Sommaire

Destressez !

Destressez !© IstockBouffées de chaleurs, troubles du sommeil ou surmenage favorisent le stress et la nervosité… qui sont tous deux ennemis de la libido ! On ne peut ni donner, ni prendre du plaisir lorsqu’on est inquiète ou tendue. Pourquoi ? Parce que l’excitation sexuelle dépend en partie du bon fonctionnement du système parasympathique, le centre nerveux du repos. Pour vous en sortir : acceptez de ne pas être une "super woman", parlez de votre stress à un médecin, oubliez le café et le thé (au moins après 17 h), offrez-vous de temps en temps un massage détente, voire coquin, et essayez la phytothérapie (tilleul, verveine officinale, escholtzia…) ou l’homéopathie (Argentum nitricium, phosphorus, sepia…).

Hydratez vos muqueuses

Hydratez vos muqueusesLe délai de lubrification s’allonge dès la trentaine… D’où des rapports parfois désagréables, voire douloureux, dus à la chute du taux d’oestrogènes qui provoque par ailleurs une perte d’élasticité et un amincissement des parois vaginales. En dehors du fait de prendre le temps de flirter, de s’embrasser ou de se déshabiller, trois solutions s’offrent à vous. Un, les lubrifiants classiques à garder sous la main lors de chaque étreinte. Deux, les traitements locaux oestrogéniques par voie vaginale ou à appliquer au niveau de la vulve une à deux fois par semaine (attention : ils sont proscrits en cas d’antécédents de cancers féminins). Enfin trois : les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause (THM), classiques ou phytothérapiques, si les troubles sont vraiment gênants.

Pensez aux THM

Pensez aux THM© IstockLes THM (traitements hormonaux substitutifs de la ménopause) ont largement été remis en cause en raison des risques de cancer et de maladies cardio-vasculaires qu’ils impliquent. Toutefois, ils restent prescrits à des doses minimales pour la durée la plus courte possible, en cas de troubles invalidants de type bouffées de chaleur, troubles du sommeil, irritabilité ou fatigue, qui souvent jouent sur la libido. A noter : ces traitements classiques ont des équivalents phytothérapiques (à base de plantes).

Parlez-en à un gynéco

Parlez-en à un gynéco© IstockOn l’ignore trop souvent, mais une baisse de libido est souvent le premier symptôme de la dépression… "Une chute de désir peut également être le signe d’un problème de thyroïde", explique le Dr Buhler, gynécologue et spécialiste de la ménopause. Conclusion : n’hésitez pas à parler à votre médecin de votre chute de désir, même si, à vos yeux, votre sexualité ne regarde que votre couple !

Maintenez-vous en forme(s) !

Maintenez-vous en forme(s) !© IstockUne activité physique même modérée (marche, vélo, natation…) entretient et améliore la libido. D’abord, parce qu’elle permet souvent de limiter le surpoids, donc de garder une meilleure image de soi, tout en favorisant les "performances" au lit ! Ensuite, parce qu’elle augmente le taux de testostérone, hormone qui pourrait booster l’attirance pour le sexe, chez la femme. Dernier atout : faire de l’exercice stimule la sécrétion d’endorphines, hormones qui provoquent un état d’euphorie plus ou moins marqué, propice aux échanges...

Musclez votre périnée !

Musclez votre périnée !© IstockRien à voir avec une activité sportive ! Il s’agit de renforcer les muscles du vagin pour accroître vos sensations pendant le rapport. En contractant les muscles du périnée plusieurs fois, vous augmentez le plaisir. En pratique, pour parvenir à ces performances, il suffit de le contracter plusieurs fois dans la journée (au travail, chez vous, à l’arrêt de bus…). Pour localiser ces muscles, essayez de contrôler l’émission de votre urine aux toilettes (grâce au fameux "stop-pipi" préconisé après la maternité). Contractez. Relâchez. Contractez…

Gardez le rythme !

Gardez le rythme !© IstockPlus on fait l’amour… et plus on a envie de le faire ! Une stimulation sexuelle fréquente, qu’elle passe par la lecture, la masturbation, émane des caresses de votre moitié ou de l’étreinte elle-même, favorise systématiquement l’afflux sanguin vers l’appareil génital. Conséquence : les glandes à l’origine de la lubrification continuent d’être stimulées et l’élasticité des tissus des parois vaginales se maintient mieux… Enfin, le liquide spermatique conserve la qualité des muqueuses.

Surveillez vos médicaments

Surveillez vos médicaments© IstockLes médicaments comme les bêtabloquants (traitements clés en cardiologie), certains antidépresseurs et calmants peuvent amoindrir le désir sexuel... Même chose pour les neuroleptiques. La bonne nouvelle, c’est que vous n’êtes pas seule concernée (compte-tenu de la forte consommation de ces produits dans l’Hexagone, la libido de nombreux Français doit être aussi en berne !). La moins bonne, c’est qu’il est souvent difficile de définir si c’est le trouble traité (déprime, anxiété…) qui est en cause dans la baisse de désir, ou si ce sont les médicaments qui sont responsables. Vous avez un doute ? Consultez ! Votre médecin pourra peut-être vous proposer une alternative…

Et pourquoi pas un psy ?

Et pourquoi pas un psy ?© IstockToute baisse de libido n’est pas forcément liée aux hormones ! Elle peut notamment résulter de difficultés psychologiques à supporter l’infertilité qu’implique la ménopause… "Surtout de nos jours, alors que les grossesses sont envisageables de plus en plus tard", explique le Dr Buhler, gynécologue et spécialiste de la ménopause. Quand consulter ? Dès lors que la chute de désir fait souffrir... Car ce n’est pas une obligation : on peut vivre sans relation sexuelle, précise la spécialiste. Quant au choix du thérapeute, il n’y a pas de règle : thérapies courtes ou de longue haleine peuvent toutes porter leurs fruits. Tout dépend de votre vécu.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.