Elle soigne son anxiété avec des poulets

Publié le 06 Mai 2019 par Claire Ménage, journaliste santé
La presse canadienne a publiée le 5 mai 2019, une histoire plutôt insolite. Une jeune femme apaiserait son anxiété grâce à ses poules… Explications !
Publicité

hens on traditional free range poultry organic farm grazing on the grass© Istock

Nikki Pike, une jeune canadienne s’est confiée au journal canadien La presse.ca le 5 mai 2019 sur le traitement très particulier qu’elle a mis en place afin de soulager son anxiété et sa dépression. En effet, après avoir été agressée sexuellement dans sa jeunesse, cette résidente de Calgary (Canada) a décidé de consacrer plus de temps à ses poules prénommées : Nugget, Nibble et Noodle. "Quand je les tiens, je ressens quelque chose, je sens, j'entends. Ce qui me calme, ce sont toutes les sensations que me procurent le fait d'être avec elles", déclare la jeune-femme. La proximité de ses poules lui a ainsi fourni un refuge psychologique, et cela l'a aidée à traverser l'épreuve traumatisante à laquelle elle devait faire face.

Publicité
Publicité

Un lien mental entre les poules et son esprit

Suite à sa décision de se rapprocher de ses oiseaux, la police a été contactée en 2017. Une plainte concernant un poulailler installé dans la cour de l’immeuble de Madame Pike avait en effet été déposée. "J'avais peur que quelqu'un vienne les chercher, se souvient-elle. C'était incroyablement stressant, en plus de ma vie déjà folle qui me procure beaucoup d'anxiété".

La canadienne a alors décidé de contacter les autorités pour faire enregistrer ses poules en tant que "soutien psychologique". Objectif : que ses "filles" soient officiellement reconnues comme soutien émotionnel.

La municipalité a alors modifié son règlement sur les animaux domestiques afin d'autoriser les animaux de ferme dans les maisons à des fins de santé mentale. Le conseil municipal a voté ce nouveau règlement à l'automne 2018.Pour toute demande, il faut désormais fournir une lettre d'un psychologue ou d'un psychiatre agréé indiquant qu'un animal est nécessaire pour traiter un problème de santé mentale. Les animaux doivent également disposer d’un vétérinaire capable de les soigner et d’un espace suffisant pour vivre.

D’après la jeune femme maintenant maman de deux garçons de six et huit ans, "Les poules sont plus affectueuses et ont plus de personnalité que les gens ne le pensent".

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X