Attention : vos gencives pourraient annoncer une maladie articulaire

Publié le 15 Juin 2018 à 12h02 par Cécile Bourdeaux, journaliste santé
Une étude britannique révèle que la prévalence de la maladie des gencives serait augmentée chez les personnes à risque de polyarthrite rhumatoïde.

© Adobe StockDes chercheurs du Centre de recherche biomédicale de Leeds aux Royaume-Uni ont découvert une hausse significative de maladies des gencives et de bactéries pathogènes chez les personnes à risque de polyarthrite rhumatoïde par rapport aux témoins en bonne santé. Les résultats ont été présentés lors du Congrès européen annuel de rhumatologie (EULAR 2018) du 13 au 16 juin 2018 à Amsterdam aux Pays-Bas.

73% des individus à risques ont reçu un diagnostic de maladie des gencives

Les chercheurs ont étudié 48 sujets à risque de développer une polyarthrite rhumatoïde, 26 sujets atteints de polyarthrite rhumatoïde et 32 sujets en bonne santé. Les trois groupes distincts étaient équilibrés en fonction de leur âge, leur sexe et leur tabagisme. Tous les participants ont été examinés par des dentistes afin de d'évaluer l'état de leurs gencives. Les résultats montrent que 73% des individus à risque ont reçu un diagnostic de maladie des gencives contre 38% seulement chez les témoins en bonne santé.

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie chronique caractérisée par une inflammation de plusieurs articulations (arthrites). Elle atteint principalement les articulations des mains. Il s’agit du plus fréquent des rhumatismes inflammatoires, il touche 0,5 % de la population française, soit environ 300 000 personnes.

Inflammation des muqueuses : principal déclencheur de polyarthrite rhumatoïde

Le Dr Kulveer Mankia, principal auteur de l'étude a déclaré lors du Congrés EULAR 2018 : "Il a été démontré que les anticorps associés à la polyarthrite rhumatoïde (...) sont présents bien avant tout signe de maladie articulaire, ce qui suggère qu'ils proviennent d'un site situé à l'extérieur des articulations", explique-t-il. "Notre étude est la première à décrire la maladie parodontale clinique et l'abondance des bactéries parodontales chez ces individus à risque. Nos résultats soutiennent l'hypothèse que l'inflammation locale sur les surfaces muqueuses, comme les gencives dans ce cas, peut constituer le principal déclencheur de l'auto-immunité systémique observée dans la polyarthrite rhumatoïde". Pour les scientifiques, ces données appuient le concept selon lequel l'inflammation parodontale et les bactéries parodontopathiques peuvent toutes deux être importantes dans "l'initiation de l'auto-immunité liée à la polyarthrite rhumatoïde".

Vidéo : Pourquoi cette maladie des gencives doit vous inquiéter

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X