Fumeurs occasionnels : un risque pour les poumons

La bronchite chronique est une maladie à laquelle le fumeur habituel et le fumeur occasionnel sont exposés. Arrêter de fumer définitivement permet la régénération des poumons.

Publicité

© Istock

Bronchite chronique : le fumeur occasionnel aussi

Si le fumeur habituel est largement exposé au risque de développer une bronchite chronique, le fumeur occasionnel est lui aussi concerné, car une consommation de quinze paquets de cigarettes par an est suffisante pour déclencher la pathologie. Cette BPCO (bronchopneumopathie chronique obstructive), que l’on appelle plus communément la bronchite du fumeur, s’intensifie au fil du temps. Dans 8 cas sur 10, elle est due au tabagisme. Les symptômes de cette maladie pulmonaire sont les suivants:
- essoufflement même en absence d’efforts physiques ;
- obstruction des voies aériennes ;
- toux ;
- production importante de mucus pulmonaire ;
- fatigue.

Publicité
Publicité

Régénération des poumons : sevrage tabagique obligatoire

La destruction des poumons est inexorable si le patient continue de fumer, même de façon occasionnelle. Au fil du temps, les patients toussent et crachent de plus en plus, encombrés par les glaires.

La bronchite chronique du fumeur touche près de 3millions de Français, les femmes étant quasiment aussi nombreuses à en souffrir que les hommes. On sait aujourd’hui que le tabagisme in utero multiplie les risques de développer plus tard ce type de pathologie. De nombreux enfants de mère fumeuse ou de parents fumeurs commencent avant l’âge de 10ans à ressentir les premières manifestations de la bronchite chronique.

Arrêter de fumer est indispensable pour tendre vers la pleine régénération des poumons. D’ailleurs, après seulement 3 jours de sevrage tabagique, on constate une régénération des cils bronchiques qui commencent à repousser alors qu’ils étaient détruits par la cigarette.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X