Cancer de la peau : vos selles peuvent vous soigner !

Incroyable mais vrai : les micro-organismes présents dans les excréments pourraient soigner les patients atteints d'un cancer de la peau. Un essai clinique sera bientôt lancé.
Cancer de la peau : vos selles peuvent vous soigner ! Istock

D'après des chercheurs canadiens, des prélèvements fécaux pourraient aider les personnes atteintes d'un mélanome cutané à mieux répondre au traitement par immunothérapie. Ils s’apprêtent à lancer un essai clinique, comme l’indique le communiqué de presse paru le 16 août sur leur site officiel.

Des greffes de matières fécales qui peuvent “sauver des vies”

L’immunothérapie est un traitement qui a pour but de stimuler le système immunitaire d’un malade à attaquer et à détruire le cancer.

Des recherches préliminaires ont donc suggéré que le microbiome humain (ensemble des bactéries, champignons et autres micro-organismes que le corps humain contient en grand nombre) pourrait jouer un rôle dans la guérison du patient atteint d'un mélanome (maladie des cellules de la peau également appelée cancer du système pigmentaire).

C’est pourquoi des chercheurs du Lawson Health Research Institute au Canada, étudient actuellement l’impact des implantations fécales sur la longévité des patients atteints d’un mélanome cutané traités par immunothérapie.

"Le microbiome intestinal permet d'établir l'immunité dès le plus jeune âge. Il est donc logique qu'un intestin sain puisse améliorer la réponse à l'immunothérapie", explique le Dr Jeremy Burton, scientifique Lawson, spécialisé dans la recherche sur le microbiome humain. "Cela nous a amené à considérer le potentiel des greffes de selles."

Une première phase d’essai clinique

Ainsi, dans une première phase d’essai clinique, les chercheurs ont étudié l’utilisation de transplantations fécales pour altérer le microbiome des malades et améliorer leur réponse aux traitements par immunothérapie.

Puis, après avoir collecté les selles de donneurs sains, les chercheurs transplanteront ces micro-organismes fécaux chez 20 participants atteints d’un mélanome cutané. Tous, subiront cette “transplantation fécale” à l’Hôpital St. Joseph, qui fait partie du St. Joseph's Health Care London, suivi d’une immunothérapie à la LRCP. Celle-ci prendra la forme de capsules orales à ingérer.

L'objectif est de transplanter le microbiome du donneur afin que des bactéries saines colonisent l'intestin du patient.

Au fil du temps, les chercheurs évalueront l’évolution de leur cancer, de leur microbiome, de leur système immunitaire et de leur état de santé général.

"Le mélanome est le cancer de la peau le moins courant mais le plus mortel et les taux de mortalité augmentent", explique Dr John Lenehan qui a participé à l’étude. "Les médicaments d'immunothérapie anti-PD1 peuvent être extrêmement efficaces, mais nous voulons aider plus de patients à guérir. C'est notre but avec ces recherches".

Si les chercheurs se concentrent aujourd’hui sur le mélanome cutané, ils entrevoient également un potentiel pour d'autres cancers. "Nous sommes l'une des premières équipes au monde à étudier les transplantations fécales chez les patients atteints de cancer. Cette étude est à la fine pointe de la technologie en ce qui concerne les applications potentielles pour de multiples types de maladies", s’enthousiasme le Dr Saman Maleki, un chercheur associé de Lawson spécialisé en immunologie du cancer.

Les chercheurs de Lawson prévoient donc des études de transplantation fécale pour de nombreuses autres maladies, y compris la maladie hépatique grasse non alcoolique, la sclérose en plaques (SP) et la toxicité du traitement du cancer.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.