Alcool : les “trous noirs” abîmeraient notre mémoire !

Le lendemain d’une soirée un peu trop arrosée, il est courant d’avoir un “trou noir”. Un phénomène aujourd’hui enfin mieux compris grâce aux travaux de chercheurs.

Le black-out, un phénomène fréquent

Selon l’OMS, le “binge drinking” est défini par "la consommation d’au moins 5 verres d’alcool lors d’une occasion". Et pour certains bien davantage… Seulement, cette consommation excessive peut atteindre notre précieux hippocampe, le siège de la mémoire dans le cerveau, et entraîner des amnésies.

Celles-ci ne doivent pas être confondues avec une perte de conscience due à une alcoolisation excessive, autrement dit un coma éthylique.

Lors d'un épisode de black-out, la personne est consciente, agit, parle, mais ne se souviendra plus de ce qu'elle a vécu. Il s'agit d'une forme spécifique d'amnésie qui résulte du dysfonctionnement de certaines régions cérébrales induit par l'alcool.

Le black-out est fréquent puisque certaines études rapportent que près de 50% des jeunes adultes de moins de 25 ans l'ont déjà expérimenté au cours de leur vie.

Différentes sortes de “trous noirs”

On distingue deux sortes de black-out :

  • Le black-out qualifié de partiel ou fragmenté : il est plus fréquent et fait référence à l’oubli de certains détails ou de partie de souvenirs des événements. Avec cette forme mineure de black-out, il est parfois possible de se rappeler d ’une partie de ses souvenirs.
  • Le black-out complet ou en bloc. Dans ce cas, la personne est incapable de se rappeler le moindre détail en lien avec les événements. La perte de mémoire est en général définitive et les souvenirs ne pourront pas être récupérés.

On sait aujourd’hui que le black-out peut survenir chez n’importe quel consommateur d’alcool qui boit trop vite ou en trop grande quantité.

Les facteurs qui précipitent un black-out sont une alcoolémie (concentration d’alcool dans le sang) élevée et/ou une augmentation rapide du taux d’alcool dans le sang. Ils apparaissent en général lorsque le taux d’alcoolémie atteint 0,15 à 0,20 g/dl d’alcool dans le sang.

Excès d’alcool : une capacité d’apprentissage affectée

C’est sur ce réel problème de santé publique que le groupe de recherche de l’Inserm sur l’alcool et les pharmacodépendances, dirigé par Mickael Naassila, a enquêté dès 2015.

Les chercheurs ont administré à deux reprises un épisode de binge drinking à de jeunes rats afin d’obtenir une alcoolémie comparable à celle mesurée chez les jeunes qui arrivent aux urgences après une soirée arrosée.

Ils ont ainsi mis en évidence que, 48 heures après, leur capacité d’apprentissage était affectée. Au même moment, un mécanisme neuronal, la dépression synaptique à long terme (DLT) qui permet la plasticité synaptique, est abolie dans l’hippocampe.

Cette plasticité correspond à la capacité des neurones à modifier les connexions qu’ils ont établies entre eux – les synapses – pour permettre les processus de mémorisation et d’apprentissage.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.