Une maladie inflammatoire de l'intestin multiplierait par 5 le risque de cancer de la prostate

Publié le 10 Décembre 2018 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Une récente étude américaine a démontré un lien entre incidence du cancer de la prostate et maladies inflammatoires chroniques de l'intestin (MICI), incitant ainsi les hommes qui en souffrent à se faire dépister de manière plus rigoureuse.
Publicité

Les hommes souffrant d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin (MICI) auraient quatre à cinq fois plus de risques d'être touchés par un cancer de la prostate. C'est ce que révèle une étude américaine publiée le 4 décembre 2018 dans la revue European Urology.

MICI et dosage du PSA

Si le lien entre MICI et cancer colorectal est déjà connu, les chercheurs affirment que cette étude est la première à montrer qu'il y a également un risque accru de cancer de la prostate en cas de MICI. Pour arriver à cette conclusion, plus de 10 000 hommes ont été suivis entre 1996 et 2017 : parmi eux, 1033 souffraient d'une MICI et 9306 étaient en bonne santé. Tous les patients ont effectué au moins un dosage du PSA (antigène spécifique de la prostate), un examen de dépistage du cancer de la prostate qui consiste en une prise de sang. Celle-ci sert à déterminer le taux de PSA : en général, plus ce taux est élevé, plus le risque de cancer de la prostate est accru.

Publicité
Publicité

MICI : le dépistage du cancer de la prostate chez les hommes qui en souffrent devrait être plus rigoureux

Résultat : l'incidence de cancer de la prostate à 10 ans était quatre à cinq fois plus élevée chez les hommes touchés par une MICI. "Cette étude suggère que les hommes avec une MICI ont un risque plus élevé de cancer de la prostate que la population en général", affirme le Dr Shilajit Kundu, directeur de l'étude. "Ces patients doivent être dépistés plus attentivement qu'un homme qui ne souffre pas de MICI, suggère-t-il. Si un homme avec une MICI a un taux élevé de PSA, cela peut être un indicateur de cancer de la prostate."

Qu'est-ce qu'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin ?

En France, on estime que 200 000 personnes sont touchées par une maladie inflammatoire chronique de l'intestin. Ce terme regroupe deux pathologies : la maladie de Crohn et la rectocolite hémorragique. Selon l'Inserm, elles correspondent toutes les deux à "une inflammation de la paroi d’une partie du tube digestif" et sont "le plus souvent diagnostiquées chez des sujets jeunes, âgés de 20 à 30 ans. Toutefois, elles peuvent survenir à tout âge."

Les symptômes sont particulièrement gênants et se manifestent sous forme de poussées inflammatoires : douleurs abdominales, diarrhées parfois sanglantes, fissure anale, fatigue, fièvre... S'il "n'existe pas de traitement curatif des MICI", des médicaments anti-inflammatoires permettent d'en soulager les symptômes. En cas de résistance ou de complications, la chirurgie peut être envisagée.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X