Hépatite B - se faire vacciner

L’hépatite B est une maladie inflammatoire du foie causée par un virus très contagieux qui se transmet par voie sexuelle et sanguine (comme le sida), mais aussi probablement par la salive. C’est une maladie grave qui peut conduire à la cirrhose et au cancer du foie.

Pourquoi se faire vacciner?

L’hépatite B constitue un des principaux problèmes de santé publique dans le monde.

Plus de deux milliards de sujets vivants aujourd’hui sont ou ont été infectés par le virus de l’hépatite B (1).

Chaque année, plus de 4 millions de cas d’hépatite B aiguë sont recensés dans le monde (1). On dénombre à l’heure actuelle près de 350 millions (5% de la population mondiale) de porteurs chroniques du virus de l’hépatite B (1,2) et 1 million de morts par an (1,3). Prévalence du portage de l’Ag HBs dans le monde en 1997 (d’après l’OMS)

Hépatite B

Zones d'endémieTaux de portage de l'Ag HBs

Hépatite B

Forte

> 8%

Hépatite B

Moyenne

2-7%

Hépatite B

Faible

Le virus de l’hépatite B constitue la deuxième cause identifiée de décès par cancer après le tabac (1).

Le virus est retrouvé dans la plupart des liquides biologiques des personnes infectées. On le retrouve en particulier en quantités importantes dans le sang et les sécrétions sexuelles (sperme, sécrétions vaginales) et en moindre quantité dans la salive (4).

On peut être contaminé

Lors de relations sexuelles avec une personne infectée par le virus de l’hépatite B. L’hépatite B est une maladie sexuellement transmissible (MST). C’est le mode de contamination le plus fréquent dans notre pays.

Par contact à travers la peau avec le sang d’une personne contaminée:

  • piqûre accidentelle avec une seringue souillée,
  • partage de seringue, d’aiguilles, de rasoir, de brosse à dent,
  • tatouage, percing...

- Par contact direct du sang infecté sur une muqueuse: éclaboussure de sang sur l’oeil ou les muqueuses du nez ou de la bouche par exemple.

- Par transfusion de sang ou de dérivés sanguins. Ce risque est quasiment nul en France. Un risque persiste néanmoins dans les pays où les produits sanguins ne sont pas encore contrôlés (3).

- Par contact physique intime. Même en l’absence de rapports sexuels, les contacts avec un porteur du virus de l’hépatite B constituent un risque de transmission. Le rôle de la salive, des excoriations cutanées, de l’échange d’objets personnels (rasoir, brosse à dent, linge de toilette ...) a été évoqué.

Enfin, les femmes enceintes infectées par le virus peuvent le transmettre à leur enfant à la naissance. Dans la majorité des cas la contamination a lieu au moment de l’accouchement par contact direct avec le sang maternel (3).

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

L’hépatite B. Vaccins et vaccination: la situation mondiale. OMS-UNICEF, Genève 1996 :80-6.

D.G.S. Comité technique des vaccinations. Hépatite B. Dans: Guide des vaccinations Edition 1995: 106-13.

Grosheide P, Van Damme P. Prevention and control of hepatitis B in the community. Communicable Disease Series, n°1 WHO-VHPB. 1996.

Hépatite B. Dépistage, prévention . Expertise collective INSERM Les éditions INSERM 1997;13-5.

Marcellin P. Histoire naturelle et traitement de l’hépatite virale B. Dans: Trépo C., Valla D. Hépatites virales. Progrès en hépato-gastroentérologie 9. Editions Doin 1993:33-49.

APPIT. 83 Hépatites virales. In: Maladies infectieuses, ed. E. PILLY. Montmorency: 2M2; 1996 :378-389.

Avis du Comité Technique des vaccinations et du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, séances du 17 et du 23 juin 1998.

Margolis H, Alter M, Krugman S. Strategies for controlling hepatitis B in the United States. In: Hollinger FB, Lemon SM, Margolis H (ed) Viral Hepatitis and disease. Baltimore: William and Wilkins, 1991:720-4

Steffen R. Imported hepatitis. Travel Med Int 1989;7(1):3-8.

Avis du Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France (section des maladies transmissibles) du 16 avril 1999. Calendrier vaccinal 1999

Voir plus
La rédaction vous recommande sur Amazon :