Sommaire

Fatigue : certains médicaments en cause

Qu'on se le dise : si vous êtes fatigué après une semaine de prise d'antibiotiques, ce n'est pas le traitement qui vous a épuisé, mais la maladie qui a motivé ce traitement.

Il n'en est pas de même pour tous les médicaments et certains ont pour effet secondaire l'asthénie. "C'est le cas des neuroleptiques, sédatifs, anxiolytiques, certains antidépresseurs, les antiépileptiques, les bétabloquants, les antihistaminiques, les antihypertenseurs, les antiarythmiques et des chimiothérapies", note le Dr Philippe Balard gériatre et spécialiste de la fatigue.

Le cancer peut être en cause dans l'asthénie

"Plus rarement l'asthénie peut être le signe révélateur de cancer", estime le Dr Phlippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue. "Mais, dans ce cas, elle est souvent associée à une perte de poids, et une perte d'appétit. Ainsi, si une personne de 50 ans présente ces symptômes ensemble, mieux vaut pousser les examens en fonction de ses facteurs de risques : examen clinique, prise de sang, radio des poumons s'il s'agit d'un fumeur, coloscopie s'il y a des antécédents dans la famille.

Dans la maladie de Hodgkin qui est un cancer du système lymphatique, la fatigue sera accompagnée de gonflement des ganglions."

Fatigue = insuffisance cardiaque, respiratoire, hypothyroïdie...

"Si une grande fatigue est associée à l'essoufflement, plusieurs maladies peuvent être en cause, tout dépend des symptômes qui lui sont associés", note le Dr Philippe Balard gériatre et spécialiste de la fatigue.

"Il peut s'agir d'insuffisance cardiaque, dans ce cas, la personne a vraiment du mal à monter les escaliers par exemple. En cas d'insuffisance respiratoire, la fatigue et l'essoufflement seront accompagnés de toux ou d'autres symptômes respiratoires. Enfin, l'hypothyroïdie est, elle aussi marquée par une sensation d'épuisement qui peut être associée à un manque de souffle, une prise de poids, un gonflement du visage. Mais souvent, au début, la fatigue est le seul symptôme."

La fatigue signe de dépression

"L'asthénie psychique est associée au stress, à la fatigue par sur-stimulation intellectuelle ou à l'anxiété. Mais c'est aussi un symptôme de dépression", souligne le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue.

"Un patient qui se réveille fatigué, mais qui s'anime au fur et à mesure de la journée, c'est-à-dire, au fur et à mesure des stimulations qu'il rencontre et qui n'arrive pas à aller se coucher, il faut l'écouter ! S'il est triste, découragé, il est probablement dépressif.

D'ailleurs, pour certains médecins, la fatigue chronique viendrait de la conjugaison d'un mauvais sommeil et d'un terrain anxio-dépressif activé par un facteur déclenchant comme une maladie ou une opération."

De récents travaux confirment cette piste. Publiés dans la revue Journal of Behavior Therapy and Experimental Psychiatry, ils montrent que le fait de dormir moins de 8 heures par nuit expose à un risque accru de dépression et augmente la propension à avoir des idées négatives.

Fatigue = anémie ?

"L'anémie est une grande cause de fatigue. Si je vois arriver dans mon cabinet une personne pâle qui se plaint de ne rien pouvoir faire tant elle est épuisée, j'y pense tout de suite", affirme le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue.

"Il faut alors en chercher la cause : il peut s'agir d'un saignement qui passe inaperçu comme un ulcère, ou des règles très abondantes, mais aussi d'un manque de fer. Il faut donc faire faire une prise de sang pour vérifier le taux d'hémoglobine dans le sang et le statut en fer. En fonction des résultats, d'autres examens peuvent être prescrits : fibroscopie gastrique par exemple."

Les apnées du sommeil : une fatigue dangereuse

Les apnées du sommeil sont des pauses respiratoires qui surviennent pendant le sommeil. Elles peuvent être à l'origine de fatigue, car le sommeil n'est plus réparateur. "Dans ce cas, d'autres symptômes sont plus caractéristiques : les ronflements, les cauchemars, le besoin de faire la sieste", souligne le Dr Philippe Balard.

"Ces apnées sont aussi à l'origine de baisses de vigilance voire d'endormissements qui provoquent régulièrement des accidents de la route." Le diagnostic repose sur la polysomnographie, qui est l'examen complet du sommeil : mouvements respiratoire, ronflement, position du patient, variation du taux d'oxygène dans le sang.

Fatigue + soif : attention au diabète

"Dans le diabète sucré, qui touche la personne jeune, la fatigue est parfois l'un des deux seuls symptômes, l'autre étant la soif intense avec des besoins fréquents d'uriner", note le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue.

"Chez les personnes souffrant de diabète de type II, la fatigue est également présente, mais en général les signes qui alertent sont plutôt le surpoids, le gros appétit et la sédentarité. Dans tous les cas, il faut pratiquer une prise de sang pour mesurer la glycémie."

La fatigue : premier symptôme des viroses

"Toutes les infections dues à des virus provoquent une grande fatigue", affirme le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue. "Prenons l'exemple classique de la grippe : on commence par être très fatigué, on a des courbatures puis la fièvre arrive.

Parfois l'asthénie est le seul symptôme, c'est le cas dans 80% des hépatites A : il n'y a ni fièvre, ni jaunisse, ni coloration des urines, juste l'épuisement. Mais plusieurs autres maladies infectieuses peuvent être en cause : la toxoplasmose, le CMV (cytomégalovirus), la mononucléose infectieuse, une banale gastro-entérite, ou encore une infection par le VIH. Là aussi un examen clinique approfondi puis la prise de sang sont indispensables pour dépister la présence d'une de ces maladies. "

Le tabac et monoxyde d'azote : fatigue par asphyxie

"Souvent, les gros fumeurs se plaignent de fatigue. C'est normal ! ", insiste le Dr Philippe Balard, généraliste et gériatre. "D'une part, ils ont un taux important de carboxyhemoglobine dans le sang, un pigment qui fixe l'oxyde de carbone au lieu de l'oxygène (comme le fait l'hémoglobine), ce qui réduit l'apport d'oxygène aux cellules.

D'autre part, à terme, le diamètre de leurs vaisseaux se réduit, ce qui diminue aussi l'oxygénation. C'est exactement le même processus, mais à plus long terme, que dans l'intoxication au monoxyde d'azote à cause d'un poêle ou d'un chauffe-eau défectueux. Dans ce dernier cas toutefois, la fatigue est associée à des maux de tête et des malaises, et touche souvent un groupe de personnes présentes ensemble dans une même pièce. "

L'alcool : fatigue par destruction des nerfs

Certes, l'alcool perturbe les cycles de sommeil, mais pour le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue, le principal risque n'est pas là. "En cas d'alcoolisme chronique, deux principaux types de cellules sont attaquées : les cellules du foie et les neurones. Or, pour fonctionner, les muscles ont besoin d'être stimulés par les nerfs : si les neurones sont détruits, le message moteur parvient moins bien aux muscles qui s'atrophient, ce qui conduit à une fatigue musculaire."

Fatigue et asthénie, la même chose ?

"Pas exactement", estime le Dr Philippe Balard, gériatre et spécialiste de la fatigue. "La vraie fatigue disparaît lorsqu'on se repose. Si malgré le repos, on reste fatigué, les médecins parlent plutôt d'asthénie. C'est celle-ci qui peut être le signe que quelque chose ne va pas.

De même, il existe deux types d'asthénie : la fatigue physique qui est plus importante en fin de journée et la fatigue psychique qui, elle, prédomine au lever et s'améliore en cours de journée. L'asthénie physique est liée à quatre grandes causes : aux dysfonctions d'organes, aux maladies infectieuses, aux substances toxiques ou aux traitements médicamenteux."

En France, plus de la moitié des Français déclarent ne pas assez dormir et souffrir fréquemment de fatigue. Mais l’asthénie est elle moins répandue : selon l’Assurance Maladie, 10 à 25 % des personnes qui consultent un généraliste se plaignent d’asthénie. Les femmes sont deux fois plus concernées que les hommes.

Sources

Déterminez votre type de fatigue et trouvez les solutions adaptées, du Dr Philippe Balard aux éditions Josette Lyon, 17€. Un livre clair, plein de tests simples pour évaluer votre type de fatigue.

Vidéo : Fatigue chronique : quand s’inquiéter ?

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.