Les gens qui font du bruit en mangeant ne sont en réalité pas malpolis, ils apprécient simplement mieux la saveur des aliments ! C'est ce qu'il ressort d'une nouvelle étude publiée dans l'International Journal of Gastronomy and Food Science. L'étude rappelle que boire bruyamment un liquide chaud, comme de la soupe ou du thé, par exemple, est une pratique courante dans de nombreuses régions d'Asie.

Déguster de manière très sonore le vin ou le café est également une pratique reconnue chez les professionnels pour aider à mieux libérer les arômes volatils des boissons dégustées. Ainsi, les chercheurs ont démontré que manger en faisant du bruit était un moyen d'apprécier le goût des aliments.

Le goût de la soupe était nettement plus intense

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont "étudié l'impact de l'aspiration (slurping) par rapport à la dégustation (sipping) sur l'évaluation de la saveur d'échantillons de soupe chaude servis dans un bol ou une tasse" sur 207 participants occidentaux. "Les résultats ont révélé que le goût de la soupe était nettement plus intense lorsqu'elle était avalée à grandes gorgées (donc en faisant du bruit) plutôt qu'à petites gorgées, et que les participants se sentaient aussi un peu plus gênés", écrivent les chercheurs.

Cela peut notamment s'expliquer par une plus grande aspiration de l'air lorsque vous avalez bruyamment votre soupe en ouvrant grand la bouche. En effet, l'oxygène a le pouvoir de modifier légèrement la saveur des aliments.

L'étude révèle en outre qu'au-delà de la manière dont on mange un aliment , le récipient dans lequel on mange peut aussi avoir un impact sur son goût. En effet, selon l'étude, "les participants préféraient la soupe lorsqu'elle était servie dans la tasse plutôt que lorsqu'elle était servie dans un bol (cette différence était plus prononcée pour le plus chaud des deux échantillons)", indiquent en effet, ses auteurs. "Ces résultats mettent en évidence l'impact des plats, de l a température et du style de consommation sur notre perception et notre plaisir à consommer de la nourriture".

"L'étude indique que, d'une certaine manière, manger en faisant du bruit améliore le plaisir de l'expérience", conclut Joseph Youssef, un des auteurs de l'étude.

"Le côté émotionnel de la nourriture"

Le goût relève en fait plus souvent de l'odorat qui "est là pour nous dire à quel point les aliments peuvent être délicieux" selon le chercheur. Manger ses nouilles en faisant du bruit ou croquer goulûment dans une pomme joue sur l'ouïe au même titre que la présentation de l'assiette joue sur la vue et améliore l'expérience générale de dégustation dans son ensemble, et donc la saveur des plats dégustés. Les enfants ne doivent d'ailleurs pas hésiter à jouer avec la nourriture selon les chercheurs, qui mettent en exergue "le côté émotionnel de la nourriture".

Selon l'étude, dans de futures recherches, "il serait intéressant de répéter cette expérience avec des participants d'une culture où le slurping (et les
sons) est déjà une pratique acceptable, comme l'Inde ou la Chine, pour déterminer si l’augmentation de la conscience de soi documentée dans notre échantillon occidental disparaîtrait". Pour rappel, ne pas supporter le bruit des gens qui mangent ou qui mastiquent bruyamment est une pathologie clairement identifiée que l’on appelle la misophonie.

En recherche d'emploi, Retraité ou Actif ? Envie de se reconvertir et de lancer son projet ? Découvrez la formation à 0€ pour y parvenir en cliquant ici >

Sources

Plateware and slurping influence regular consumers׳ sensory discriminative and hedonic responses to a hot soup, International Journal of Gastronomy and Food Science.

https://www.psih.uaic.ro/smdlab/wp-content/uploads/sites/20/2021/03/Youssef-et-al.-2017.pdf

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.