Sommaire

“Tout ce qui m’intéressait avant ne me plaisait plus”

“C’était la panique. Tout ce qui m’intéressait avant ne me plaisait plus. À ce moment-là, j’étais dans une confusion absolue, complètement perdue”. L’ex-consultante en marketing a la chance de parler avec un ami et collègue de travail, qui met enfin des mots sur ce qu’elle a vécu : une expérience de mort imminente.

À l’automne 2015, elle croise Fabrice Midal à L'École de Méditation, où elle se rend régulièrement, qui lui conseille de se rendre à l’INREES (Institut de recherche sur les expériences extraordinaires) pour trouver de la documentation sur les EMI. “Conférences, colloques, bouquins… j’ai tout dévoré !”

Elle n’a d’ailleurs pas oublié cette certitude qu’elle a eue, juste avant de revenir à la vie : celle qu’elle avait encore des choses à faire. “Dès que j’ai été sur pieds, je me suis dirigée vers des activités beaucoup plus désintéressées, sociales, qui faisaient sens, même si ce n’était pas totalement conscient au début”.

L’une de ses missions : accompagner 3 proches en fin de vie

L’une des raisons pour lesquelles elle est revenue, en revanche, lui apparaît tout de suite : “il y avait trois personnes dans mon environnement immédiat, ma mère et mes deux tantes, que je devais accompagner jusqu’à leur fin de vie”. Si mener cette mission lui apparaît assez facile, au départ, car son EMI a complètement fait disparaître ses peurs par rapport à la mort, elle réalise qu’elle doit néanmoins se préparer à une autre épreuve : le deuil.

L’hospitalisation de sa maman, en novembre 2019, lui fait réaliser que, si elle n’a plus peur de mourir, la peur de perdre un proche est toujours présente. “C’est toute une partie affective qui entre en jeu. J’ai donc commencé à travailler là-dessus et, en mars 2020, j’ai participé à une formation sur l’accompagnement de fin de vie”. À la fin de ce même mois, la mère de Sylvie décède de la Covid-19. “Grâce à tout mon travail préparatoire, j’ai pu l’accompagner de la meilleure des manières, alors que nous étions en plein pic épidémique”.

Sources

Merci à Sylvie pour son témoignage inspirant. 

Merci, également, au Fonds médecine et états de conscience. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.