rappelle cependant qu’aucun lien de causalité n’a été établi. Selon lui, les résultats de ces travaux ne doivent donc pas vous dissuader de vous faire retirer l’appendice.

“Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour confirmer ce lien, et pour mieux comprendre les mécanismes en jeu”, ajoute le professeur. A ce stade, les chercheurs ignorent encore si c’est l'inflammation de l'appendice, ou le fait de le retirer, qui augmenterait les risques. “Pour l’instant, le traitement de l’appendicite qui prédomine est chirurgical, et cela doit rester le cas jusqu’à ce que des travaux complémentaires soient réalisés.

Ces résultats doivent être présentés le 20 mai, lors du congrès annuel de la Digestive Disease Week, en Californie.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X