Sommaire

Des thérapeutiques à la carte

Des thérapeutiques à la carte© IstockLe traitement du diabète de type 2 (dit aussi gras, de la maturité ou non insulinodépendant) s’instaure presque toujours par étapes. L’ensemble des mesures thérapeutiques évolue donc avec le temps. Pourquoi ? Parce que le diabète est une maladie chronique et évolutive. Avec les années, le pancréas produit souvent de moins en moins d’insuline (cette hormone qui permet à l’organisme de réguler le taux de sucre dans le sang). Bien souvent, il faut alors envisager d’augmenter l’arsenal thérapeutique…

Vidéo. Cholestérol : ce que l'on peut manger... ou pas !

Le régime : mesure numéro un

Le régime : mesure numéro un© IstockLe régime anti-diabétique est la première mesure conseillée en cas de diagnostic de diabète. Il faut donc tout simplement contrôler son alimentation en suivant les conseils nutritionnels fournis par son médecin. En présence d’une surcharge pondérale, perdre quelques kilos peut aider à mieux équilibrer le diabète (le surpoids favorise en effet la maladie).

Attention : la réussite de cette tactique thérapeutique dépend non seulement du suivi du régime, mais aussi de la prise en charge des autres facteurs de risques comme l’hypertension, l'hyperlipidémie, le tabagisme ou la sédentarité. Il est d’ailleurs vivement recommandé de faire un peu d’activité physique (au moins une demi-heure par jour)...

Hypoglycémiants : la seconde étape

Hypoglycémiants : la seconde étape© IstockLorsque les mesures hygiéno-diététiques ne sont pas ou plus suffisantes pour conserver la bonne maîtrise de sa glycémie, le médecin doit prescrire des médicaments antidiabétiques (hypoglycémiants). Ils permettent à leur tour de maintenir le taux de sucre dans le sang à un niveau acceptable, au moins pour quelques temps… Par la suite, d’autres molécules sont généralement prescrites en supplément pour faire face au manque d’insuline grandissant.

L’insuline, en dernier recours !

L’insuline, en dernier recours !© IstockA la longue, le pancréas, même lorsqu’il est aidé, finit souvent par s’essouffler. Certaines personnes ont alors besoin de s’injecter de faibles doses d’insuline en complément de leurs autres traitements. A noter : le choix et le dosage des antidiabétiques doit être défini très précisément par un spécialiste endocrinologue ou diabétologue, le plus souvent lors d’un court séjour en milieu hospitalier.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Vidéo : Cholestérol : ce que l'on peut manger... ou pas !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.