Cholestérol, contrôle de la glycémie… Le miel est-il l’aliment miracle pour améliorer votre santé cardiométabolique ? En effet, selon une récente étude canadienne publiée le 16 novembre dernier dans la revue Nutrition Reviews, ajouter un peu de miel à vos repas est un excellent moyen d'ajouter un peu de saveur à votre alimentation, tout en obtenant des effets bénéfiques sur la santé.

Les chercheurs de l’université de Toronto ont découvert que le miel améliore plusieurs facteurs de mesure clés de la santé cardiométabolique, comme la glycémie et le taux de cholestérol.

Miel : baisse de la glycémie à jeun et du mauvais cholestérol

Les scientifiques ont en effet constaté que la consommation de miel réduisait la glycémie à jeun, le cholestérol total et le LDL, ou "mauvais" cholestérol, les triglycérides et un marqueur de la maladie du foie gras. En outre, le miel semble également favoriser l'augmentation des niveaux de HDL ou "bon" cholestérol, et de certains marqueurs de l'inflammation. Il est important de préciser que selon les chercheurs, c’est le miel brut provenant d'une seule source florale qui semble offrir les plus grands avantages pour la santé. L’étude précise que "le miel, en particulier le robinier, le trèfle et le miel brut non transformé, peut améliorer le contrôle glycémique et les taux de lipides lorsqu'il est consommé dans le cadre d'un régime alimentaire sain".

"Ces résultats sont surprenants, car le miel est composé d'environ 80% de sucre", explique Tauseef Khan, chercheur associé en sciences nutritionnelles à la faculté de médecine Temerty de l'Université de Toronto, dans un communiqué de l'université. "Mais le miel est aussi une composition complexe de sucres communs et rares, de protéines, d'acides organiques et d'autres composés bioactifs qui ont très probablement des avantages pour la santé."

Miel : lequel a le plus d’effets bénéfiques sur la santé ?

En pratique, l'équipe de chercheurs a réalisé un total de 18 essais contrôlés, englobant plus de 1 100 participants dans cette analyse. Il est à noter que les participants suivaient un régime alimentaire sain. Les sucres ajoutés ne représentaient en effet que 10% ou moins de l'apport calorique quotidien des participants. La dose quotidienne médiane de miel dans les essais était de 40 grammes, soit environ deux cuillères à soupe. La durée médiane de l'essai était de huit semaines.

Résultat, le miel brut a été à l'origine de bon nombre des effets bénéfiques observés dans les études, tout comme le miel provenant de sources monoflorales telles que le robinier (également commercialisé sous le nom de miel d'acacia) - un miel provenant de faux acacias ou de robiniers noirs - et le trèfle, qui est courant en Amérique du Nord. Tous les miels n'ont pas les mêmes vertus.

Tauseef Khan a déclaré que si le miel transformé perd clairement beaucoup de ses effets sur la santé après la pasteurisation - généralement 65 degrés Celsius pendant au moins 10 minutes - l'effet d'une boisson chaude sur le miel brut dépend de plusieurs facteurs, et ne détruirait probablement pas toutes ses propriétés bénéfiques. Le chercheur précise qu’il est également possible de consommer le miel non chauffé, comme dans du yaourt, en tant que pâte à tartiner et dans les sauces de salade.

Miel : un sucre à intégrer dans des mesures diététiques ?

"Les experts en santé publique et en nutrition disent depuis longtemps qu'un sucre est un sucre", a déclaré le chercheur principal de l’étude, John Sievenpiper, clinicien-chercheur à l'Unity Health Toronto et professeur associé de sciences nutritionnelles et de médecine à l'Université de Toronto.

"Ces résultats montrent que ce n'est pas le cas, et ils devraient faire réfléchir à la désignation du miel comme sucre libre ou ajouté dans les directives diététique s", conclut-il.

Sources

Study suggests honey reduces cardiometabolic risks, communiqué de l’université de Toronto.

https://academic.oup.com/nutritionreviews/advance-article/doi/10.1093/nutrit/nuac086/6827512 

2 Tablespoons of honey lowers blood sugar and cholesterol levels, studyfinds.org, 17 novembre 2022. https://studyfinds.org/bees-honey-blood-sugar-cholesterol/#:~:text=2%20tablespoons%20of%20honey%20lowers%20blood%20sugar%20and%20cholesterol%20levels,-November%2017%2C%202022&text=TORONTO%20%E2%80%94%20Adding%20some%20honey%20to,from%20the%20University%20of%20Toronto. 

https://academic.oup.com/nutritionreviews/advance-article/doi/10.1093/nutrit/nuac086/6827512

mots-clés : Diabète
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.