Anémie ferriprive (carence martiale, en fer) : traitements, causes et diagnostic

Certifié par nos experts médicaux MedisiteL’anémie du taux d’hémoglobine dans le sang peut être due à une diminution de taille ou de nombre des globules rouges qui la contiennent. Le fer étant l’un des constituants de l’hémoglobine, sa carence entraine une anémie appelée, anémie ferriprive ou carence martiale. Son traitement nécessite une supplémentation en fer.
Anémie ferriprive (carence martiale, en fer) : traitements, causes et diagnosticIstock

Définition : qu'est-ce que l'anémie ferriprive ?

L’anémie ferriprive ou anémie par carence martiale est une baisse du taux d’hémoglobine sanguin par insuffisance de fer. Elle est causée principalement par des pertes de sang aiguës ou chroniques ou par un manque de fer dans l’alimentation.

Le fer se lie au pigment « hème » de l’hémoglobine qui apporte l’oxygène aux cellules du corps. L’anémie par carence martiale provoque donc un défaut d’oxygénation des tissus. Les syndromes de malabsorption digestive peuvent également en être à l’origine, le fer n’étant apporté que par l’alimentation.

Cette carence est-elle fréquente ?

L’anémie ferriprive est la forme d’anémie la plus répandue. Selon l’Organisation mondiale de la Santé, plus de 30 % de la population mondiale souffre d’anémie dont la moitié serait due à une carence en fer, notamment dans les pays en voie de développement.

En Europe, on estime que de 4 % à 8 % des femmes  en âge de procréer ont une carence enfer. Chez les hommes et les femmes ménopausées, la carence en fer est plus rare.

Quels sont les symptômes de l'anémie ferriprive ?

La plupart des personnes ayant une anémie ferriprive légère ne le remarquent pas. Les symptômes dépendent de la rapidité avec laquelle l’anémie s’est installée. Lorsque l’anémie apparaît progressivement, l’organisme s’adapte et les symptômes sont moins marqués. Ces symptômes sont :

  • une fatigue inhabituelle ;
  • une pâleur cutanée et muqueuse ;
  • un pouls accéléré ;
  • un essoufflement rapide à l’effort ;
  • des extrémités froides ;
  • des maux de tête ;
  • des vertiges ;
  • une diminution des performances intellectuelles.

Les causes de cette anémie par carence martiale

La cause la plus fréquente est la perte de fer par saignement chronique. L’origine de ces saignements se retrouve le plus souvent au niveau du tube digestif et de l’appareil génital chez la femme.

Les causes des saignements peuvent être :

  • les médicament s : aspirine, anti-inflammatoires, anticoagulants ;
  • les lésions hémorragiques du tube digestif : ulcère gastroduodénal, varices œsophagiennes hémorragiques hernie hiatale avec œsophagite, polypes, recto-colite hémorragique, tumeurs, angiomes, ankylostomiase, hémorroïdes ;
  • les lésions gynécologiques : règles abondantes ou hémorragiques, stérilet, fibrome utérin, cancer.

Parmi les causes d’anémie par carence martiale, on retrouve également les carences en fer dues à un défaut d’apport, appelées hyposidérémies carentielles, qui existent dans les pays en voie de développement, et les malabsorptions digestives de cause gastrique ou intestinale comme par exemple la maladie cœliaque.

Quels sont les facteurs de risques ?

Les facteurs de risque d’anémie par carence martiale par défaut d’apport sont :

  • l’allaitement artificiel ;
  • les grossesses répétées et rapprochées ;

Un l’environnement socio-économique défavorable augmente ce risque.

Les personnes à risque

Les sujets à risque de développer une anémie par carence martiale sont :

  • les femmes en âge de procréer, ayant des règles très abondantes, et notamment les adolescentes ;
  • les femmes enceintes et celles qui ont des grossesses multiples et rapprochées ;
  • les enfants, de 6 mois à 4 ans ;
  • les personnes atteintes d’une maladie qui entraîne une malabsorption du fer: la maladie de Crohn ou la maladie coeliaque ;
  • les personnes porteuses d’un ulcère gastroduodénal, de polypes bénins au côlon ou d'un cancer colorectal, par saignement occulte et chronique ;
  • les personnes végétariennes, surtout végétaliennes ;
  • les bébés qui n’ont pas d’allaitement maternel ;
  • les personnes qui prennent des antiacides de type inhibiteurs de la pompe à protons pour soulager des brûlures d’estomac, de l’aspirine et des anti-inflammatoires non stéroïdiens ;
  • les personnes souffrant d’insuffisance rénale sous dialyse.

Combien de temps dure l'anémie ferriprive

La durée de l’anémie par carence martiale dépend de sa cause et du délai de mise en route du traitement par fer. Il faut savoir que la recharge en fer s’étend sur 2 à 3 mois.

Est-elle contagieuse ?

L’anémie par carence martiale n’est pas une maladie contagieuse.

Qui, quand consulter ?

En cas de symptômes évocateurs d’anémie, il est nécessaire de consulter son médecin traitant qui, après un examen clinique complet, fera réaliser un bilan biologique qui confirmera le diagnostic. Ensuite, un bilan sera réalisé pour trouver la cause et le sujet sera adressé au spécialiste nécessaire.

Complications de l'anémie par carence en fer

Une anémie légère se complique rarement. Les complications possibles sont liées à la cause de l’anémie, à sa rapidité d’installation et au délai avant sa découverte et la mise en route du traitement. Plus l’anémie s’installe rapidement, mieux l’organisme la tolère et s’adapte. En cas d’anémie profonde, inférieure à 8g/dl, on peut observer les complications suivantes :

  • des troubles cardiaques avec un risque augmenté d’infarctus du myocarde ;
  • pour les femmes enceintes : un risque accru de naissance prématurée et de bébé de faible poids de naissance.

Quels examens et analyses ?

Le diagnostic d’anémie ferriprive est réalisé par des analyses biologiques. Les dosages nécessaires sont :

  • le taux d’hémoglobine : la concentration d’hémoglobine dans le sang, exprimée en grammes par 100 ml de sang. Les valeurs normales sont comprises en 13 et17g/dl chez l’homme et 12 et 15g/dl chez la femme. Ces valeurs sont diminuées en cas d’anémie par carence martiale ;
  • le taux d’hématocrite : c’est le rapport, exprimé en pourcentage, du volume des globules rouges d’un échantillon de sang sur le volume de sang total. Le taux d’hématocrite normal est compris entre 40et 43%. Il est abaissé en cas d’anémie ferriprive car les globules rouges sont de plus petite taille ;
  • le compte de globules rouges : le nombre de globules rouges contenus dans un volume de sang donné, normalement exprimé en millions de globules rouges par microlitre de sang, qui est compris entre 4,5 et 5,2 millions/ microl ;
  • le taux de transferrine : la transferrine est une protéine qui fixe le fer et le transporte vers les  organes. En cas de carence en fer, le taux de transferrine augmente ;
  • le taux de fer sérique : c’est la quantité de fer en circulation dans le sang;
  • le taux de ferritine : la ferritine est une protéine qui sert à stocker le fer dans le foie, la rate et la moelle osseuse. En cas de carence en fer, sa valeur est basse ;
  • le frottis sanguin : il permet observer la taille et l’aspect des globules rouges. En cas d’anémie ferriprive, ils sont petits (anémie microcytaire), pâles et de forme très variable.

Photo : frottis sanguin d'un patient présentant une anémie ferriprive

Photo : frottis sanguin d'un patient présentant une anémie ferriprive© Creative Commons

Auteur : E. Uthman, MD - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/deed.fr

Le traitement de l’anémie par carence en fer

L'anémie ferriprive est traitée par la prise de suppléments de fer. Le traitement dure plusieurs mois (au moins 2 à 3 mois après la correction de l’anémie), afin de reconstituer les réserves en fer de l’organisme. Le traitement de la cause doit également avoir lieu pour s’assurer de l’efficacité de la supplémentation en fer.

Le traitement de l’anémie ferriprive doit se faire sous surveillance médicale, car un excès de fer peut entraîner des troubles cardiovasculaires, une surcharge hépatique, du diabète.

La consommation d’aliments riches en fer est un complément utile au traitement mais elle est rarement suffisante pour répondre aux besoins quotidiens en fer et reconstruire les réserves.

Les médicaments : dosage, interactions, effets indésirables... 

Le dosage quotidien recommandé aux adultes qui ont une carence est de 150 mg à 200 mg de fer par jour. On peut utiliser du fumarate ferreux : qui contient 106 mg de fer par comprimé, du sulfate ferreux : 65 mg de fer par comprimé ou 44 mg par cuillère à café, ou encore du Gluconate ferreux : 28 mg à 36 mg de fer par comprimé.

il est donc préférable de le prendre une heure avant ou deux heures après un thé ou un café, car ces derniers peuvent réduire l’absorption du fer. Prendre le supplément avec du jus d’orange ou un supplément de vitamine C de 250 mg améliore l’absorption du fer.

Les suppléments de fer interagissent avec de nombreux médicaments. Il est donc nécessaire de rendre un avis médical.

Des effets indésirables sont possibles comme :

  • une constipation ;
  • des douleurs abdominales ;
  • des nausées.

Pour les éviter, on peut prendre le supplément avec les repas et au besoin réduire la dose.

Le sulfate ferreux sous forme liquide est généralement mieux toléré.

La supplémentation en fer rend les selles noires.

Si le fer ne peut être absorbé par la voie digestive, il est administré par voie intraveineuse. Des transfusions de sang peuvent être nécessaires en cas d’anémie grave ou saignement rapide.

L'alimentation riche en fer

Il est conseillé de consommer régulièrement des aliments de source animale avec une source de vitamine C.

Il est déconseillé de boire du thé ou du café au moment des repas. Il vaut mieux prendre ces boissons une heure avant le repas ou deux heures après. Le thé et le café contiennent des tannins qui limitent l'absorption du fer contenu dans les aliments.

Mon conseil de médecin généraliste : 

"En cas de règles abondantes ou rapprochées, la mise en place d’une contraception orale, en l’absence de contre-indication permet de régulariser le flux et d’éviter l’anémie par carence martiale."

Anémie ferriprive : quelle prévention ?

Certaines mesures permettent de prévenir l’anémie par carence en fer.

Les mesures de dépistage

Le dépistage systématique de la carence en fer est recommandé aux femmes enceintes ou chez les femmes ayant des règles très abondantes.

Les mesures préventives de base

  • consommer régulièrement des aliments riches en fer : le fer héminique, présent dans les aliments de source animale, est facilement métabolisé par l'organisme, tandis que le fer non héminique, présent dans les aliments de source végétale est moins bien absorbé. Le foie de viande ou de volaille, les palourdes, le rôti de boeuf, la dinde hachée et les sardines sont d’excellentes sources de fer héminique, tandis que les fruits séchés, les grains entiers, les légumineuses, les légumes verts, les noix et les graines renferment uniquement du fer non héminique ;
  • les végétariens ne consomment pas toujours la quantité de fer requise, on recommande aux végétariens de consommer une alimentation riche en vitamine C (poivron rouge, brocoli, choux de Bruxelles, jus d’orange, etc.) au cours des repas pour améliorer l’absorption du fer.

Les mesures de prévention des récidives

Pour certaines personnes, la prise d’un supplément de fer ou de multivitamines renfermant du fer est utile pour conserver les réserves. Ils doivent être pris sur les conseils d’un professionnel de la santé, en raison des risques liés à la surdose.

Sites d’informations et associations

Des sites d’informations et d’intérêt sur la carence en fer sont consultables sur internet. Il s’agit :

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.