Cataracte congénitale : l’infection

Dans un cas sur quatre, la cataracte chez le nouveau-né est secondaire à une infection contractée par la mère au cours de la grossesse. La rubéole est l’une des principales pathologies susceptibles de provoquer ce type de complications fœtales, tout comme la toxoplasmose ou encore l’herpès génital. C’est la raison pour laquelle la femme enceinte fait l’objet d’une surveillance médicale accrue.

Cataracte congénitale : l’hérédité

Il arrive également que la cataracte juvénile affiche un caractère héréditaire. Ces dernières décennies, les chercheurs sont d’ailleurs parvenus à mettre en exergue différentes mutations génétiques susceptibles d’altérer l’encodage des protéines du cristallin. Dans ce type de cas, la cataracte est généralement bilatérale. Certaines pathologies génétiques, à l’image de la trisomie 21, peuvent également occasionner une cataracte chez l’enfant.

Cataracte congénitale : la persistance de la vascularisation fœtale

Cette malformation oculaire congénitale rare est susceptible de toucher le cristallin, ainsi que d’autres structures oculaires. Associée à une petite taille de l’œil, cette pathologie se caractérise par la présence anormale de vaisseaux sanguins qui auraient normalement dû disparaître vers le cinquième mois de grossesse.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.