Zyrtec® : un risque de dépendance mis en évidence

Publié le 20 Février 2019 par Morgane Garnier, Journaliste Santé

Des milliers d'Américains expérimentent un syndrome de sevrage lié à l'antihistaminique Zyrtec®, souffrant de démangeaisons intenses. Des risques qui ne sont pourtant pas précisés sur les boîtes du médicament, vendu sans ordonnance outre-Atlantique.

Publicité

"Un enfer". C'est ce que des milliers de patients américains sous Zyrtec®, un antihistaminique indiqué dans le traitement des symptômes de l'allergie, vivent au moment de l'arrêt du médicament. Vendu sans ordonnance aux Etats-Unis, il provoquerait un syndrome de sevrage qui se manifesterait, entre autres, par des démangeasions à la limite du supportable.

Impossible d'arrêter le Zyrtec® à cause de démangeaisons "insupportables"

Un paradoxe, quand on sait que le Zyrtec® est censé soulager le prurit lié à l'allergie. En 2016, plusieurs cas de démangeaisons intenses ont été récensés également aux Pays-Bas. "Ces patients prenaient ces antihistaminiques de manière continue pendant des mois voire des années, expliquent les pharmacologues. Ils ont essayé plusieurs fois de les arrêter, mais s'en sentaient incapables à cause de ces démangeaisons insupportables et exaspérantes" qui apparaissaient au bout de quelques jours seulement après l'arrêt du traitement.

Publicité
Publicité

Un risque de dépendance non précisé sur la boîte du médicament

Sur les forums, les témoignages se multiplient. "Après deux jours sans Zyrtec®, j'avais des démangeaisons sur tout le corps, même sur la paume des mains, confie une patiente à Medium. C'était tellement horrible que je ne pouvais me concentrer sur rien. Je n'ai jamais ressenti ça auparavant." Le risque de dépendance à cet antihistaminique à base de cétirizine est donc réel. Pourtant, il n'est pas précisé sur les boîtes du médicament et ses fabricants, Johnson & Johnson, jugent que "les signalements de prurit au moment de l'arrêt sont très rares".

Et bien que le syndrome de sevrage lié au Zyrtec® ne soit pas comparable à celui des opioïdes par exemple, qui entraîne des symptômes beaucoup plus sévères, l'usage et l'arrêt de cet antihistimanique tout de même préoccupants : "Ce médicament étant vendu sans ordonnance, les patients peuvent l'utiliser à mauvais escient ou en abuser, voire y être accros, affirme la docteure Anna Lembke, interviewée par Daily Mail. Comme dans toutes les formes de dépendance, le cerveau est soumis à un processus de neuroadapation à la molécule."

Les autorités sanitaires "continuent d'examiner la question"

La solution pour s'en détacher et se débarrasser des symptômes incommodants : diminuer graduellement les doses, ou changer d'antihistaminique. Concernant l'inscription des démangeaisons comme possible effet secondaire du Zyrtec® sur les boîtes du médicament, la Food and Drug Administration (FDA ; l'équivalent américain de l'Agence nationale de sécurité du médicament) assure que les autorités sanitaires sont "conscients de cette préoccupation et continuent d'examiner la question".

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X