Sommaire

Qu’est-ce que le régime cétogène ?

Le régime cétogène correspond à une alimentation très pauvre en glucides (les sucres) mais riche en lipides (les graisses).

L’explication de la spécialiste : "En temps normal, la source d’énergie des cellules du corps est le glucose. Mais un régime cétogène pauvre en glucides force l’organisme à fabriquer une autre source d’énergie : les corps cétoniques (ou cétones) qui sont des graisses métabolisées", détaille Magali Walkowicz, diététicienne-nutritionniste spécialiste du régime cétogène.

Un régime qui affame les cellules cancéreuses

Le régime cétogène modifie totalement la source d’énergie de l’organisme. C’est cette particularité qui va être utile contre le cancer.

Pourquoi ? "Les cellules cancéreuses ne s’alimentent qu’avec du glucose alors que les cellules saines se nourrissent de glucoses ou de cétones. Elles fonctionnent un peu comme un moteur hybride !" révèle Magali Walkowicz. "Conséquence, le régime cétogène affame les cellules cancéreuses mais nourrit les cellules saines", ajoute-t-elle. Il s’agit donc d’un jeûne ciblé, "sans perte de vitamines, de minéraux ni de masse musculaires" rassure la diététicienne-nutritionniste.

Autres avantages : Les corps cétoniques agissent comme des molécules anti-inflammatoires et atténuent les effets secondaires de la chimio et de la radiothérapie. "On observe donc une meilleure tolérance mais aussi une meilleure efficacité des traitements contre le cancer grâce au régime cétogène", constate la spécialiste.

Quand faire un régime cétogène ?

Une personne qui reçoit un diagnostic de cancer peut commencer un régime cétogène, au moins pendant les périodes de chimiothérapie et/ou de radiothérapie pour améliorer son bien-être et le succès de son traitement.

Quand commencer ? "Beaucoup de personnes démarrent le régime quand elles voient que le traitement ne suffit pas ou qu’il est mal toléré", nous confie Magali Walkowicz.

Pour quelle durée ? "Tant qu’il n’y a pas rémission, il est conseillé de poursuivre le régime cétogène. On peut de toute façon rester sur un régime pauvre en glucides pour ne pas faire du corps un terrain favorable au cancer, sans forcément rester sur un régime cétogène strict en adoptant par exemple le régime 'low-carb high-fat' (faible en glucides et riche en gras)".

Attention : il ne faut pas entreprendre ou arrêter seul(e) un régime cétogène. Il faudra toujours demander l’avis et le suivi d’un médecin et/ou d’un nutritionniste.

Les aliments autorisés par le régime cétogène

Le régime cétogène donne la part belle aux graisses et aux protéines.

Quelles graisses ? "Toutes les graisses sont autorisées, en particulier si elles sont bio et de première pression à froid", préconise Magali Walkowicz. Il est important d’un consommer un large éventail (saturées, mono et polyinsaturées), tout en sachant que les mieux adaptées au régime cétogène sont l’huile de coco (riche en TCM, des graisses rapidement assimilables par l’organisme), l’huile d’olive riche en oméga-9 et les huiles de lin et de colza riches en oméga-3. "Il est également possible de consommer du beurre et des graisses d’oie ou de canard, mais mieux vaut éviter l’huile de tournesol car elle est en riche en oméga-6, un acide gras pro-inflammatoire" avertit la diététicienne-nutritionniste.

Quelles protéines ? Le régime cétogène autorise à la fois les protéines animales (viandes, poissons, œufs de poules) et les protéines végétales (soja, seitan, oléagineux, légumes verts et champignons), sauf les légumineuses (haricots, pois, lentilles…) qui sont trop riches en glucides. Les produits laitiers sont autorisés mais peut être suivi sans ces aliments. Leur consommation pourra être déterminée au cas par cas.

Les aliments interdits par le régime cétogène

Le régime cétogène bannit toutes les sources de sucres, sous toutes ses formes ! Il implique en effet de ne pas consommer plus de 20 à 50 grammes de glucides par jour.

Les sucreries (bonbons, gâteaux, chocolat, biscuits, viennoiserie…) sont évidemment interdites.

Les féculents (pâtes, pommes de terre, riz, pain…), les farines trop riches en glucides et les légumineuses (haricots, pois, lentilles….) sont également à bannir. Par quoi les remplacer ? Par des farines à base de soja, de fruits à coques, de graines de chanvre ou de courgettes, par des pâtes à base de chou-fleur ou de courgettes, par du céleri-rave (proche de la pomme de terre mais pauvre en glucides) ou encore par de la "vraie" gélatine (non instantanée).

Les fruits riches en fructose sont à limiter. "Côté fruit, le régime cétogène autorise de consommer un dixième de pomme, 50 grammes de baies rouges, un peu de carambole ou du citron", précise Magali Walkowicz.

Bon à savoir : "Le côté 'plaisir' de l’alimentation est important et doit continuer d’exister en parallèle du côté 'nutrition'. Pour les petits plaisirs sucrés, les édulcorants et le stevia sont tolérés, à condition qu’ils ne soient pas consommés au quotidien", détaille la diététicienne-nutritionniste.

Exemple d’une journée type

En pratique, le régime cétogène, ça donne quoi ? Voici un exemple de menu pour une journée composée de quatre repas.

Petit-déjeuner : Omelette au fromage de brebis, avocat et bacon ou jambon ;

Déjeuner : Soupe crémeuse aux épinards et gorgonzola, lanières de saumon fumé ;

En-cas : Fruits à coque grillés et salés ;

Dîner : Grande salade : concombre et carottes râpés, dés de poivron et d’avocat, noix hachées, arrosé d’un peu de vinaigre et de beaucoup d’huile d’olive.

Bon à savoir : Favorisez les aliments naturels, écologiques et le moins transformés possibles pour maximiser leur teneur en vitamines et minéraux et minimiser les doses de substances toxiques (polluants, pesticides, additifs alimentaires…) potentiellement cancérigènes ou qui affaiblissent l’organisme. "Moins on consommera de produits transformés par l’industrie, mieux on nourrira son organisme", souligne Magali Walkowicz.

Quelles contre-indications ?

Les contre-indications aux régimes cétogènes sont rares. Il est par exemple contre-indiqué "aux personnes souffrant d’insuffisance rénale ou de maladies rares qui bloquent la cétogenèse (fabrication par le corps de cétones, ndlr)", révèle Magali Walkowicz.

Quid des végétariens et végétaliens ? "Il est possible de suivre un régime cétogène tout en étant végétarien ou végétalien, même si cela demandera beaucoup de volonté et de motivation", souffle la diététicienne-nutritionniste. "Le seul risque est que ce régime devienne répétitif" déplore-t-elle. "Il faudra par ailleurs être très vigilant quant à l’apport en protéines : sachant que les légumineuses ne sont pas autorisées, il faudra plutôt miser sur le soja et les algues."

Et pour les diabétiques ? Le régime cétogène n’est pas contrindiqué aux personnes diabétiques, il peut même être recommandé ! "Dans certains cas, ce régime peut guérir le diabète de type 2", révèle la spécialiste. "Des cas de régression du diabète de type 1 ont même été observés lorsque le régime cétogène était mis en place dans les premiers mois de la maladie !" ajoute-t-elle. Mais attention, même sans contrindication, un patient diabétique sous traitement qui entreprend un régime cétogène devra être encadré par un professionnel de santé.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Merci à Magali Walkowicz, diététicienne-nutritionniste auteur de l’ouvrage Céto-cuisine (Editions Thierry Souccar, 2015).

Le régime cétogène contre le cancer Pr Kämmerer, Dr Schlatterer et Dr Knoll (Editions Thierry Souccar, 2014)

Vidéo : 3 bonnes raisons de manger de l'avocat

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.