Le glioblastome est le cancer cérébral le plus fréquent chez l’adulte. Dans 70% des cas, il concerne des personnes de 45 à 70 ans et l’âge moyen est de 58 ans. Cette tumeur est causée par la prolifération anormale de cellules du système nerveux central nommées astrocytes.

Chaque année, 2 400 nouveaux cas sont diagnostiqués en France et les pronostics de survie sont très mauvais. En effet, les cellules cancéreuses du glioblastome n’étant pas toujours stables, il est très difficile de proposer un traitement efficace pour le combattre.

Pourtant, il en existe. Le plus récurrent est la chirurgie, associée à d’autres thérapies. Une récente étude aurait découvert un nouveau moyen plus efficace de le soigner, grâce à la privation de sucre. Les travaux des scientifiques du groupe Protonics de l'Institut de recherche sur le cancer de l'hôpital universitaire d'Oslo (Norvège) et du NCSR Demokritos, à Athènes (Grèce) ont été publiés dans le revue Cancers.

LDH : bloquer cette enzyme aiderait à traiter le glioblastome

Dans leur recherche, les experts se sont intéressés à l’acide 5-aminolévulinique (5-ALA), un médicament photosensible. Ils ont découvert que ce traitement était en plus un puissant inhibiteur du lactate déshydrogénase (LDH) une enzyme de la glycolyse.

“Plus précisément, nous avons découvert que le 5-ALA peut bloquer une enzyme impliquée dans la glycolyse (LDH). Nous avons constaté que le 5-ALA a une puissance d'inhibition de la LDH comparable à d'autres inhibiteurs de la LDH établis, tels que l'oxamate ou l'acide tartronique. Néanmoins, le 5-ALA a un taux d'accumulation élevé dans les cancers et plus particulièrement dans le cancer incurable du cerveau, le glioblastome multiforme (GBM), ce qui constitue un avantage important”, expliquent les auteurs dans leur étude.

Cette découverte est importante car la plupart des cellules tumorales tirent leur énergie de la glycolyse, ou de la dégradation du glucose. Ainsi, l'interruption de la glycolyse dans les cellules cancéreuses peut les forcer à mourir car elles sont incapables de couvrir leurs besoins énergétiques à partir d'autres sources.

L'avantage du 5-ALA en tant qu'inhibiteur de la LDH est qu'il s'accumule spécifiquement dans les tumeurs GBM, soit des dizaines de fois plus que dans les cellules normales. Cela conduit donc à faire diminuer, voire disparaître plus facilement le sucre des cellules glioblastomes.

Médicament 5-ALA : un traitement prometteur contre le glioblastome

Les scientifiques insistent sur l’importance du médicament 5-ALA contre le LDH : "nous montrons ici que l'administration continue de 5-ALA a tué les cellules GBM en fonction de leur dépendance à la glycolyse. Nous avons en outre découvert que 20 % du 5-ALA administré en externe est engagé dans l'inhibition de la LDH, comme lorsque la LDH était préchargée par un autre inhibiteur”.

Le Dr Theodossis Theodossiou, auteur de l’étude se félicite de cette découvert : “Nous sommes ravis d'avoir découvert cette propriété alternative du 5-ALA. Le fait que le 5-ALA soit approuvé pour la détection des gliomes malins et du GBM rend nos découvertes plus précieuses et plus facile à appliquer en clinique à des fins de détection, le 5-ALA n'est appliqué aux patients que pendant quelques heures, ce qui n'est pas suffisant pour tuer les cellules cancéreuses par perturbation de la glycolyse. Cependant, une administration prolongée pendant un ou plusieurs jours pourrait entraîner des résultats curatifs, pour une maladie qui est actuellement incurable et mortelle."

Cette découverte est donc très positive pour les auteurs. En effet, cela pourrait permettre d’ouvrir de nouvelles voies pour le traitement du glioblastome, et potentiellement pour d'autres types de cancer.

Sources

https://www.mdpi.com/2072-6694/14/16/4003

https://www.roche.fr/fr/patients/info-patients-cancer/comprendre-cancer/tumeur-cerveau-glioblastome.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.