12 cancers ou le taux de survie s’est ameliore

"La survie des personnes atteintes de cancer est un indicateur clé permettant d’apprécier l’amélioration globale du pronostic, résultant à la fois des avancées thérapeutiques, des actions mises en œuvre pour diagnostiquer les cancers à un stade plus précoce et pour améliorer leur prise en charge", explique l'Institut national du cancer (Inca) dans la 4ᵉ édition de son étude sur la "Survie des personnes atteintes de cancer en France métropolitaine", publiée le 6 juillet.

Ce travail - effectué avec le réseau Francim des registres des cancers, le service de biostatistique des Hospices Civils de Lyon et Santé publique France - apporte une bonne nouvelle : les pronostics se sont améliorées pour la quasi-totalité des localisations cancéreuses. Toutefois, il révèle des variations en fonction des tumeurs. Medisite détaille les cancers affichant les plus belles progressions de chance de survie à 5 ans dans ce diaporama.

Tumeurs cancéreuses : une meilleure chance de survie chez les femmes

Pour cette étude, les chercheurs ont étudié la survie des patients cancéreux à 1 an, 5 ans et 10 ans après le diagnostic, et cela, pour 50 tumeurs solides ainsi que 23 hémopathies malignes. Ils précisent dans leur communiqué "pour les tumeurs solides, les résultats montrent une grande disparité des probabilités de survie à 5 ans allant d’un pronostic très favorable pour le cancer de la thyroïde (96 %), au pronostic le plus défavorable pour le glioblastome (sous-type de tumeur du système nerveux central) et le cancer pulmonaire à petites cellules (tous deux à 7 %)".

Autre observation des scientifiques : les femmes bénéficient d'un meilleur pronostic que les hommes pour la quasi-totalité des tumeurs observées. Une sensibilisation au dépistage plus marquée chez la gent féminine ainsi qu’une exposition moins forte aux principaux facteurs de risque de cancers comme le tabac et l’alcool pourraient expliquer cet écart entre les sexes.

Cancer : les premières données de survie à 20 ans connues

L’ancienneté des registres français des cancers permet désormais d’avoir une vision sur les chances de survie à une tumeur jusqu’à 20 ans après le diagnostic. Les données analysées concernent des malades de moins de 75 ans dont la maladie a été découverte entre 1989 et 2000 (35 localisations pour les tumeurs solides et 6 pour les hémopathies malignes). Il ressort que la survie est relativement stable pour les tumeurs avec des pronostics favorables sur 5 ans. "C’est le cas des cancers du testicule (survie nette à 20 ans supérieure à 90 %), des mélanomes cutanés (> 80 %) et des cancers du sein (> 63 %)", indique l'étude. "Pour d’autres, comme les cancers de la thyroïde et du corps de l’utérus, une diminution de la survie nette entre 5 et 20 ans est constatée pour les personnes âgées de 70 ans au diagnostic", précise le rapport.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

https://www.e-cancer.fr/Presse/Dossiers-et-communiques-de-presse/Nouvelles-donnees-sur-la-survie-des-personnes-atteintes-de-cancer-en-France-metropolitaine-entre-1989-et-2018-une-amelioration-de-la-survie-pour-la-grande-majorite-des-localisations-cancereuses-etudiees

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer