Artemisia : l’utilisation de cette plante pourrait entraîner une complication mortelle

Publié le 27 Février 2019 par Claire Ménage, journaliste santé

L’Académie nationale de Médecine a tenu à mettre en garde dans un communiqué du 19 février 2019, les personnes qui utiliseraient la plante Artemisia pour lutter contre le paludisme. Cette dernière pourrait avoir des conséquences mortelles.

Publicité

Inquiète des dangers immédiats de l’utilisation de feuilles séchées d’Artemisia, l’Académie nationale de Médecine met en garde les personnes l’utilisant pour lutter et traiter le paludisme. Dans son communiqué du 19 février 2019, elle dénonce les "recommandations scientifiquement incertaines et irresponsables pour l’utilisation de cette phytothérapie". Selon elle, cette plante utilisée en poudre ou en tisane ne garantit pas forcément son efficacité. C’est une chercheuse chinoise Youyou Tu, qui en 2015 a reçu le prix Nobel de Médecine pour l’extraction à partir d’une plante de son pays, l’Artemisia annua. Efficace contre le paludisme, cette plante est extrêmement puissante et permet une élimination rapide de la maladie. De plus, ce remède doit toujours être associée à un autre antipaludique d’action plus prolongée.

Publicité

Une atteinte neurologique entrainant le décès

Le coup de gueule de l’Académie nationale de Médecine provient notamment de la mise en place de campagne médiatique et commerciale : "Éliminons le paludisme à l’aide de feuilles d’Artemisia" incitant à traiter les malades par Artemisia annua. Une action menée par une association française, "La maison de l’Artemisia", qui en profite pour mettre en avant la commercialisation de ce produit dans plusieurs régions d’Afrique qui n’ont pas un accès suffisant aux anti-paludéens. La demande est simple : il faut que cela cesse car cette "campagne de promotion organisée par des personnalités peut-être bien intentionnées mais incompétentes en paludologie". La valorisation de ce produit peut entrainer de graves conséquences. L’absorption de litres de tisanes de composition incertaine avec des dosages non contrôlés "expose les jeunes enfants impaludés à un risque élevé d'accès pernicieux", atteinte neurologique avec troubles de la conscience, convulsions, coma... pouvant entrainer la mort.

Publicité

Paludisme et prévention

Le paludisme est une maladie potentiellement mortelle due à des parasites transmis à l’homme par des piqûres de moustiques femelles infectées.

D’après les dernières données de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), on estime qu’il y eu, en 2016, 216 millions de cas de paludisme dans 91 pays, soit 5 millions de cas de plus qu’en 2015, entraînant 445 000 décès.

Recommandations :

Les moustiques piquent pendant la nuit.

  • Evitez les habitations à proximité d’eaux stagnantes en zone tropicales et subtropicales.
  • A l’intérieur, utilisez des diffuseurs d’insecticides et imprégnez en vos vêtements.
  • Pensez à emporter avec vous une moustiquaire que vous imprégnerez aussi d'insecticide.
  • Climatisez si possible la chambre, car le froid ralentit l’activité de ces insectes.
  • A l’extérieur, à la tombée de la nuit, portez des vêtements à manches longues, des pantalons longs et des chaussettes.
  • Pensez également à suivre un traitement préventif (prophylaxie) contre le paludisme.

Il est hautement recommandé de ne jamais emmener de nourrissons ou de jeunes enfants dans une zone impaludée. Le risque mortel étant trop important.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X