Sommaire

Porter un patch de nicotine peut-il empêcher d'attraper le Covid-19 ?

Porter un patch de nicotine peut-il empêcher d'attraper le coronavirus ? Pour le savoir, l'AP-HP lance une étude nationale sur plus de 1 600 personnes pour évaluer l’efficacité de la nicotine en prévention de l’infection chez le personnel soignant. À l’appui de cette hypothèse, l’AP-HP souligne que "les données épidémiologiques françaises montrent un taux de fumeurs actifs significativement plus faible dans la population Covid-19 que dans la population générale".

En pratique, certaines des personnes testées porteront des patchs de nicotine pendant 4 à 5 mois et d'autres des patchs de placebo, pour comparer et vérifier si la nicotine a un effet préventif contre le Covid-19. L’objectif est d’inclure dans l’étude 1 633 personnels soignants médicaux et non médicaux travaillant dans un établissement de santé (médecins, infirmiers, aides-soignants, kinésithérapeutes, brancardiers, manipulateurs radio, étudiants en santé …), non-fumeurs (ou anciens fumeurs ayant arrêté depuis plus de 12 mois), n’ayant pas d’antécédent de COVID-19 et travaillant au contact de patients (qu’ils soient ou non atteints de COVID-19).

L'AP-HP soupçonne que la nicotine "puisse avoir un effet protecteur contre le Covid en inhibant la pénétration et la propagation du virus dans les cellules (grâce à une action sur les récepteurs d’entrée du coronavirus SARS-COV2)". Déjà au printemps, des chercheurs français avaient émis l'hypothèse que la nicotine puisse avoir un effet protecteur contre le Covid-19. Le gouvernement avait alors décidé de limiter la vente des substituts nicotiniques pour éviter une explosion des achats.

L’AP-HP rappelle toutefois que le tabagisme reste la première cause de mortalité évitable dans le monde, et que "rien ne permet d’espérer un rapport risque/bénéfice positif du tabagisme dans la lutte contre la COVID-19", car le tabac « tue beaucoup plus qu’il ne protège".

Covid-19 : les fumeurs seraient moins atteints que les non-fumeurs

D'après les travaux menés par une équipe de l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris et du neurobiologiste Jean-Pierre Changeux, membre de l’Académie des Sciences, la nicotine aurait des vertus préventives contre le coronavirus.

Les fumeurs vont être ravis. D'après une étude publiée par l'Académie des Sciences, les accros à la cigarette seraient moins atteints que les autres personnes par le virus.

Pour arriver à cette hypothèse, l'équipe médicale a testé 350 malades hospitalisés et 130 patients atteints d'un Covid-19 plus léger, accueillis en ambulatoire.

Tous, ont été testés positifs au Covid-19. Les spécialistes ont aussi regardé s’ils fumaient plus ou moins que la population générale de même sexe ou de même âge, en comparant avec des données de population générale datant de 2018.

Résultat : très peu de fumeurs parmi ces patients, explique le Professeur de médecine interne Zahir Amoura, qui a mené l’étude.

"On avait un taux de fumeurs qui était de l'ordre de 5 %, ce qui est bas", explique Zahir Amoura à France Inter. "Il y a à peu près 80 % de moins de fumeurs dans les populations Covid que dans la population générale, de même sexe et de même âge."

Dans le tabac, il y aurait donc quelque chose qui pourrait protéger contre le Covid. Oui, mais quoi ? D'après les chercheurs, cette substance pourrait être la nicotine.

Pour la petite histoire, cette idée a germé d'une coïncidence. Par l’entremise d’une connaissance commune (le Prix Nobel de physique Serge Haroche), le professeur Zahir Amoura rencontre il y a un mois le neurobiologiste de renommée mondiale Jean-Pierre Changeux.

La nicotine empêcherait le virus d'accéder aux cellules

Spécialiste de ce qu'on appelle les "récepteurs nicotiniques", le scientifique suggère que la nicotine pourrait empêcher le virus de se fixer et de pénétrer dans les cellules. Elle interdirait ainsi sa propagation et constituerait un frein au développement de la maladie, ce qui finalement expliquerait cette sous-représentation des fumeurs parmi les personnes testées positives.

"L'idée était que la nicotine interfèrerait avec l'attachement du coronavirus sur le récepteur de la nicotine, et puisse donc s'opposer à la propagation du virus", détaille le Dr Changeux.

Certains retours de terrain suggèrent même que des patients fumeurs hospitalisés (et donc brutalement sevrés) pourraient voir leur état s'aggraver avec ce sevrage brutal.

L'autre hypothèse des chercheurs, c'est que la nicotine pourrait aussi amoindrir la réponse immunitaire excessive qui caractérise les cas les plus sévères.

Dans tous les cas, les scientifiques espèrent que leurs travaux permettront d'accélérer les recherches sur le virus.

"Compte-tenu de l’urgence sanitaire, il apparait souhaitable d’évaluer rapidement l’impact thérapeutique des agents modulateurs du récepteur nicotinique, directs et/ou indirects, addictifs ou non-addictifs sur l’infection par SARS-CoV-2", expliquent les auteurs de l'étude.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Porter un patch de nicotine peut-il empêcher d'attraper le Covid-19 ?, BFMTV, 23 novembre 2020.

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris lance une étude nationale pour évaluer l’efficacité de la nicotine en prévention de l’infection COVID-19 chez le personnel soignant : Nicovid Prev, Aphp.fr, 20 novembre 2020. 

Covid-19 : l’hypothèse du rôle central du récepteur nicotinique de l’acétylcholine et ses implications préventives et thérapeutiques, Les Comptes-Rendus de l’Académie des sciences, 21 avril 2020.

Une étude clinique bientôt lancée pour déterminer les effets de la nicotine sur le Covid-19, France Inter, 22 avril 2020.

Le tabac mortel sous toutes ses formes, l'OMS, 2006.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.