Sommaire

La présence d'hémorroïdes

La présence d'hémorroïdesC'est quoi : les hémorroïdes sont de petites varices situées au niveau de l'anus. Les veines à cet endroit grossissent formant une ou plusieurs boules molles qui sortent ou restent à l'intérieur de l'anus. Cela peut entraîner des douleurs, mais aussi des saignements faibles de couleur rouge que l'on retrouve dans les selles.
Pourquoi : les hémorroïdes sont provoquées par une pression répétée sur les veines du rectum et de l'anus. La constipation, le port de charges lourdes, une mauvaise posture, l'obésité... peuvent en être la cause.
Comment traiter : les hémorroïdes sont tout à fait bénins et représentent l'une des causes les plus fréquentes de présence de sang dans les selles. Il est cependant préférable de consulter un médecin qui prescrira un traitement médicamenteux.

La constipation

La constipationC'est quoi : les selles trop dures dues à la constipation peuvent déchirer la muqueuse anale à leur passage, entraînant des fissures et des saignements rouges et bien visibles, que l'on remarque aux toilettes.
Pourquoi : la constipation se produit quand les selles se déplacent trop lentement dans le gros intestin. Les matières fécales deviennent plus sèches et plus dures*, et peuvent étirer l'anus entraînant une déchirure de la peau.
Comment traiter : cela reste bénin et une cause courante dans le saignement anal. Il est préférable de consulter un médecin qui prescrira une crème d'application locale et un régime riche en fibres (fruits et légumes) et en eau pour soigner la constipation.

* La paroi du côlon a une fonction de réabsorbtion de l'eau présente dans les matières fécales. Plus les selles se déplacent lentement dans le gros intestin, plus elles deviennent dures et sèches, rendant leur élimination difficile.

La rectite

La rectiteC'est quoi : il s'agit d'une inflammation de la muqueuse du rectum. En plus de légers écoulements de sang rouge plus ou moins mélangés aux selles, la personne se plaint de douleurs dans le bas-ventre, d'envies continuelles d'aller aux toilettes, de diarrhée ou de constipation.
Pourquoi : les causes sont très diverses. La rectite peut être isolée et provenir d'une infection (herpès, chlamydia...), d'une réaction à un traitement médical (suppositoires), ou de la prise d'aliments irritants*. Elle peut aussi être associée à une autre affection comme la maladie de Crohn ou la rectocolite ulcéro-hémorragique**.
Comment traiter : sans autres maladies inflammatoires, un traitement antibiotique, anti-inflammatoire, le simple fait de supprimer certains aliments, ou de soigner une constipation mène à la guérison.

* aliments épicés, alcool...
* voir paragraphes 4 et 5

La maladie de Crohn

La maladie de CrohnC'est quoi : il s'agit d'une maladie inflammatoire chronique de l'intestin*, qui évolue par poussées, en alternance avec des périodes de rémission. L'inflammation entraîne des douleurs abdominales accompagnées de diarrhées chroniques qui peuvent durer plusieurs semaines, voire plusieurs mois, de fatigue, et des périodes d'écoulements de sang important.
Pourquoi : les causes de la maladie sont aujourd'hui encore inconnues, même s'il existe certains facteurs de risques (génétique, environnemental**...).
Comment traiter : s'il est possible de soulager les symptômes et de cicatriser les lésions pour de longues périodes, la maladie ne se guérit pas aujourd'hui.

* elle peut toucher toutes les parties de l'intestin.
** il y a plus de personnes touchées dans les pays industrialisés

La rectocolite hémorragique

La rectocolite hémorragiqueC'est quoi : il s'agit d'une maladie inflammatoire du rectum et du côlon, qui se manifeste par des crises de diarrhées, accompagnées d'importantes pertes de sang rouges dans les selles, voire de mucus (qui recouvre normalement les cellules du côlon), et de douleurs abdominales intenses.
Pourquoi : la cause est encore mal connue, mais elle pourrait être liée à une défense excessive du système immunitaire, qui se retourne contre les cellules du corps. La muqueuse du côlon, fragilisée, devient le siège de petites ulcérations hémorragiques.
Comment traiter : elle évolue par alternance de poussées et de rémissions de façon complètement imprévisible. La maladie ne se guérit pas mais se traite dans le but de calmer la réaction inflammatoire et de calmer les différents symptômes.

Les ulcères gastro-duodénaux

Les ulcères gastro-duodénauxC'est quoi : il s'agit d'une érosion de la muqueuse de l'estomac ou de l'intestin grêle. Cela entraîne une douleur lancinante accentuée par la prise de nourriture ou la faim. Le saignement est la complication la plus fréquente des ulcères gastro-duodénaux. S'ils sont abondants, le sang peut apparaître dans les selles. Celles-ci sont alors d'une apparence goudronneuse noirs ou rouges foncées*.
Pourquoi : la majorité de ces ulcères sont causés par la bactérie Helicobacter Pylori, la prise d'aspirine ou d'AINS** comme l'ibuprofène.
Comment traiter : le traitement médical consiste à éliminer la bactérie chez les personnes infectées. S'il est causé par la prise de médicaments, un inhibiteur de la pompe à protons est prescrit.

* "On appelle cela le méléna, car le sang a été en partie digérée. Il vient d'une hémorragie digestive haute, au niveau de l'oesophage, de l'estomac, du duodénum ou du côlon.", explique le Dr Dervaux.
** anti-inflammatoire non stéroïdien

Le cancer colorectal

Le cancer colorectalC'est quoi : comme son nom l’indique, il s'agit d'un cancer qui se forme dans le côlon ou dans le rectum*. La présence de la tumeur provoque de petits saignements que l'on retrouve dans les selles. Souvent, les pertes de sang restent invisibles**, mais leur effet se fait sentir sous forme d'anémie ferriprive (carence en fer).
Pourquoi : quand la tumeur grossit, le passage des matières fécales peut faire saigner plus abondamment la tumeur. Tout dépend également où elle se trouve car il est fréquent de voir du sang rouge clair dans les selles quand la tumeur se loge près de l’anus ou dans le dernier segment du côlon.
Comment traiter : les traitements du cancer colorectal varient selon sa localisation (côlon ou rectum) et son stade d'évolution. Ces traitements reposent sur la chirurgie et sur l'administration de chimiothérapie, voire de radiothérapie.

* La présence de polypes, la génétique comme les polyposes familiales, ainsi que les habitudes de vie, principalement l’alimentation, jouent un rôle primordial dans son apparition.
** pour détecter des polypes ou autres problèmes, un test HemoccultII®* est recommandé tous les 2 ans à partir de 50 ans.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.