Le moustique Aedes albopictus, communément appelé "moustique tigre", est originaire des forêts tropicales d’Asie du Sud-Est. Arrivé en France et en Europe en 2004, il est désormais présent dans 67 départements. L’Occitanie est particulièrement touchée. 44% de ses communes sont colonisées. Cela représente 88% de la population régionale, soit près de 5.5 millions d’habitants.

L’Agence Régionale de Santé Occitanie va mettre en place un dispositif de surveillance renforcée du 1ᵉʳ mai au 30 novembre, période d’activité de cet insecte susceptible de transmettre des arboviroses (maladies virales regroupant la dengue, du chikungunya ou du zika).

Moustique tigre : un plan de prévention et de surveillance

En 2021, l’Occitanie a enregistré un faible nombre de cas d’arbovirose du fait de la limitation des voyages liée à l’épidémie de la COVID-19 (24 cas importés et 1 cas autochtone contre 128 et 3 en 2020). Toutefois, elle maintient sa lutte contre le moustique tigre. Son dispositif repose sur 3 axes :

  • La surveillance renforcée des populations de moustiques.
  • Une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs. La lutte contre l’insecte et ses larves constitue l’un des principaux moyens d’éviter la transmission de virus.
  • La surveillance médicale renforcée des cas humains des maladies que ce moustique peut véhiculer : chikungunya, dengue et zika.

"En cas de confirmation d’un cas suspect, et après une enquête entomologique visant à vérifier la présence de moustique tigre, un traitement insecticide est organisé dans les lieux de passage du malade", précise l’ARS Occitanie.

Moustique tigre : les bons gestes à adopter

Le moustique tigre se distingue par sa petite taille (moins de 0,5 centimètre) et ses rayures noires et blanches. "Contrairement au moustique commun (Culex) qui a plutôt tendance à piquer la nuit et dont le vol est bruyant, le moustique tigre est diurne, c’est-à-dire qu’il pique plutôt le jour (principalement le matin et le soir) et silencieux", prévient l’ANSES sur son site internet.

Le moustique Aedes albopictus se développe surtout dans des environnements péri-urbains et les zones urbaines très denses. La femelle pond ses œufs dans les eaux stagnantes artificielles, comme les vases, bidons, gouttières, vieux pneus…

Pour lutter contre sa prolifération, il est conseillé d’éliminer les lieux potentiels de pontes :

  • vider régulièrement ou supprimer les coupelles sous les pots de fleurs, vases aussi bien dans le jardin que la maison ;
  • ranger le matériel de jardin ;
  • recouvrir les récupérateurs d’eau de pluie avec une moustiquaire ;
  • introduire des poissons dans les bassins d’agrément : ils mangent les larves ;
  • bien entretenir et traiter les piscines et jacuzzi.

Les autorités recommandent également d'élaguer les arbres, débroussailler les haies et les herbes hautes. La végétation est le lieu de repos préféré des moustiques tigres. "Favoriser le développement des prédateurs des moustiques : soutenir le développement des populations d’oiseaux insectivores (hirondelles…), des chauves-souris insectivores (rendement pouvant dépasser les 500 moustiques par nuit), sans oublier les libellules insectivores aux stades larvaires et adultes", propose également l’ANSES.

Si vous avez observé des moustiques tigres à proximité de chez vous, vous pouvez faire un signalement sur ce portail dédié.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.occitanie.ars.sante.fr/moustique-tigre-surveillance-renforcee-du-1er-mai-au-30-novembre

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.