Sommaire

Ginseng et céleri contre la baisse de libido

Ginseng et céleri contre la baisse de libido© jupiterimages La baisse de libido toucherait un tiers des femmes entre 50 et 70 ans. Déprime, mauvaise image de soi, difficulté à se sentir encore femme alors que les règles ont disparu, sont autant de raisons qui peuvent expliquer cette perte de désir. Un supplément de testostérone a montré son efficacité dans la relance de l’appétence sexuelle. Mais si vous préférez faire confiance à la nature, essayez donc le ginseng en gélule, le nectar de tête de céleri (des têtes de céleri macérées dans du vin blanc et du sucre), ou encore l’association de gingembre et de romarin. La maca, une légumineuse des Andes, pourrait également avoir un rôle dopant le désir. Lire aussi :Comment booster sa libido à la ménopause

L’acupuncture et l’homéopathie

L’acupuncture et l’homéopathie La phytothérapie n’est pas la seule médecine complémentaire à soulager les troubles de la ménopause. Des études suédoises ont montré l’efficacité de l’acupuncture sur les bouffées de chaleur. Le principe est de rééquilibrer l’énergie vitale "nourrissant" vos différents organes afin de relancer un fonctionnement harmonieux de l’ensemble. Quant à l’homéopathie, elle apporte également des solutions contre les désagréments de la ménopause. Lachesis, staphysagria et lilium tigrinum sont les remèdes "classiques" contre les bouffées de chaleur et la nervosité. Toutefois, rien ne remplace une consultation avec un homéopathe pour adapter un traitement à votre profil personnel.

Sécheresse cutanée : huile d’onagre et bourrache

Sécheresse cutanée : huile d’onagre et bourrache Avec le temps, les cellules de la peau et des muqueuses se renouvellent moins bien. Ce qui provoque sécheresse et amincissement des tissus. L’épiderme est moins doux et la lubrification de la muqueuse vaginale s’opère moins facilement lors des rapports, provoquant douleur et irritation. Or, l’huile d’onagre et l’huile de bourrache prises quotidiennement, seules ou en synergie (en gélules) permettent de lutter contre ces phénomènes. Notre conseil : associez-les à des omega 3 car elles contiennent beaucoup d’omega 6… Or les recommandations de l’Afssa sont d’une dose d’omega 3 pour 5 d’omega 6 ! Lire aussi :Comment adoucir les peaux sèches, Solutions contre la sécheresse vaginale, Oméga 3 : la nouvelle arme minceur

De la sauge contre la transpiration nocturne

De la sauge contre la transpiration nocturneLa sauge est une plante efficace contre les bouffées de chaleur ! C’est du moins l’avis de la commission E (commission chargée en Allemagne par le gouvernement fédéral d’évaluer les effets des plantes) et celui de l’ESCOP (European scientifique cooperative on phytotherapy, groupement de scientifiques européens sur la phytothérapie). Comment l’utiliser ? Simplement en gélule ou en tisane (1 cuillère à café de feuille dans une tasse d’eau bouillante) à prendre trois fois par jour. Bon à savoir : la même tisane, à l’aide d’une poire, en douche vaginale, soulage les irritations locales liées à la sécheresse vaginale. Lire aussi :Huit trucs contre les bouffées de chaleur

Millepertuis, actée noire : des vertus pour le moral

Millepertuis, actée noire : des vertus pour le moral© jupiterimages Une étude allemande publiée en 2006 dans la revue "Obstetrics and Gynecology" a montré l’efficacité du millepertuis associé à l’actée noire contre les bouffées de chaleur et la déprime. 301 femmes ménopausées souffrant de ces troubles ont été séparées en deux groupes : l’un prenait un principe actif du millepertuis et 1 mg d’actée noire, l’autre prenait un placebo. Après 16 semaines, les bouffées de chaleur avaient diminué chez la moitié des femmes traitées par les plantes (contre 19,6 % dans le groupe placebo). Le syndrome dépressif avait, lui, été amélioré chez 41,8 % des femmes prenant les plantes (contre 12,7 %). A noter : les deux plantes seraient sans effets secondaires. Lire aussi :Halte au blues de l’hiver !

Nervosité : tentez la relaxation

Nervosité : tentez la relaxation© jupiterimages Depuis que vous n’avez plus vos règles, vous vous sentez comme un lion en cage ? Enervée pour un rien et déprimée pour à peu près tout ? Et si vous vous mettiez à la relaxation ? Pendant vingt minutes, essayez de faire le vide, dans une pièce calme, en respirant par le ventre (gonflé sur l’inspiration, rentré sur l’expiration). Une étude menée au Mind/body médical institut of health in Boston (Institut de santé esprit/corps de Boston) a montré qu’en plus d’apporter de la sérénité, cette technique réduisait les bouffées de chaleur chez la moitié des participantes !

Du soja pour le cœur et les artères

Du soja pour le cœur et les artères© jupiterimages D’après une étude japonaise menée durant treize ans sur des individus de 40 à 59 ans, les femmes (et notamment celles ménopausées) qui consomment le plus de soja, ont 3 à 4 fois moins de risques cardiaques que celles qui en consomment peu... Seul bémol : deux études menées sur des rats et publiées respectivement dans Science et dans l’American journal of physiology, tendent à montrer que l’effet protecteur serait acquis in utero ? C’est pendant la période pré-natale que la consommation de soja par la mère pourrait aider à prévenir les maladies cardio-vasculaires chez le futur être vivant. Lire aussi :Peut-on faire confiance au soja ?

Du calcium pour des os plus solides

Du calcium pour des os plus solides La chute des œstrogènes dans le sang entraîne à la ménopause une perte de la masse osseuse (ostéoporose). Pour lutter contre ce fléau qui entraîne des douleurs, un risque accru de fractures et une perte de taille, rien de mieux que l’association calcium/vitamine D. Fromage, yaourt, laitage et grand air (la vitamine D est synthétisée par la peau à partir des rayons UV) vous aideront à maintenir des os solides. Autre ami de votre squelette : l’activité physique. Bougez ! Marchez, courez, pédalez, vous lutterez en plus contre la prise de poids et les maladies cardio-vasculaires !

Faut-il prendre du soja contre les bouffées de chaleur ?

Faut-il prendre du soja contre les bouffées de chaleur ?© jupiterimages L’attitude des autorités concernant l’efficacité du soja reste ambiguë. Dans son rapport paru en 2006, l’Afssa (Agence française de sécurité sanitaire des aliments) a conclu que les isoflavones ou phyto œstrogènes du soja ont des effets limités sur les bouffées de chaleur. L’agence considère que leurs effets varient d’une femme à l’autre. "On peut formuler l’hypothèse que certaines femmes ont un métabolisme particulier des isoflavones. Ce qui pourrait augmenter leur biodisponibilité et leur activité estrogénique et expliquer les effets favorables sur les bouffées de chaleur", expliquent les experts. Seulement voilà, la substance étant malgré tout considérée comme active, l’Afssa déconseille son emploi aux femmes présentant des antécédents ou des risques de cancer du sein.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.