Ils ne pourront plus être mis à la libre disposition des patients en pharmacie. Le Mercalm® et le Nausicalm®, deux médicaments anti-nauséeux à base de diménhydrinate sont retirés de la vente libre à la demande de l'ANSM. Ces médicaments utilisés dans la prévention et le traitement du mal des transports ou les nausées et vomissements sans fièvre ont fait l'objet d’abus et d’usage détourné dans 59 cas sur la période 2003-2014, comme l'explique l'Agence dans un point d'information.

Des troubles neurologiques et cardiaques

L'enquête a été lancée en 2014 à la demande du réseau des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance (CEIP). Dans son point d'information, l'ANSM évoque "des cas d’abus, de pharmacodépendance, de mésusage et d’usage détourné principalement chez des adolescents ou des jeunes adultes à des fins récréatives mais aussi chez des patients souffrant de troubles psychotiques ou ayant des antécédents d’abus et/ou de pharmacodépendance".

Les cas les plus rapportés sont des troubles neurologiques (troubles de la mémoire, hallucinations, agitation, tremblements) et cardiaques (tachycardie, douleur thoracique). Au total, 10 cas graves ont été rapportés, dont un décès de cause inconnue. Retirés de la liste des médicaments en accès direct, ces anti-nauséeux deviennent disponibles uniquement sur ordonnance. L'ANSM demande aux professionnels d’être "particulièrement vigilants face à toute demande suspecte et émanant en particulier d’adolescents ou de jeunes adultes".

Vidéo. Le bon usage des médicaments

Faites le bilan sur votre carrière pour trouver enfin la voie qui vous correspond. C'est 100% finançable par votre CPF

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.