Couettes et oreillers à plumes, un danger pour vos poumons ?

Selon des experts, votre literie peut être dangereuse pour vos poumons. Les oreillers et couettes à plumes vous exposent à un risque de pneumopathie d’hypersensibilité. Essoufflements, sueurs nocturnes, fatigue…soyez attentifs si vous détectez ces symptômes.

Méfiez-vous de vos couettes et oreillers en plumes ! Ces derniers ne vous veulent pas que du bien, selon des experts. Des médecins ont recensé plusieurs cas de ce qu’ils appellent "poumon de couette en plume". Il s’agit là d’une inflammation des poumons causée par l’inhalation de poussières de plumes issues de la literie. Les professionnels de la santé appellent à être vigilant et attentif à tout essoufflement inexpliqué.

Au sein du BMJ Case Reports, plusieurs praticiens de l’hôpital Victoria de Kirkcaldy (Ecosse), racontent l’histoire d’un homme non-fumeur, âgé de 43 ans, qui a consulté son médecin généraliste après avoir subi des épisodes d’essoufflement, de fatigue et de malaise durant trois mois. Il s’est avéré que sa literie était responsable de son état.

L’équipe médicale évoque une forme de pneumopathie d’hypersensibilité (PHS), également appelée alvéolite allergique extrinsèque. Il s’agit d’une maladie pulmonaire causée par une inflammation des alvéoles du poumon, générée par une hypersensibilité à l’inhalation de poussières organiques.

"J’étais incapable de rester debout ou de marcher plus de quelques minutes"

"On apprend aux professionnels de la santé à demander aux patients présentant des symptômes respiratoires s’ils ont des animaux domestiques comme des oiseaux, mais pas à poser des questions sur l ’exposition aux plumes dans les couettes et oreillers, relèvent les scientifiques. Il s’agit d’une omission importante car l’utilisation de literie en plumes plutôt que synthétiques est commune".

En effet, si la pneumopathie d’hypersensibilité est considérée comme rare, de nombreux cas peuvent passer inaperçus.

Les experts font allusion au cas de cet homme, âgé de 43 ans et non-fumeur. Ce dernier a consulté son médecin pour des essoufflements récurrents. Ses symptômes ont été mis sur le compte d’une infection des voies respiratoires inférieures.

"J’étais incapable de rester debout ou de marcher plus de quelques minutes à la fois sans avoir l'impression de m’évanouir", a-t-il déclaré.

Après avoir changé de literie, il ne présentait plus aucun symptôme

Les résultats des tests sanguins du patient semblaient normaux. Une radiographie pulmonaire lui a été administrée. Le corps médical s’est donc penché sur les habitudes et l’hygiène de vie du patient. Les médecins ont appris que ce dernier était passé de la literie synthétique à la literie en plumes.

Ils lui ont donc préconisé d’abandonner sa nouvelle literie et de vérifier qu’il n’y ait pas d’oiseau dans sa cheminée.

Des tests ultérieurs ont démontré que l'homme présentait des taux anormalement élevés d'anticorps dirigés contre certaines protéines d'oiseaux, notamment les pigeons et les perroquets. En outre, d'autres examens ont laissé penser à une pneumopathie d'hypersensibilité.

Un mois après avoir supprimé la literie en plumes, le patient a vu son état nettement amélioré. Au bout de six mois, il ne subissait plus aucun problème respiratoire.

Les lésions peuvent être irréversibles pour vos poumons

Pour l’équipe médicale, le diagnostic le plus probable est celui du poumon à plume. Cette forme de pneumopathie d’hypersensibilité implique des symptômes comme des sueurs nocturnes, toux sèche ou encore des essoufflements. Une exposition répétée à la cause peut générer des lésions irréversibles sur vos poumons.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Feather duvet lung, BMJ, Octobre 2019