Cancer du sein : une nouvelle étude épingle le lait entier !

Ecouter l'article :

Le lait entier est considéré comme un grand facteur de risque de cancer du sein chez les femmes, selon des chercheurs californiens. D’après leur étude, consommer ce breuvage pourrait augmenter vos risques jusqu’à 80 % !

Peu d’aliments ont autant divisé la communauté scientifique. En France, le ministère de la santé et Programme national nutrition santé (PNNS) recommandent de consommer trois produits laitiers par jour. Pourtant, de nombreuses études ont déjà épinglé le lait. Il semble qu'une consommation trop importante puisse entraîner ou aggraver certains problèmes de santé.

Une étude parue en 2013 avait démontré les dangers de ce produit pour les femmes ayant survécu à un cancer du sein. Aujourd’hui, des chercheurs californiens de Loma Linda University Health viennent de découvrir qu’une consommation de lait entier, même modéré, pourrait augmenter le risque, jusqu’à 80 %, en fonction de la quantité consommée.

"L’étude observationnelle fournit des preuves assez solides […]. Le lait entier est une cause de cancer du sein chez les femmes", déclare Gary E. Fraser, l’un des principaux auteurs de l’étude.

Si les directives alimentaires américaines actuelles préconisent de consommer trois tasses de lait par jour, "les gens devraient considérer cette recommandation avec prudence", alerte le chercheur.

Deux à trois tasses de lait entier augmenteraient vos risques de 70 à 80 % !

"Consommer aussi peu que 1/4 à 1/3 d'une tasse de lait laitier par jour était associé à un risque accru de cancer du sein de 30 %, a déclaré Gary E. Fraser. En buvant jusqu'à une tasse par jour, le risque associé est passé à 50 %. Et pour ceux qui boivent deux à trois tasses par jour, le risque a encore augmenté pour atteindre 70 % à 80 %".

Pour arriver à ces résultats effrayants, les chercheurs ont évalué les apports alimentaires de près de 53 000 femmes américaines en bonne santé pendant 8 ans. Leurs habitudes alimentaires ont été analysées grâce à un questionnaire de référence contenant des questions sur leurs antécédents familiaux (grands facteurs de survenue de cancer du sein), leur consommation d’alcool, la prise de médicaments, la pratique sportive et fréquence de dépistage du cancer.

À la fin de la période d’étude, 1057 nouveaux cas de cancer du sein se sont déclarés. "Par rapport à une consommation de lait faible ou nulle, des apports plus élevés de calories laitières et de lait entier étaient associés à un risque plus important de cancer du sein", indiquent les résultats de l’étude. Néanmoins, aucune association n’a été révélée avec le fromage ou le yaourt.

Qu’en est-il des laits végétaux ?

D’après les données de l’étude dirigée par Gary E. Fraser, les laits végétaux pourraient réduire les risques. "Cela soulève la possibilité que les laits alternatifs soient une solution optimale choix, partage Gary E. Fraser. Une découverte cohérente avec le récent rapport AHS-2 suggérant que les végétaliens ont connu moins de cancers du sein que les autres".

La faute aux hormones contenues dans le lait

Comment le lait entier peut-il causer autant de dégâts chez les femmes ? Pour Gary E. Fraser, la réponse est toute trouvée. Elle s’explique par les hormones sexuelles présentes dans le lait de vache. Elles font partie du métabolisme animal : n'importe quel produit dérivant d'une source animale contiendra ces hormones. Or, "les vaches allaitent et environ 75 % du troupeau laitier est enceinte", relève l’étude.

On trouve ainsi dans le lait l’hormone de croissance rBGH, hormone synthétique de vache qui encourage la production laitière. Les hormones de croissance peuvent favoriser la production d’autres hormones telles que l’insuline -1 (IGF-1). Cette dernière s’avère associée à la survenue de certaines tumeurs.

"Le cancer du sein chez la femme est un cancer sensible aux hormones, rappelle l’étude. En outre, la consommation de protéines laitières et autres protéines animales est également associée à des taux sanguins plus élevés de l'insuline-1 (IGF-1), qui est censé favoriser certains cancers".

"Le lait a certaines qualités nutritionnelles positives, reconnait Gary E. Fraser. Mais celles-ci doivent être mises en balance avec d'autres effets. Ce travail suggère le besoin urgent de poursuivre les recherches".

Photo : image de mammographie normale (gauche) versus cancéreuse (droite)

Photo : image de mammographie normale (gauche) versus cancéreuse (droite)© Creative Commons

Crédit : National Institutes of Health - CC - Licence : domaine public

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer du sein
Source(s):

Dairy, soy, and risk of breast cancer: those confounded milks, International Journal of Epidemiology, 25 février 2020

New study associates intake of dairy milk with greater risk of breast cancer, EurekAlert, 25 février 2020

Journal of the National Cancer Institute, 2013