Test de stérilité : comment ça marche ?

Il faut être deux pour concevoir un bébé, et les investigations des médecins concerneront donc les deux parents en devenir. Le gynécologue procédera à une échographie (pour vérifier la morphologie de l’utérus et des ovaires) et une prise de sang (afin de procéder à un dosage hormonal) sur la femme, pour définir s’il y a des problèmes d’ovulation de son côté. L’homme, quant à lui, doit se soumettre à un spermogramme, c’est-à-dire à une analyse de son sperme, pour étudier la qualité, la quantité et la morphologie des spermatozoïdes. En fonction des résultats à ces examens, d’autres tests peuvent être mis en œuvre.

Test de stérilité : les examens plus poussés

Pour la femme, d’autres examens sont ensuite envisagés. L’hystérosalpingographie permet de vérifier l’utérus et les trompes, car si les deux trompes sont obstruées, cela empêche la fécondation. L’hystéroscopie permet d’étudier les éventuelles anomalies de la cavité utérine. Une biopsie de l’endomètre fera le point sur les potentielles infections touchant l’endomètre. Pour l’homme, un test de capacitation (ou REM : recompte des spermatozoïdes mobiles) permet d’établir le nombre de spermatozoïdes utiles en cas de procréation médicalement assistée (PMA). Des examens bactériologiques (pour déterminer si les spermatozoïdes sont victimes d’infections) et hormonaux seront envisagés. Enfin, un caryotype (effectué à partir d’une simple prise de sang) de l’homme et de la femme sera demandé, afin de déterminer si des anomalies des chromosomes expliquent l’infertilité.

Découvrez la coque de masque qui vous aide à mieux respirer sous votre masque !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.