Conduire, jouer du piano… Toutes ces petites choses simples que Helen Jeremy adorait faire ne sont plus que de l’histoire ancienne pour cette Britannique de 73 ans. À cause de la pandémie de Covid-19, son traitement mensuel a été retardé, lui faisant perdre définitivement la vue.

“Je paniquais, c’était terrifiant”, raconte la septuagénaire

“Tout ce que j’aimais faire s’est envolé par la fenêtre, et ma vie a complètement changé”, déplore la retraitée qui réside à Bridgend, au Pays de Galles. Atteinte d’un glaucome et diagnostiquée d’une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) quatre ans auparavant, Helen recevait des injections oculaires tous les mois pour contrôler la maladie et ainsi garder la vue.

Mais lorsque la pandémie a frappé, ses rendez-vous médicaux ont été annulés, et elle n’a pas pu recevoir son traitement pendant quatre mois. Très vite, elle constate que sa vue se détériore de plus en plus. “Je paniquais. C'était terrifiant. Parce que je suis veuve, je suis seule et c'était affreux”, rapporte-t-elle à la BBC.

Le report des traitements, en cause dans sa perte de vision

“Tout à coup, ma vue avait pratiquement disparu. Le temps d’avoir enfin un rendez-vous, on m’a annoncé que les injections ne servaient plus à rien, parce que les dommages avaient été causés à l’arrière de mon œil”. Il était donc trop tard...

En réaction à la situation de Mme Jeremy, le Conseil de santé de l’Université de Cardiff et de Vale a expliqué qu’à ce moment-là, la priorité avait été attribuée en fonction des risques des patients.

“Nous sommes désolés que Mme Jeremy ait malheureusement subi une détérioration de sa vue, quelques semaines après son dernier traitement en juillet", a déclaré un porte-parole. “Malheureusement, certaines affections oculaires peuvent s'aggraver avec le temps, malgré un traitement en cours”.

33 000 personnes à risque de subir le même sort au Pays de Galle

À travers ces mots, l’établissement semble donc se dédouaner de toute responsabilité, en laissant entendre que la vision de la septuagénaire aurait pu se dégrader de la même façon, même en recevant les injections. La BBC a donc mené l’enquête, et découvert que plus de 33 000 personnes à risque de perdre la vue attendaient leur traitement depuis trop longtemps au Pays de Galles.

Les conseils de santé avaient pour objectif de traiter 95 % des cas les plus graves à temps. Or, seulement 66 % des patients ont été pris en charge à temps au mois de mars, et 53 % en octobre. Le nombre de personnes en attente d’une chirurgie de la cataracte depuis plus de neuf mois a également quadruplé en un an, passant de 1 096 à 5 693.

Devenir aveugle : un “prix à payer” pour stopper la pandémie ?

Gwyn Williams, ophtalmologiste consultant spécialisé dans la chirurgie de la cataracte à l'hôpital Singleton, a déclaré que le nombre de personnes en attente d’une opération avait "augmenté de façon presque exponentielle" avec la pandémie. “Il est tout simplement impossible d’avancer les rendez-vous de tous ceux qui le demandent, puisque nos capacités d’accueil ont été sévèrement réduites”.

Le spécialiste déplore le fait que les habitants du pays vont devoir “payer un prix visuel pour toutes les restrictions liées au coronavirus, au nom d’un plus grand bien qui est de contrôler la propagation du virus”.

"Comme pour toutes les spécialités de soins planifiées, l'ophtalmologie a subi les conséquences de la pandémie et ses performances ont été affectées", a déclaré un porte-parole du gouvernement. “Les conseils de santé travaillent à accroître les activités d'ophtalmologie et priorisent les patients en fonction du risque clinique”, a-t-il ajouté.

Sources

Covid: Woman left blind after treatment delayed in pandemic, BBC Wales, 27 novembre 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.