Pic de chaleur : respirer fort peut faciliter la transmission du coronavirus !

Certifié par nos experts médicaux MedisiteÀ cause des fortes chaleurs en ce début de semaine, il vous arrive de transpirer à grosses gouttes derrière votre masque ? Sachez que la sueur n'est pas un vecteur de contagion du coronavirus... alors qu'une respiration forte, oui. Explications.
Pic de chaleur : respirer fort peut faciliter la transmission du coronavirus !Istock
Sommaire

Nous sommes mi-septembre, et pourtant, nous pourrions presque nous croire en période de canicule. Des records de chaleur sont en effet attendus en ce début de semaine, dans plusieurs villes françaises.

Des beaux jours, qui réjouissent bon nombre de Français souhaitant secrètement faire perdurer l'été... Pourtant, cette vague de chaleur n'est pas sans conséquences d'un point de vue épidémique : transpirer ou respirer fortement peut impacter l'efficacité de votre masque. On vous explique pourquoi.

La transpiration peut-elle faciliter la transmission du coronavirus ?

À cette question, les experts sont unanimes : le coronavirus se propage via de petites gouttelettes provoquées par la toux ou les éternuements, mais en aucun cas par de la sueur.

“Pour la sueur, je ne sais pas si l’étude (sur la transmission du Covid-19, ndlr) a été faite mais on ne voit pas comment ce serait possible, car le virus se transmet par voie respiratoire, a détaillé le porte-parole inter-fédéral Yves Van Laethem sur RTL Luxembourg. À ma connaissance, pour aucun virus, même Ebola, la dengue ou encore la grippe, la transpiration n’a été vectrice.”

Bonne nouvelle donc : à l'exception de la salive, aucun fluide corporel ne transmet le coronavirus. C'est bien à travers la respiration et les gouttelettes de salive que le virus se transmet, pas à travers les pores de la peau.

Il reste tout de même important de maintenir une distance, notamment lors de la pratique du sport, "car si la transpiration ne transmet pas le virus, les gouttelettes qui se propagent lorsqu'on respire sont projetées plus loin lors d'efforts physiques", ajoute le site.

Un masque humide perd ses capacités filtrantes

Lorsqu'il fait chaud et que l'on transpire, le masque peut rapidement devenir inefficace : l'humidité lui fait perdre ses capacités filtrantes. Il faut par conséquent changer de masque plus régulièrement.

D'après l'Afnor (l'Association française de normalisation), interrogée par le Huffington Post, il est conseillé de le changer tous les 4h, pour éviter qu'il ne soit trop humide, car "s'il est mouillé, l’électricité statique des fibres du tissu qui arrête les gouttelettes des postillons disparaît et les gouttelettes passent plus facilement”, avertit-elle.

Le Ministère de la Santé recommande aussi de changer " le masque porté dès qu'il devient humide".

Un conseil qui s'applique à tous les types de masque : tissu, chirurgical ou FFP.

Évitez donc tout ce qui pourrait potentiellement humidifier votre masque : la transpiration, mais aussi les plongeons, brumisateurs, vaporisateurs, etc. N'oubliez pas non plus de vous laver toujours les mains après avoir manipulé votre masque et évitez de vous toucher les yeux, la bouche ou le nez pendant l’utilisation.

Toutefois, il y a une chose contre laquelle vous ne pourrez pas lutter : l'humidification naturelle du masque par votre respiration. Là aussi, il faut prendre des précautions. On vous explique lesquelles dans la prochaine partie de l'article.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.