Sommaire

La fatigue

La fatigueLa fatigue tient une place à part entière parmi les symptômes que l'on retrouve dans la dépression. "Il s'agit d'une fatigue qui, contrairement à la fatigue ordinaire, se manifeste le matin et s'améliore le soir", explique le Dr Alain Gérard psychiatre. "Elle est liée à ce que l'on appelle le ralentissement psychomoteur." La moindre activité physique ou intellectuelle, mais aussi le simple fait d'aller dîner ou déjeuner avec des amis devient difficile.

Quand consulter Si la fatigue s’associe à d’autres signes comme la perte du plaisir, l’anxiété, la dévalorisation de soi… et persiste quotidiennement pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

L'anxiété

L'anxiété "L'anxiété peut masquer la dépression. Mais il ne faut pas confondre le trouble anxieux qui est un malaise, un trouble de l'adaptation lié à un problème passager, professionnel ou familial, et une dépression. D'ailleurs, les gens anxieux conservent leur énergie vitale et sont capables d'aller chercher de l'aide, d'aller consulter pour faire cesser leur angoisse. Ce dont ne sont plus capables les dépressifs", explique le Dr Alain Gérard psychiatre. "Toutefois, si les problèmes de l'environnement persistent trop longtemps et que la personne est fragile, les défenses du système cérébral vont être débordées et la maladie dépressive risque de s'installer."

Quand consulter ?Si l’anxiété s’associe à d’autres signes comme la fatigue, les troubles du sommeil, la perte du plaisir, la dévalorisation de soi… et persiste quotidiennement pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

Les troubles du sommeil

Les troubles du sommeilLe sommeil est perturbé lors d'une dépression. "Le plus souvent les personnes se réveillent très tôt, en dernière partie de nuit et se sentent angoissées. Elles parlent volontiers de sensation de « crabe dans l'estomac »", remarque le Dr Alain Gérard psychiatre. Cette perturbation du sommeil aggrave la fatigue physique et psychique ressenties par ailleurs.

Quand consulter ? Si les troubles du sommeil s’associent à d’autres signes comme la fatigue, les troubles alimentaires, la perte du plaisir, l’anxiété… et persistent quotidiennement pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

La perte du plaisir

La perte du plaisir"La perte du plaisir est caractéristique de la dépression : nous l'appelons « anhédonie »", indique le Dr Alain Gérard psychiatre. "C'est une perte progressive. Au point que la personne ne s'en aperçoit pas. Elle peut se dire « je ne ressens plus les choses comme avant », sans en parler spontanément. Elle devient indifférente à ce qu'elle aime, c'est plus souvent l'entourage qui s'en rend compte." De même "la dépression est une maladie des émotions où l'on observe souvent soit une hyper-émotivité (on pleure pour un rien) soit une froideur." La perte de la libido va bien sûr souvent de paire avec cette aplatissement de la capacité à se réjouir.

Quand consulter ? Si la perte du plaisir s’associe à d’autres signes comme la fatigue, les troubles du sommeil, l’anxiété, la dévalorisation de soi… et persiste quotidiennement pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

La dévalorisation de soi

La dévalorisation de soiSe dévaloriser peut être un signe de dépression. On identifie alors deux aspects. "Le premier : la personne souffre d'un trouble de la personnalité, elle s'est toujours sentie inférieure aux autres, mal dans sa peau. Il faut alors voir si d'autres symptômes sont apparus récemment (fatigue, anxiété…). Le second aspect : la personne avait jusque là une bonne estime d'elle-même et se met à se dévaloriser" explique le Dr Alain Gérard psychiatre. Dans le cas d'une dépression, la dévalorisation de soi s'installe durablement.

Quand consulter ? Si la dévalorisation de soi s’associe à d’autres signes comme la fatigue, les troubles du sommeil, la perte du plaisir, l’anxiété… et persiste quotidiennement pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

Les troubles alimentaires

Les troubles alimentaires"Le plus souvent, la dépression est associée à une perte d'appétit et à un amaigrissement. Mais il peut arriver, au contraire, qu'elle s'accompagne de crise de boulimie avec une appétence plus marquée pour le sucré", note le Dr Alain Gérard psychiatre. Il pourrait s'agir de deux formes cliniques différentes de dépression. "La première toucherait plus souvent les personnes les plus marquées par une vulnérabilité biologique liée en partie à l'hérédité et en partie à l'enfance", précise notre interlocuteur.

Quand consulter ? Si les troubles alimentaires s’associent à d’autres signes comme la fatigue, les troubles du sommeil, la perte du plaisir, l’anxiété… et persistent pendant au moins une dizaine de jours, mieux vaut consulter.

Les idées noires

Les idées noires"Le plus grand danger réside dans les idées suicidaires qui peu à peu deviennent obsessionnelles, la mort apparaît à la personne comme la seule issue", explique le Dr Alain Gérard psychiatre.
Que faire ? "Lorsque l'on voit une personne dépressive, il est très important de lui demander si elle a pensé à la mort et lui permettre d'en parler. Si elle a déjà mis en place un scénario, il faut retirer tout ce qui pourrait être utilisé (armes à feu…)", recommande le spécialiste.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

mots-clés : Maladie estomac
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.