Plus qu’une simple pratique, le jeûne intermittent est un mode d’alimentation pour de nombreux adeptes. Il consiste à ne rien manger durant pendant une période définie tout en continuant à s’hydrater. On lui prête de nombreux bienfaits. Les scientifiques de l’Imperial College à Londres assurent avoir mis en lumière un autre atout : la régénération des nerfs.

Le jeune intermittent boostera l’action de l’acide indole-3-propionique

Les chercheurs britanniques ont réussi à soigner le nerf sciatique écrasé d’une souris de laboratoire grâce à la mise en place d’un jeûne intermittent. Pour eux, l’origine de la guérison pourrait provenir de l’acide indole-3-propionique.

Ne soyez pas effrayé par ce mot à rallonge. Aussi appelée IPA, il s’agit de la molécule responsable de la régénération du nerf. D’après les auteurs de cette expérience, la régénération du nerf du rongeur s’est faite "par le biais d'un mécanisme inattendu qui repose sur le microbiome intestinal et une augmentation de l'acide indole-3-propionique (IPA), à savoir un métabolite, dans le sang". Elle est produite par une bactérie, la Clostridium sporogenes, logée dans le microbiote intestinal. Sans cette dernière, la régénération du nerf est très compliquée et altérée. « Lorsque l'IPA ne peut pas être produit par ces bactéries et qu'il est presque absent du sérum, la régénération est altérée. Cela suggère que l'IPA généré par ces bactéries a la capacité de guérir et de régénérer les nerfs endommagés », explique le Pr Simone Di Giovanni, neuroscientifique à l'Imperial College.

Les nerfs : des messagers indispensables pour le cerveau

Les nerfs permettent de conduire une information des extrémités jusqu’au cerveau. Composés d’axones, le prolongement des neurones, ils se régénèrent très difficilement lors de chocs. Avant cette découverte, seule la chirurgie permettait de soigner une blessure aux nerfs, mais faisable pour très peu de patients. Cette découverte pourrait ainsi être une avancée importante. Toutefois, l’équipe scientifique doit encore répondre à de nombreuses questions, une possible application chez l’homme. L'IPA peut-il aider à la régénération d'autres structures nerveuses, comme la moelle épinière ? L'IPA peut-elle avoir un effet dans le cadre d'un régime alimentaire classique, sans période de jeûne ?

Jeune intermittent : un régime alimentaire rempli de bénéfices

Il existe une multitude de manières de pratiquer son jeûne : la méthode 16/8 étant la plus connue. La consigne est de ne rien avaler, sur une tranche horaire de 16 heures. Bénéfique pour le corps, le jeûne intermittent permettrait d’éviter certaines maladies comme le cancer du sein, de réduire la pression artérielle ou encore de perdre du poids durablement. Bien sûr, une des difficultés de cette pratique est de passer plusieurs heures par jour sans nourriture. Il existe certaine contre indications :

  • être sous poids : avoir un IMC inférieur à 18,5 ;
  • être sujet aux troubles du comportement alimentaire ;
  • être enceinte ou allaitante ;
  • être diabétique ;
  • souffrir d'insuffisance rénale ;
  • souffrir d'hypothyroïdie.

Il est important d’être suivi par votre médecin ou par un nutritionniste pour mener le jeûne intermittent dans les meilleures conditions possibles.

Sources

https://www.nature.com/articles/s41586-022-04884-x

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.