Les fêtes de fin d’année peuvent mettre une pression insoupçonnée sur les épaules des célibataires et mettre à mal leur santé mentale. En effet, lors des rassemblements familiaux ou amicaux, ces derniers entendent fréquemment les mêmes questions : “Comment vont les amours ?”, “Toujours personne dans ta vie ?”, “Quand vas-tu te décider à nous présenter quelqu’un ?”

Des phrases en apparence anodines, mais qui peuvent être mal vécues, surtout si elles reviennent trop régulièrement. Une étude menée par YouGov pour l’application de rencontres Badoo révèle que la moitié des célibataires ressent cette pression sociale, et près d’un tiers redoute d’aborder ce sujet avec leurs parents.

L’âge, moyen de pression n°1 sur les célibataires

D’après cette enquête, l’âge est l’argument le plus souvent utilisé par leurs proches pour leur rappeler qu’ils ne rentrent pas dans le sacro-saint modèle du couple et qu’il “serait peut-être temps de se caser”... Néanmoins, 22 % des femmes semblent aussi se confronter à un autre type de remarques, relative à leur horloge biologique et à “l’importance” d’avoir des enfants - tandis que seulement 12 % des hommes entendent ce type de commentaires.

Pourtant, ce ne sont pas les plus âgés qui reçoivent le plus de pression de la part de leur entourage. C'est essentiellement à la catégorie des 25-34 ans qu’on soulève le plus de questions autour de leur célibat durant les fêtes de fin d’année (45 %), tandis que les 35-39 ans sont un peu moins sollicités (39 %). Quant aux 40-45 ans, leurs proches les laissent davantage tranquilles, puisqu’ils ne sont “que” 31 % à recevoir des questions sur leur vie amoureuse lors de ces occasions festives.

16 % des célibataires préfèrent mentir sur leur situation amoureuse

Le sondage révèle également que les célibataires issus de catégories socioprofessionnelles favorisées sont davantage concernés par ces remarques pesantes (54 %) en comparaison avec les personnes moins favorisées ou sans emploi (46 %).

Face à ces questionnements, près d’un célibataire sur trois affirme tout faire pour éviter le sujet, alors qu’ils sont 23 % à en parler à contre-cœur. Plus étonnant encore : 16 % préfèrent mentir sur leur situation amoureuse, une préférence plus marquée pour la gent masculine (22 % chez les hommes et 7 % chez les femmes).

14 % des célibataires sont tristes ou angoissés face à cette pression familiale

Pour la grande majorité de ces loups solitaires (79 %), cette pression est associée à un sentiment négatif pouvant impacter leur santé mentale. Ainsi, 18 % expliquent se sentir contrariés face aux commentaires de leurs proches et 17 % sont stressés à l’idée de devoir les affronter à la prochaine réunion de famille et 16 % d’entre eux ont tendance à se remettre en question après les avoir entendues. Chez 14 % des célibataires, les questions répétitives sur leur vie sentimentale génèrent même de la tristesse ou de l’angoisse.

Suite à ces interrogations, plus de quatre célibataires français sur dix déclarent changer leurs habitudes de vie, dans le prolongement des fêtes de fin d’année. Parmi les changements effectués, 10% d’entre eux décident de s’inscrire ou de retourner sur une application de rencontre.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Enquête menée par l’institut de sondage YouGov, auprès de 1009 célibataires français, âgés de 18 à 45 ans, représentatifs de cette population en France, du 26 octobre au 1er novembre 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.