Pollen d'ambroisie : 5 départements à risque très élevé d'allergie

Publié le 03 Septembre 2018 par Morgane Garnier, Journaliste Santé
Le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a publié le 31 août 2018 un bulletin allergo-pollinique avertissant des risques d'allergie aux pollens d'ambroisie, particulièrement élevés dans 5 départements de l'hexagone.
Publicité

© IstockEn 2018, le premier pic pollinique d'ambroisie a été enregistré début août en France, mais ce n'est pas pour autant que la plante a oublié sa période d'apparition de prédilection : le 31 août 2018, le Réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) a publié un bulletin allergo-pollinique valable jusqu'au 7 septembre 2018 avertissant des concentrations de pollens d'ambroisie et des risques d'allergie qui y sont associés sur tout le territoire français. Ceux-ci sont particulièrement élevés dans 5 départements.

Publicité

Allergie aux pollens d'ambroisie : un risque également élevé autour des zones d'infestation

"Le risque d'allergie associé à l'ambroisie sera maximal [dans] les départements du Rhône, de la Drôme", de l'Ardèche, de la Nièvre ainsi que de l'Yonne, précise le communiqué. Il sera également élevé dans l'Isère et dans l'Ain, et restera moyen tout autour des zones principales d'infestation. En effet, "avec le vent, les pollens d'ambroisie peuvent voyager sur des centaines de kilomètres [...]. Sur ces zones, les quantités présentes pourraient gêner les personnes venant d'une zone d'infestation et déjà sensibilisées."

Publicité

Selon l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES), "il suffit de 5 grains de pollen par mètre cube d'air pour déclencher des symptômes". Sachant que "plusieurs sites comme notamment à Roussillon" comptent près de 1000 grains de pollens, les allergiques à l'ambroisie risquent de passer une semaine de rentrée particulièrement désagréable ! Le RNSA recommande donc à ces personnes de rester vigilantes et de suivre rigoureusement le traitement qui a pu leur être prescrit. L'association rappelle également que les pics de pollution sont des facteurs d'aggravation de risque d'allergie aux pollens, qui touche environ 20% des Français.

Allergies aux pollens : comment les traiter ?

En France, les pollens d'ambroisie sont considérés comme particulièrement préoccupants car très allergisants et allergènes. Les personnes sensibles qui s'y exposent ont des risques de contracter des rhinites, des conjonctivites, des trachéites, de l'asthme ou encore de l'urticaire. Le diagnostic des allergies se fait à travers un bilan allergologique réalisé par un médecin allergologue. Celui-ci réalisera des tests cutanés, des tests de provocation aux allergènes et des analyses sanguines si nécessaire. Les allergies aux pollens peuvent être soulagées grâce à des antihistaminiques, en collyre, en spray nasal ou en comprimés. L'homéopathie peut également être utilisée en prévention our pour soulager les crises.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X