Sommaire

Des douleurs au creux de l’estomac

Le plus souvent, les douleurs de l’estomac, aussi appelées épigastralgies, sont bénignes. Elles sont ressenties au au creux de l'estomac, c'est-à-dire sous le sternum et généralement "accentuées par les repas", explique le docteur Philippe Godeberge, hépato-gastro-entérologue. Dans ce cas, il est probable qu’il ne s’agisse que d’un trouble fonctionnel, comme une dyspepsie.

"L’estomac est anatomiquement normal, mais il ne fonctionne pas très bien. Elle peut être la conséquence de maladies anxieuses, de formes évoluées de diabète, de prises médicamenteuses, de troubles du comportement alimentaire comme l’anorexie et la boulimie, ou tout simplement apparaître car l’on mange trop vite, sans mâcher, ce qui sollicite la motricité digestive à l’excès."

En revanche, des douleurs très régulières et avant les repas peuvent révéler un ulcère voire un cancer. Surtout si elles sont accompagnées d’autres signes d’alerte, comme "une anémie, avec un pouls rapide et une pâleur, ou une perte de poids..." Une endoscopie permettra alors de confirmer le diagnostic si une lésion est détectée.

Une sensation de digestion lente et de plénitude

Ventre gonflé, satiété précoce, sensation de digestion lente et de plénitude… "Ces symptômes vont orienter vers un trouble de l’estomac, affirme le Dr Godeberge, surtout s’ils surviennent pour des aliments qui sont généralement bien tolérés ou que cela n’est pas justifié par le volume du repas. Par exemple, si vous mangez un petit bout de pain, un fruit et un yaourt et que vous vous sentez lourd, c’est disproportionné."

Cela peut être le signe de ce que l’on appelle une gastroparésie : "il s’agit d’un ralentissement de la vidange de l’estomac", explique le professeur Benamouzig, gastro-entérologue et oncologue digestif. Elle s’accompagne souvent de nausées et de vomissements et s’observe particulièrement chez les personnes diabétiques, après une chirurgie gastrique ou œsophagienne ou dans certaines maladies neurologiques comme la sclérose en plaques.

L’atteinte de certains nerfs de l’estomac va en effet entraîner un ralentissement voire un arrêt de la digestion.

Des nausées et des vomissements

Concernant l’estomac, le Dr Godeberge est clair : "il n’y a aucun symptôme qui est spécifique à une maladie". Les nausées et les vomissements en sont l’exemple type, puisqu’on les retrouve dans plusieurs pathologies telles que la gastro-entérite, les ulcères, le syndrome dyspeptique, les maladies anxieuses, les effets secondaires des médicaments (notamment ceux de chimiothérapie) ou encore le cancer de l’estomac.

La plupart du temps, ils ne sont que transitoires, comme au cours d'une simple infection. Mais s'ils persistent, il convient de consulter son médecin afin de réaliser des examens qui permettront d’en déterminer la cause, potentiellement plus préoccupante.

Un rejet de sang

Un saignement par voie haute, aussi appelé hématémèse, peut être le signe d’une hémorragie dans le haut de l'appareil digestif y compris l'estomac. "Il s’agit d’un rejet de sang, rouge vif ou noir, avec ou sans caillot, survenant au cours de vomissements", précise le docteur Alain Landivier, auteur du livre Estomac : du mal aux mots.

Parmi les causes les plus fréquentes, on retrouve les ulcères et les gastrites (pouvant être déclenchés par la prise de certains médicaments comme l’aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens), les cancers, ainsi qu'une cirrhose. Dans tous les cas, la prise en charge médicale constitue une urgence : "Une hémorragie digestive peut s’aggraver brutalement et le risque vital peut être engagé, la mortalité globale variant de 5% à 30%".

Comment protéger son estomac ?

Bon nombre de ces troubles peuvent heureusement être évités voire contrôlés en suivant certaines règles hygiéno-diététiques, comme :

  • Adapter la charge alimentaire et calorique : "fractionner les repas, moins solliciter l’estomac avec des aliments moins riches en graisses et en sucres notamment en saccharose, le pire étant les desserts sucrés qui ralentissent beaucoup la vidange de l’estomac", conseille le Dr Goderberge ;
  • Manger doucement, "en mâchant bien, ce qui va permettre à l’estomac de fonctionner avec une motricité apaisée. Une bonne digestion, ça commence au niveau des dents !";
  • Boire pendant les repas : contrairement à ce que l’on entend souvent, boire en mangeant est indispensable car "cela dilue le contenu, ce qui augmente la phase liquide de l’alimentation qui, elle, est absorbée plus vite que la phase solide" ;
  • Eviter l’alcool et le tabac, qui abîment l’estomac : "La nicotine notamment peut entraîner des troubles de la motricité ou des hypersécrétions acides qui sont difficiles à digérer" ;
  • Ne pas être en surpoids et manger équilibré ;
  • Réduire le stress ;
  • Pratiquer une activité physique minimale, qui "favorise la digestion" : "ici, on ne parle pas de course, mais d’une promenade digestive pour améliorer la motricité digestive."

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Remerciements au docteur Philippe Godeberge, hépato-gastro-entérologue et co-auteur du livre "Qu'est-ce que tu as dans le ventre ?" avec Caroline Balma. Editions Hachette, 2017.

Remerciements au professeur Robert Benamouzig, gastro-entérologue et oncologue digestif.

"Estomac : du mal aux mots", Dr Alain Landivier. Editions Alpen, 2016.

"Hémorragies digestives". Société savante des maladies et cancers de l'appareil digestif.

"Cancers de l'estomac : les symptômes et le diagnostic". Fondation ARC.

"Gastroparésie : quand y penser ? Comment traiter ?". Association française de formation médicale continue en hépato-gastro-entérologie.

Voir plus

Vidéo : Cancer de l'estomac : reconnaître les symptômes

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.