Diabète : la vitamine D peut ralentir sa progression !

Publié le 29 Juillet 2019 à 16h43 par Louise Ballongue, journaliste santé
Selon des chercheurs canadiens, l’usage de la vitamine D permettrait de lutter contre le développement du diabète de type 2.

Indispensable pour une bonne santé, la vitamine D a peut-être un rôle à jouer dans le ralentissement de la progression du diabète de type 2. C’est en tout cas ce qu’ont prouvé des chercheurs canadiens dans une récente étude.

Vitamine D : une amélioration de la fonction métabolique

Des chercheurs canadiens de l’Université Laval au Québec ont publié dans la revue “European Journal of Endocrinology” les résultats de leur étude sur les effets de la vitamine D sur l’organisme des patients diabétiques. Selon leur recherche, la vitamine D a une influence positive sur les patients et peut être utilisée dans la lutte contre cette maladie.

Un résultat encourageant lorsque l’on sait, qu’en France, près de 3,3 millions de personnes sont traitées pour un diabète et 90 % d’entre elles souffrent d’un diabète de type 2.

Selon l’équipe de chercheurs, "cette supplémentation en vitamine D permettrait d’améliorer l’action de l’insuline chez les personnes souffrant de diabète de type 2, et ainsi de ralentir la progression de la maladie."

Pour rappel, l’insuline, une hormone produite par le pancréas dont manquent les diabétiques, permet de réguler naturellement le taux de glucose dans le sang.

Pour arriver à ces résultats, les scientifiques ont mesuré les marqueurs de la fonction insulinique et du métabolisme du glucose avant la supplémentation en vitamine D, puis six mois après une supplémentation à forte dose (environ 5 à 10 fois la dose recommandée).

Ils ont alors pu constater que cette supplémentation a considérablement amélioré l’action de l’insuline dans le tissu musculaire et ce, en seulement six mois.

Pourtant, précisent-ils, seuls 46 % des participants présentaient un faible taux de vitamine D au début de l'étude.

Qu'est-ce que le diabète de type 2 ?

Aussi appelé diabète non insulino-dépendant, le diabète de type 2 apparaît avec l'âge et se caractérise par une hypoglycémie chronique.

Il correspond dans un premier temps à une difficulté pour les cellules d’utiliser l'insuline. On parle alors d'insulinorésistance. Le sucre présent dans le sang a du mal à entrer dans les cellules.

Pour lutter contre cela, le pancréas, responsable de la sécrétion d'insuline, va augmenter sa production. Ce phénomène est l'hyperinsulinisme. Malheureusement, au bout de plusieurs années, le pancréas s'épuise et n'arrive plus à sécréter d'insuline. C'est la phase d'insulinodéficience.

Cet épuisement est d'autant plus rapide que la personne est en surpoids, a de mauvaises habitudes alimentaires, fume et ne pratique pas d'activité physique.

Diabète de type 2 : les risques

Les risques engendrés par un diabète de type 2 sont divers. Si votre taux de sucre est trop élevé, vos artères souffrent, c'est l'athérosclérose. Elles vont durcir progressivement, augmenter la pression artérielle et entraîner des risques cardiovasculaires : AVC, infarctus... Le système nerveux est aussi très sensible à un taux de sucre élevé.

Cette pathologie peut également entraîner une neuropathie pouvant donner des douleurs, une baisse de la sensibilité et des faiblesses musculaires.

Le système neurovégétatif peut aussi être affecté et donner des troubles urinaires, digestifs, des troubles du rythme cardiaque et des troubles sexuels. Les yeux sont également touchés : la rétine peut être atteinte et entraîner une cécité. Enfin, les reins sont en première ligne et leur souffrance peut aller jusqu'à une insuffisance rénale.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.