Comment le curcuma bloque les cellules cancéreuses

On sait depuis longtemps que la curcumine contenue dans le curcuma présente de nombreux effets médicinaux, dont anticancéreux. Des chercheurs démontrent aujourd'hui comment elle parvient à bloquer les cellules cancéreuses et réfuire la charge tumorale.

Publicité

Curcuma, un anticancéreux. Des chercheurs de l'Université de Californie à San Diego aux Etats-Unis en collaboration avec des chercheurs de l'Université de Pékin et de l'Université de Zhejiang en Chine ont publié une étude dans les Actes de l'Académie nationale des sciences. Elle révèle que la curcumine présente dans le curcuma inhiberait un enzyme responsable de cancer du sein triple négatif et de myélome multiple. SI la curcumine est connue depuis l'Antiquité pour ses bienfaits médicinaux, c'est un rôle inattendu que les scientifiques ont observé ici.

Réduction de la prolifération cellulaire et de la charge cancéreuse

Les scientifiques ont eu recours à la cristallographie aux rayons X sur des souris pour mener cette étude. Les résultats ont montré que la curcumine, un composé chimique naturel présent dans le curcuma, interagirait avec l'enzyme kinase appelée DYRK2. Cette interaction conduirait au blocage de DYRK2 et entraînerait des taux de prolifération du cancer plus lents et une charge tumorale significativement réduite chez les souris.

Publicité
Publicité

Sourav Banerjee, le principal auteur de l'étude a déclaré : "En général, la curcumine est expulsée du corps assez rapidement. Pour que la curcumine soit un médicament efficace, elle doit être modifiée pour pénétrer dans la circulation sanguine et rester suffisamment longtemps dans le corps pour cibler le cancer."

La curcumine seule n'est peut-être pas la solution

"En raison de divers inconvénients chimiques, la curcumine seule peut ne pas être suffisante pour inverser complètement le cancer sur des patients humains" a déclaré Sourav Banerjee. Cependant, la curcumine associée au médicament Kyprolis® (carfilzomib), induirait une mort cellulaire cancéreuse élevée et n'affecterait pas les cellules normales non cancéreuses. Cela suggère donc que cibler les enzymes comme DYRK2 pourrait être une approche prometteuse de la thérapie anticancéreuse avec moins d'effets secondaires. "Ce nouveau mécanisme d'action de la curcumine ouvre de nouvelles voies pour des stratégies préventives ou thérapeutiques potentielles dans certains cancers (...) comme celui du sein triple négatif et le myélome multiple" ont précisé les auteurs. La maladie de Kahler, ou myélome multiple, résulte d’une prolifération anarchique de plasmocytes anormaux. Cette pathologie cancéreuse affecte la moelle osseuse et entraîne une destruction progressive du tissu osseux.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X