Quand tout va bien, le mucus est translucide

Le mucus, plus familièrement appelé "morve" lorsqu'on désigne celui qui sort de notre nez, est sécrété naturellement par l'organisme et constitue une barrière contre les agents pathogènes. De texture fluide, un peu visqueuse, il est constitué à 95 % d'eau, mais contient également des protéines, des électrolytes et des sels inorganiques.

Contrairement à certaines idées reçues, la morve n'est pas forcément le signe d’un rhume. À la base, elle est censée maintenir nos poumons, nos voies respiratoires et nos voies nasales humides. Elle piège également les allergènes, la pollution et la poussière avant qu’ils n’atteignent les poumons.

Au quotidien, on avale près d'un litre de morve sans même nous en rendre compte. Celle-ci se mélange à la salive avant d'être digérée par l'estomac. Néanmoins, ce processus peut entraîner des maux de gorge lorsque l'on est malade, puisque le mucus est alors rempli de germes.

Le mucus d'un individu sain est normalement translucide. En cas d'infection ou d'inflammation, il peut toutefois devenir plus abondant, visqueux et se colorer. En effet, en cas d'infection virale ou bactérienne, la muqueuse nasale gonfle et produit davantage de mucus, dans le but d'évacuer un maximum de germes.

Lorsqu’il y a un excès de morve, c’est le signe d’un problème, explique le Dr Sarah Brewer, médecin généraliste, au DailyMail. La doctoresse rassure néanmoins : "un nez qui coule ou une toux avec des glaires montrent que votre corps combat l'infection et espérons-le, l'élimine de votre corps".

Le contenu de votre mouchoir est donc un bon indicateur de votre état de santé. Et plus précisément, la couleur du mucus peut orienter le diagnostic et révéler la gravité de la maladie dont vous souffrez.

Jaune ou verte, la morve témoigne d'une infection virale ou bactérienne

Une morve blanche peut être le signe d'une infection respiratoire comme un rhume ou bien une allergie. En raison de l'inflammation, vos tissus nasaux ont tendance à gonfler, diminuant ainsi le niveau d'humidité de votre nez. Le mucus est alors plus épais et opaque ; son écoulement se trouve ralentit.

Une couleur jaune foncé ou verte peut, quant à elle, témoigner d'une infection virale ou bactérienne. Si vous toussez également, il est probable qu'elle vienne des sinus ou des voies respiratoires inférieures.

Cette coloration apparaît lorsque les globules blancs combattent l’infection, c'est donc le signe que votre système immunitaire réagit. Plus précisément, le jaune est dû à l'évacuation des globules blancs. Le vert est le signe d'une infection plus coriace et purulente. En mourant, les globules blancs libèrent un pigment de cette couleur.

Si des écoulements de mucus vert persistent au-delà de deux semaines, et s'associe à d'autres signes, comme de la fièvre, n'hésitez pas à consulter un médecin. Il pourra vous prescrire un traitement pour aider votre corps à combattre la maladie – il peut s'agir notamment d'une sinusite.

Rose : la couleur la plus préoccupante

Dans certains cas, le mucus peut devenir rose ou rouge. "C’est la couleur la plus préoccupante", indique le Dr Hussain, médecin à l'hôpital Spire Bushey dans le Hertfordshire (Royaume-Uni). Celle-ci dénote, en effet, la présence de sang dans la morve.

L'hemoptysie – ou le fait d'expectorer du sang – est un signe à ne pas prendre à la légère, puisque cela peut révéler un œdème pulmonaire ou autre maladie grave des voies respiratoires.

Un mucus rose peut aussi résulter d’un simple rhume ou d’une bronchite ; cette teinte est alors causée par la sécheresse et l’irritation du nez à force de se moucher. Les personnes asthmatiques peuvent aussi expulser un mucus de cette couleur, dû aux cellules sanguines des voies respiratoires.

Dans le doute, "si votre morve est teintée de sang, il faut consulter un professionnel de la santé en urgence", recommande le médecin.

Marron ou noir : le signe d'un environnement pollué

La couleur marron est celle du fumeur ou des environnements pollués. Il peut s’agir aussi de sang séché issu de saignements dus à un rhume.

Un mucus noir peut, lui aussi, être issu d’un environnement poussiéreux et sale, ou bien de la cigarette. Mais il peut également témoigner d’un problème plus sérieux : une pneumonie fongique ou bactérienne, une maladie pulmonaire associée à une inhalation d’irritants et de poussière. Les personnes dont le système immunitaire est affaibli sont particulièrement à risque de contracter ce type d'infection.

Comme lorsqu'elle est teintée de rose ou de rouge, une morve noire doit vous alerter, et systématiquement vous pousser à consulter un médecin – en particulier si vous ne fumez pas.

Glaires : quelle couleur pour quel danger ?

Lorsque l'on produit plus de glaires que d'ordinaire, c'est souvent le signe d'un début d'infection et cela démontre que la muqueuse nasale gonfle et produit plus de mucus dans le but d'éacuer le virus de votre corps. L'important est de vérifier la couleur des glaires pour que vous puissiez réagir en cas de gravité.

Il est important de savoir qu'en l'absence d'infection, votre mucus est normalement translucide, rendant votre écoulement nasal et vos glaires de la même couleur. En revanche, en cas d'infection virale ou bactérienne, il est possible que votre mouchure devienne jaune foncé ou verte. C'est surtout le signe que le système immunitaire se défend contre l'infection pour éliminer le virus de votre corps.

Il y a danger si vos glaires prennent une couleur rosée ou rouge, car c'est le signe de la présence de sang. Si cela vous arrive, il est important de consulter un médecin, tout comme si elles sont marron ou noires. Ces derniers cas de figure peuvent être dues au tabagisme ou à la pollution, mais aussi indiquer la présence d'une maladie plus sérieuse.

Sources

Whether green, brown or red, what the colour of your PHLEGM says about your health, DailyMail, 3 janvier 2017. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.