Paracétamol : et s’il était cancérigène ?

Ecouter l'article :

L’un des anti-douleurs les plus couramment utilisé se voit soupçonné d’être cancérogène par des scientifiques californiens. D’ici le printemps prochain, un panel d’experts tiendra une audience publique afin de déterminer si l’acétaminophène, connu en France sous le nom de paracétamol, doit être ajouté à la liste des 900 produits chimiques liés à des risques de cancer.

Un combat de grande envergure qui ne plaira pas à tout le monde. Et pour cause, l’un des médicaments en vente libre les plus courant au monde est soupçonné d’être cancérogène par la Californie. Dans le viseur des scientifiques ? L’acétaminophène, un ingrédient actif des analgésiques populaires comme le Tylenol® ou Doliprane®.

Au printemps prochain se tiendra une audience publique animée par des scientifiques californiens, afin de trancher, annonce le Los Angeles Times : ils détermineront si l’acétaminophène, connu en France sous le terme de paracétamol, doit être ajouté à la liste des quelque 900 produits chimique que l'État considère comme cancérogène. En effet, une loi californienne, appelée Proposition 65, oblige l'État à avertir la population des risques de cancer et de toxicité générés par certains produits chimiques. Reste à savoir si le paracétamol y a sa place.

Étiqueter l’acétaminophène comme cancérogène serait "faux et trompeur", selon la FDA

Les doutes, quant aux effets nocifs de l’acétaminophène, ne datent pas d’hier. Les autorités de règlementation californienne ont déjà mené et examiné 133 études sur le sujet. Certaines ont démontré le risque accru de développer certains cancers en étant en contact avec ce composé. D’autres études l’ont disculpé.

Les preuves n’ont, jusqu’alors, pas été suffisantes. Après les examens menés entre 1990 et 1999, le Centre international de recherche sur le cancer avant refusé de répertorier l’acétaminophène comme produit cancérogène. En outre, la Food and Drug Administration (FDA) américaine avait déclaré qu’étiqueter l’acétaminophène comme cancérogène serait "faux, trompeur et également illégal en vertu de la loi fédérale".

Les dangers de l’acétaminophène s’avèrent difficiles à décrypter, selon les experts. Il est difficile de l’isoler d’autres facteurs variables qui contribuent aussi au développement de cancers, comme par exemple le tabagisme.

Reconnaître un produit comme cancérogène n’est pas sans répercussion

En 2011, la roue tourne. Le California Office of Envrionmental Health Hazard Assessment (Bureau de l'évaluation des risques pour la santé, liés à l'environnement, communément appelé OEHHA) décrète alors qu’il avait suffisamment de preuves d’un risque élevé de cancer pour ajouter l’acétaminophène à la liste des 900 produits cancérogènes.

La procédure a été longue, mais une audience publique doit se tenir prochainement pour déterminer des réels dangers de l’acétaminophène. "C'est un problème difficile, car c'est un médicament très couramment utilisé. Mais cela ne fait aucune différence. Ce n'est pas notre mandat", a déclaré Thomas Mack, président du Carcinogen Identification Committee et professeur de médecine préventive à l'USC.

En effet, reconnaître officiellement un produit comme cancérogènen’est pas sans répercussion. On pense au glyphosate classé comme cancérogène par la Californie. En 2017, la société américaine qui fabrique Roundup (désherbant) avait été contrainte de verser plus de 2 milliards de dollars à un couple californien atteint de cancer. Un juge avait ensuite réduit la somme à 87 millions de dollars. On estime aujourd’hui à 13 000 le nombre de poursuites concernant le produit.

"Le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie irréversibles"

En France, à ce jour, le paracétamol ne fait l’objet d’aucune accusation concernant un éventuel lien avec le cancer. Néanmoins, ses dangers ne sont pas niés. En juillet 2019, l’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) avait annoncé la mise en place d’un message d’alerte sur toutes les boites du médicament.

"L’ANSM a demandé aux laboratoires concernés de faire figurer des messages d’alerte sur les boites des médicaments contenant du paracétamol. Cette mesure fait suite à la consultation publique lancée par l’ANSM en août 2018 pour sensibiliser les patients et les professionnels de santé au risque de toxicité pour le foie en cas de surdosage", avait communiqué l’Agence.

"En cas de surdosage, le paracétamol peut entraîner des lésions graves du foie irréversibles dans certains cas. Le terme surdosage s’entend par l’utilisation d’un dosage non adapté, une dose trop importante par prise ou par jour, et un délai minimum entre les prises non respecté. La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France".

Faites une action inoubliable : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer