Toux chronique du fumeur : pourquoi il faut consulter

Publié le 10 Juillet 2018 par La Rédaction Médisite
Toux chronique du fumeur, broncho-pneumopathie aux symptômes invalidants, asthme du fumeur sont autant de termes inquiétants. L’arrêt du tabac immédiat et une consultation s’imposent pour limiter les complications graves.
Publicité

© Istock

Toux chronique du fumeur : stop à la banalisation !

Fumer entraîne de graves problèmes de santé, notamment au niveau respiratoire. C’est pourquoi il ne faut pas banaliser une toux qui persiste. Banaliser à tort la fameuse toux chronique du fumeur est révélateur des dégâts causés par le tabac. Au fil du temps, les voies respiratoires s’obstruent de plus en plus. La BPCO met des années avant que ses manifestations soient prises au sérieux par le fumeur lui-même. La broncho-pneumopathie a pour symptômes principaux une toux avec crachats, un essoufflement à l’effort de faible intensité, puis un essoufflement à tout moment, même au repos. Par la suite, en l’absence d’une prise en charge, le fumeur risque une insuffisance respiratoire.

Publicité
Publicité

Asthme chez le fumeur : danger !

Le tabac augmente considérablement les risques de mortalité en cas d’asthme. L’asthme chez le fumeur est plus difficile à soigner que chez les non-fumeurs. Les corticoïdes en inhalation s’avèrent moins efficaces chez les personnes qui fument. L’asthme préexistant s’aggrave chez les fumeurs et les personnes victimes du tabagisme passif. Le fœtus est lui aussi fortement exposé à la maladie asthmatique si sa mère fume.

Dès les premières constatations d’une respiration sifflante, d’une toux persistante, d’une difficulté respiratoire et/ou d’expectorations, il est fondamental de prendre rendez-vous chez son médecin, que l’on soit fumeur ou non fumeur. Bénéficier d’un traitement le plus tôt possible est capital.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X